Archives pour la catégorie Le Bien-être

Katafray

L’ACAJOU BLANC DE MADAGASCAR : LE-KATRAFAY

Le katrafay est un petit arbre qui n’existe nulle part ailleurs qu’au Madagascar et qui offre une huile essentielle originale et précieuse. 

ESS200

Son nom scientifique est Cedrelopsis Grevei, il appartient à la famille des Rutaceae.

Cet arbre  pousse sur les sols arides du sud-ouest de la Grande île. Il peut parfois atteindre jusqu’à 15 mètres de hauteur et on le reconnaît facilement grâce à ses fleurs jaunes pâles et ses fruits secs.

Katrafay

Depuis toujours, les feuilles et l’écorce de cet arbre sont utilisées par les guérisseurs et les médecins traditionnels malgaches. Cette plante est vendue sur les marchés du Sud de l’île rouge, sous forme de pelotes de lanières d’écorce. Son nom se prononce en malgache « Katchafaille« . 

L’écorce de katrafay est un élément incontournable de la pharmacopée locale.

L’infusion d’écorce du Katrafay est utilisée pour soulager les maux de tête et de gorge. En bain, elle soulage la fatigue après de gros efforts ou les blessures des femmes après l’accouchement.

Son bois clair est aussi largement utilisé pour la construction des maisons traditionnelles ou des pirogues d’où le nom d’acajou blanc.

Une écorce amère et aromatique !

On utilise le Katrafay pour parfumer le rhum local ou le « rhum arrangé ». En malgache Katrafay signifie (Katra = amer et fay = jus).

Elle fait partie également des habitudes de beauté des femmes Malgaches qui l’utilisent en masque hydratant.

Des recherches en cosmétique ont révélé son action favorable à la couche cornée de la peau, de même que pour stimuler les facultés naturelles d’hydratation de la peau.

C’est devenu l’actif  cosmétique à la mode, de grands laboratoires cosmétiques l’intègrent dans leurs formules de sérum hydratant.

L’huile essentielle de KATAFRAY soulage les rhumatismes et les douleurs musculaires qui fait de lui un antidouleur par excelence!!!

Katafray, est donc une plante majeure de la pharmacopée malgache. L’huile essentielle extrait d’écorce fait partie du groupe des huiles essentielles à visées anti-inflammatoire et antalgique, couramment utilisées en aromathérapie dans la gestion de la douleur, et notamment des douleurs chroniques. Elle présente aussi des propriétés anti-allergique et antiprurigineuse, efficaces au niveau cutané et respiratoire. Enfin, elle est tonifiante et fortifiante, particulièrement en période de convalescence. De cette écorce aromatique on extrait donc par distillation une huile essentielle  de couleur jaune clair à l’orange.

Huile essentielle du mouvement, elle rééquilibre les glandes surrénales sans les tonifier à l’excès, permet de recharger les batteries en période de convalescence ou de surmenage. En application sur le bas du dos tous les matins elle apporte courage et détermination, permet de rester ferme et ne pas dévier tout en dédramatisant les problèmes du quotidien. Elle apporte un sentiment d’ancrage induisant un sommeil réparateur.

D’autres usages du Katrafay peuvent être cités : il régule le problème d’énurésie chez l’enfant (deux gouttes sur le bas ventre au coucher), apaise les inflammations cutanées, les brûlures, les peaux sèches comme un «pansement aromatique» (plus particulièrement en association avec le Famonty). En prenant le temps de découvrir cette huile essentielle en olfaction par exemple une action très pénétrante sur la psyché apparaît en réveillant des impressions ancestrales, des émotions enfouies. 

On reconnaît cette huile essentielle grâce à son parfum boisé et balsamique.

Sa composition biochimique est très originale. Elle est composée essentiellement de  sesquiterpènes (60 %): ishwarane et de coumarines.

huile-katafray


Elle est recommandée pour traiter toute forme de fatigue allant des petites douleurs musculaires à l’asthénie ou fatigue générale. Par ailleurs, l’huile essentielle de katrafay, appliquée en massage, soulage aussi les maux de tête.

Douleurs chroniques et fatigue, pensez Katafray !

Le Katrafay : l’huile essentielle est donc indiquée dans les situations suivantes :

  • Arthrite, arthrose, rhumatismes, tendinites
  • Inflammations de la peau avec démangeaisons
  • Allergies respiratoires
  • Etats migraineux, en massage de la nuque
  • Fatigue, convalescence

Comment l’utiliser ? Quelques idées pratiques:

1 – Douleurs articulaires, musculaires, ligamentaires, tendineuses… : diluer 2 à 5 gouttes d’huile essentielle de Katrafay dans une noisette d’huile végétale de noyaux d’Abricot (ou de macérat huileux d’Arnica), puis masser la zone douloureuse 3 à 4 fois par jour, pendant quelques jours. Idéalement, l’utiliser en synergie avec d’autres huiles essentielles anti-inflammatoires (Eucalyptus citronné, Hélichryse italienne…)

2 -Etats de fatigue, périodes de convalescence : 4 à 5 gouttes, à diluer dans une noisette d’huile végétale de noyau d’Abricot, en application tout le long de la colonne vertébrale, ou au moins sur le bas du dos, le matin au lever. En respirer les effluves, pour en faire aussi un moment de détente et de régénération. Geste à reconduire 1 à 2 fois dans la journée, si nécessaire.P

Dites adieu à vos rhumatismes avec cette synergie apaisante  aromatique !

Diluer dans 30 ml l’huile de calophylle  1 ml HE de katrafay + 1 ml HE d’eucalyptus citronné + 1 ml HE de gaulthérie. Appliquer en massage sur les zones douloureuses.

Précautions d’emploi

L’huile essentielle de Katrafay : déconseillée chez la femme enceinte et allaitante, et chez l’enfant sans avis médical. Peut être irritante à l’état pur, à utiliser diluée. Usage sur de courtes périodes. Pas d’exposition au soleil après application cutanée

En étant fidèle a ma plante d’amour – la Gaulthérie- pour les problèmes inflammatoires et des douleurs articulaire, j’ai testé en plusieurs reprises le Katafray et j’en suis personnellement très contente de résultat . Je vous conseils vivement d’essayer!!!

Deux de nos produits, notamment ceux qui ciblent les douleurs chroniques de la fibromyalgie ont dans leur composition l’huile essentielle de la KATAFRAY.

https://ferme-de-sainte-odile.com/produit/mon-baume-fibromyalgie-60gr/

https://ferme-de-sainte-odile.com/produit/on-huile-fibromyalgie-50-ml/

Katafray? Un anti-douleur peu connu!

En santé, l’huile essentielle de katrafay (ou katafray) est reconnue pour ces propriétés : Tonique et fortifiante. Riche en sesquiterpènes, connus pour leurs effets anti-inflammatoires. Antalgique, aide à lutter contre la douleur.

Le 30 août vous auriez les details qui vont mettre en lumière cette plante – un anti-douleur par excellence- appelé katafray ou L’acajou blanc de Madagascar! Soyez curieux et lisez l’article et en plus encore partez à la « chasse aux trésors » et trouvez les produits de notre boutique https://ferme-de-sainte-odile.com/Produits qui ont dans leur composition le «katafray »!

Basilic « magic blue » – la plante de bon Dieu


Le basilic a été longtemps utilisé dans l’Eglise orthodoxe dans l’eau bénite, devenu ainsi un symbole de purification!

Origine du basilic Magic Blue

Le basilic Magic blue est une variété arbustive à floraison rose issue des espèces sauvages de basilic du Kenya et de Tanzanie. C’est une plante que est cultivé comme une annuelle et qui peut être utilisée dans la cuisine méditerranéenne et la cuisine asiatique. D’autres espèces sont aussi utilisées dans la cuisine traditionnelle en Asie du sud-est. La dénomination de « Basilic » vient de la langue latine « basilicum » qui signifie « royal »  et qui provient lui-même du grec « basilikon » qui se traduit par « plante royale ». Cette plante dont le feuillage vert sombre sur la partie supèrieure et violacé sur la partie infèrieure, peut mesurer 1 mètre à 1,30m de haut. C’est une plante aromatique, selon les espèces originaire du sud de l’Asie et d’Afrique centrale. Les égyptiens ont été les précurseurs dans la culture de cette plante il y a environ 4000 ans, et c’est à partir de plants transportés le long du Nil quelle s’est répandue. A partir de là, les navigateurs de la méditerranée l’ont fait connaître d’abord au proche-Orient, puis en Grèce et enfin dans l’empire romain. Aujourd’hui, c’est une plante très courante cultivée dans le monde entier associé à la cuisine asiatique exotique et méditerranéenne. Dans les zones tropicales à hivers secs, le basilic parvient à rester vivace, alors que chez nous, il est difficile de le garder l’hiver même sous serres à cause de l’humidité. Le basilic est indispensable dans de nombreuses croyances à travers le monde comme en Afrique ou on l’associe à faire fuir le mauvais sort et dans l’Europe du Moyen-âge, il était utilisé dans la sorcellerie. Dans l’Eglise chrétienne orthodoxe il est utilisé dans l’eau bénite, étant consideré ainsi un symbole de purification!

Le basilic dans la cuisine

Le basilic est meilleur cru, car son parfum ne supporte pas la cuisson. On peut exceptionnellement essayer une cuisson avec le basilic Magic blue: sa feuille étant plus épaisse que les autres basilics, on peut en mettre un peu pour parfumer des sauces en le rajoutant en fin de cuisson. On peut aussi le découper finement dans les salades, les tomates en entrée, les pâtes, les poissons sauvages comme la sole, les crustacés, les oeufs ou les omelettes, les volailles comme la dinde, le canard et les sauces citronnées ou à base d’huile d’olive. Les recettes les plus populaires dans la cuisine asiatique sont le riz sauté au basilic ou le boeuf sauté au basilic, que l’on prépare au wok.  Il convient bien à la confection du pesto (pour des recettes plus exotiques), un mélange à base de basilic pilé, d’huile d’olive (que l’on peut remplacé par de l’huile de sésame pour des recettes asiatiques), de graines de pignons, d’ail complété par du parmesan et le pistou recette similaire au pesto mais sans le parmesan que l’on ajoute à la soupe de légumes aux haricots traditionnelle, dans les pâtes, ou avec les délicieux beignets de courgettes et d’aubergines.

Culture et cueillette du basilic Magic blue

Le basilic est une plante de climats chauds, mais pas obligatoirement très ensoleillés. A l’état sauvage, on peut souvent l’observer en lisière de forêt.  Au sud de la Loire, il aime pousser à l’ombre en bordure de grands résineux pour l’atmosphère plus sec qui les environne et dans des sols drainants et gardant la fraicheur. Le basilic Magic blue fait parti des variétés supportant bien la culture en pot et apportera un décor avantageux grâce à son abondante floraison à vos terrasses et balcons. Cette variétés de basilic ne peut passer l’hiver dehors et sa conservation sous serres ou véranda dépendra de la capacité à maintenir un taux d’humidité faible et constant (y compris pour l’arrosage) et des températures supérieures à +5°. Le basilic se récolte de juin à octobre selon les régions avec une pointe de juillet à septembre. Le Basilic est réputé pour éloigner les mouches. Les basilics sont comme de nombreuses labiacées très florifères tout l’été et nourrissent les insectes pollinisateurs comme les abeilles.

Le basilic dans les remèdes – une plante de la pharmacopée

Depuis longtemps reconnue comme plante médicinale dont on utilise aussi bien les fleurs que les feuilles, en infusion pour l’usage interne et en décoction en usage externe. Le basilic pour toutes ses variétés est reconnu pour ses vertus sédatives, lactagogues, antispasmodiques, antibactériennes, diurétiques, stomachiques, carminatives et plus faiblement stupéfiantes. Les égyptiens ont été parmi les premiers à l’utiliser dans le processus de momification pour éviter les effets bactériens.

Comment nous utilisons le basilic? Quels sont nos remèdes aux basilic?

« Beauté pure » Baume pour visage et mains aromatisée au basilic

« Détente et Bonheur » Tisane au basilic

« Sommeil des anges » Teinture mere au basilic

Tous ces remèdes seront disponible a partir de 01 décembre 2020. Voulez-vous être informé dès leurs disponibilité? http://

La famille de la fibromyalgie

La famille de la fibromyalgie

La famille de la fibromyalgie sommes nous tous ceux qui essayons de la comprendre et de l’accepter dans notre vie, qu’il soit pour nous ou pour des êtres chers . Nous entrons dans cette famille et nous apprenons à y vivre et faire de chaque moment un instant d’amour et d’acceptation. Il faut voir comment même la fibromyalgie, avec toutes ses souffrances, peut nous mettre le défi d’amour, le défi de compassion, d’empathie.

Que ce n’est pas toujours facile d’être disponible pour l’autrui et que parfois nous préférons rester enfermer et souffrir en silence, est la pure vérité ! Prenons des moments de silence, apprenons à dire non quand ce n’est pas facile d’être avec quelqu’un d’autre mais restons fort et soyons conscients que seulement en étant en contact avec les autres nous pouvons mieux savoir comment mieux vivre!

Avez-vous des doutes, pensez-vous que peut-être vous faites partie de la nouvelle famille, celle des « fibromyalgiques »? Vous pouvez faire le test suivant mais sans oublier que ce n’est qu’un test indicatif et non pas avec l’autorité d’un diagnostic.

Vous pourriez vérifier si les symptômes que vous avez peuvent vous indiquer comme diagnostic celui de la fibromyalgie . C’est un test fiable et peut éclairé les doutes! Je vous le conseil vivement!

Ce test est basé sur trois tests médicaux, le test First, le test WPI, et le test SS. La réponse qu’il vous donne est fiable et précise. Attention, car cela ne constitue pas un diagnostique médicalement reconnu. Adressez-vous à votre médecin traitant pour un diagnostique officiel.

5 – 10 minutes

11 questions précises

Voila le lien pour faire le test et avoir un résultat presque instantané .

https://www.fibropedia.com/test-fibromyalgie/

Le résultat vous l’aurez immédiatement et même si vous ne pouvez pas l’utiliser comme un diagnostic médicalement reconnu, vous avez une idée claire et vous savez s’il faut ou non s’adresser à son médecin pour démarrer les investigations nécessaires pour confirmer ou non le résultat de test!

Je vous souhaite bon courage et je vous attends pour l’article prochain Le saut en parachute d’un fibromyalgique !

Aubépine-la vie de fée

Saviez-vous que chaque fleur de l’aubépine abrite une petite fée ? 

En compagnie du chêne et du frêne, l’aubépine forme la « triade féerique » particulièrement attirante pour les fées. D’un certaine façon, l’aubépine est l’arbre des fées par excellence, portail vers leur monde et porteur d’une puissante magie.

La fée de l’aubépine donne accès à l’Autre monde, mais protège aussi les étourdis – il est important d’être patient avec et esprit. Il enchante la vie, apportant la croissance et fertilité dans tous les domaines. Quand l’aubépine fleurit au printemps, elle incarne la robe de mariée de la jeune déesse.
L’aubépine est sacrée pour la déesse galloise du soleil, Olwen, la « Dame blanche du jour ». En marchant, elle laissait des traces blanches d’aubépine, Son père, Yspaddaden Pencawr, le « Géant aubépine », avait assigné treize tâches à son prétendant, Culhwych, avant qu’il puisse épouser sa fille. Le nombre 13 et associé à la lu ne, qui effectue 13 tours du zodiaque pour un tour du soleil. Ainsi l’aubépine suggère l’union du soleil et lune, mâle et femelle.
La fée de l’aubépine promet purification, satisfaction, tutelle et fertilité. Rester ancré et pratique est la meilleurs manière d’accéder à cette fée et d’utiliser ses dons.

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler de l’arbre de mai : l’aubépine.

Étant donné que Beltane se tient mardi, je me suis dit que ce serait une bonne idée de vous parler de l’arbre emblématique de cette fête celte. Mais si l’aubépine est caractéristique du mois de mai dans les croyances celtes, c’est surtout parce que c’est un arbrisseau dont la fleuraison a lieu durant ce mois.
D’ici quelques jours, nous devrions voir de magnifiques fleurs blanches et odorantes parer les haies d’aubépine !

C’est également le nom donné au 4e jour du mois de floréal dans le calendrier révolutionnaire français, ce qui équivalait au 23 avril.

Un soupçon de botanique

Aubépine vient du latin « alba spina » qui signifie épine blanche. C’est d’ailleurs l’un des nombreux surnoms de cet arbuste épineux parmi lesquels on retrouve : arbre de mai, noble épine, bois de mai, mai ou cenellier (du nom de la baie rouge qu’il donne : la cenelle). Cet arbrisseau à feuilles caduques, membre de la famille des rosacées, mesure entre 4 et 8 mètres de haut et peut vivre jusqu’à 500 ans. À l’état sauvage, on le trouve couramment en lisière de forêt. Mais il se prête très bien à la constitution de haies : sa ramure très dense développe rapidement des branches dans tous les sens.

Son bois dur et nerveux n’est pas utilisé en menuiserie. Toutefois, il fait d’excellents manches à outils. Autrefois, on l’utilisait pour des pièces mécaniques, car c’est un bois très résistant aux frottements, en petite menuiserie et tournerie, pour en faire des robinets de tonneaux. C’est également un bon combustible.
On en fait également des baguettes magiques (cf. celle de Drago Malefoy).

L’aubépine fleurit vers la mi-/fin-mai et donne des fruits, de petites baies rouges, à l’automne. Les cenelles sont comestibles. On peut même en faire de l’eau-de-vie.

Un peu de pharmacologie

Les propriétés médicinales des cenelliers sont très intéressantes. Ils sont :

  • hypotensifs (baissent la tension artérielle)
  • sédatifs
  • antispasmodiques
  • astringents (resserrent et assèchent les tissus, et peuvent faciliter la cicatrisation)
  • diurétiques

Les fleurs, les fruits, les bourgeons et les feuilles sont des régulateurs du muscle cardiaque. Ils soignent l’hypertension en facilitant la circulation coronaire par vasodilatation, ils diminuent les palpitations, soignent l’arythmie et la tachycardie et améliorent la circulation sanguine. L’aubépine peut être utilisée en prévention contre l’infarctus du myocarde et l’angine de poitrine et facilite le rétablissement après une crise cardiaque.

Une tisane de fleurs d’aubépine combat l’insomnie, calme les angoisses et la nervosité.

En médecine vétérinaire, il arrive qu’on prescrive des baies d’aubépine à manger contre les diarrhées des vaches. Et quand elles ont le pis enflé, il faut le leur frotter avec une décoction de lichen d’aubépine.

Beaucoup de croyances

L’aubépine a toujours été liée à des symboles tels que la pureté et la purification, mais aussi la protection. Elle a également été associée à l’acte sexuel et à la virginité.

Dès l’Antiquité, l’aubépine tient une grande place dans les croyances populaires. Ainsi, l’aubépine est l’arbre de la virginité et de la chasteté. de nombreux rites la relient au mariage :

  • À Rome, après la cérémonie de mariage, le mari devait agiter un rameau d’aubépine en conduisant son épouse vers la chambre nuptiale
  • En Grèce, l’aubépine ornait la porte de la chambre pendant la nuit de noces. De même, chaque convive au repas de mariage apportait une branche d’aubépine en guise de porte-bonheur pour le couple.
  • En Grèce et à Rome, les mères, soucieuses de la virginité de leurs filles, plaçaient dans leurs chambres des bouquets de d’aubépine.
  • Les vieilles filles plaçaient des fagots de bois d’aubépine sous leur lit pour se protéger de la tentation.

Dans la tradition celtique, on tressait l’aubépine en guirlande pour en décorer les maisons lors de la fête de Beltane, qui célébrait le retour de la période claire et donc le retour de la vie, de la lumière (attention, la fête celte de la lumière est Imbolc, aux alentours du 1er février) et la fertilité.

L’aubépine est aussi considérée comme le refuge des fées. Sacrée en Irlande, elle est, dit-on, un passage vers le Sidhpuisqu’elle pousse souvent sur des tertres funéraires, à des carrefours et sur d’autres seuils de l’Autre Monde.
Des couronnes de fleurs d’aubépine étaient offertes aux fées à Beltane pour obtenir leurs faveurs. La légende raconte également que si l’on s’assoit sous une aubépine à Beltane, Litha ou Samhain, on risque de se faire envoûter par les fées.
Dans la série L’Épouvanteur de Joseph Delaney, les aubépines sont souvent le refuge de gobelins.

Ses relations étroites avec les fées et l’Autre Monde font de l’aubépine un arbre protecteur contre les envoûtements, le mauvais sort et les maladies :

  • On attachait des branches d’aubépine au ventre des animaux pour protéger le bétail des maléfices.
  • Dans les traditions wiccanes et de sorcellerie (moderne et ancienne) l’aubépine (fleurs, feuilles et épines) est une plante associée à la protection qui entre dans la confection de différents charmes. D’ailleurs, les sorciers et sorcières ont souvent paré leurs maisons d’une haie d’aubépine.
  • Les branches d’aubépine étaient accrochées dans les étables afin de protéger le bétail et suspendues dans les laiteries pour empêcher le lait de cailler.
  • Pour barrer l’envoûtement sur un troupeau, on prenait le cœur d’un des animaux morts, puis on le perçait de 9 épines d’aubépine et on le jetait dans le feu. Le coupable de ne manquait pas de se présenter.

Quelques superstitions

Je ne résiste pas à vous partager quelques superstitions que j’ai croisées au cours de mes recherches pour écrire cet article ! Je vous les donne en vrac, sans réelle suite logique.

Dans nos traditions populaires, arracher ou abattre une aubépine porte malheur.

Il semble que la foudre ne l’atteint jamais. Aussi, brandir une branche d’aubépine écarte la foudre. Et si on se réfugie dessous pendant un orage, on est certain-e d’être protégé-s.

Pour guérir de la fièvre :

  • offrir à une aubépine 1 œuf et 1 pièce qui a servi à signe le mal,
  • faire une incantation
  • couper une brindille de l’arbre, la mettre en bouche et l’y conserver jusqu’au retour au foyer, où on la jettera dans le feu.

Deux feuilles d’aubépine croisées sous les narines arrêtent les saignements de nez.

Élixir de longue vie des rois francs : Après les premières gelées, cueillir une poignée de cenelles et les faire bouillir dans 1/2 litre d’eau avec 200 g de sucre durant 10 minutes. Ajouter alors 1/3 litre de rhum brun, laisser revenir à ébullition et retirer directement du feu. Filtrer, laisser refroidir et mettre en bouteille. Boire un petit verre tous les soirs.

Voilà ! J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous a donné quelques idées ! N’hésitez pas à ma dire ce que vous en avez pensé et s’il vous a insipré

 

L’aubépine, porte du royaume souterrain des fées 

Posté par Paul dans la catégorie : voyages sur la terre des arbres .

rameau-daubepine

S’il est des arbres et des arbustes qui jouent un rôle important dans la mythologie, l’aubépine (épine blanche) en fait indiscutablement partie. Sa floraison au mois de mai, au cœur du renouveau printanier, n’est pas étrangère à son succès ; le fait que ses fleurs soient d’une blancheur immaculée joue aussi son rôle. L’aubépine a largement débordé le cadre de toutes les mythologies anciennes, celtes, nordiques, germaniques… pour investir l’ensemble de la tradition orale fantastique. Asseyez vous au pied de cet arbuste lorsque s’ouvrent les premières fleurs, et le vœu que vous formulerez sera inéluctablement réalisé, à moins que les fées qui dorment dans le monde souterrain aient été outragées par l’une de vos actions. Vous aurez fort à faire pour vous réconcilier avec elles ; la meilleure solution c’est sans doute de leur rendre visite et de vous expliquer de vive voix. Ce n’est pas difficile : le creux qui s’ouvre entre les racines, là, devant vous, au pied de la vieille aubépine centenaire est certainement l’une des entrées de leur domaine mystérieux. Agrandissez le trou, passez-y la tête et… advienne que pourra. Je vous conseille auparavant de prendre quelques leçons de savoir vivre féérique car ces belles dames sont assez susceptibles. Si vous n’avez point le sésame qui vous permettra de rentrer six pieds sous terre, vous pouvez vous contenter de rapporter un rameau bien fleuri de l’arbuste et de le placer à côté de votre pas de porte : le mauvais sort s’éloignera de votre demeure. Ne vous avisez cependant pas de faire un quelconque bouquet et de le placer à l’intérieur, sur la table du salon, vos branchages perdraient alors tout pouvoir magique. De plus, l’aubépine a un défaut : l’odeur de ses fleurs n’est pas très agréable. Les branches fleuries avaient des usages très variés : lors de la traditionnelle fête des Mayes (Mays ou Mais) dans certaines régions, les jeunes gens cherchant fille à marier fixaient divers rameaux d’arbustes sur les façades des maisons. Le choix botanique ainsi que la taille de l’arbuste choisi avaient une signification particulière. La présence d’une branche d’aubépine avait un sens différent selon les endroits. Soit elle signifiait que la jeune personne habitant la demeure devait être fréquentée avec circonspection car elle avait un caractère « de cochon » : acariâtre, grincheuse, « faiseuse d’histoires ». Soit elle servait au repérage pur et simple et indiquait qu’il y avait, en ce lieu, jeune fille bonne à marier. On peut approfondir cette histoire en allant, par exemple, faire un petit tour à cette adresse : http://adinfer.free.fr/Tradition.htm

crataegus-monogyna

Plutôt que d’essayer de balayer toutes ces belles histoires qu’elle considérait comme un fatras de propos païens ou démoniaques, l’église catholique a préféré les intégrer à sa propre mythologie. L’aubépine a alors acquis une symbolique religieuse dans toute la chrétienté, ce qui a permis à certains spécimens d’échapper à la vaste campagne d’éradication entreprise par les Chrétiens au IVème siècle de tous les arbres sacrés. Et il y en avait ! – on peut, à ce sujet, consulter utilement le livre de Jacques Brosse, « L’aventures des forêts en Occident ». Les Romains considéraient qu’elle était associée à Maïa, la mère d’Hermès, fêtée en mai. Ce mois étant celui de Marie pour les Chrétiens, le changement d’attribution n’a pas été trop difficile. Un bon petit miracle allait arranger les choses. Un texte ancien raconte que le bon vieux Joseph d’Arimathie débarqua un jour en Angleterre, transportant le Graal dans ses bagages. Il planta son bâton de marche dans le sol et à l’endroit même où il accomplit ce geste, non loin de l’abbaye de Glastonbury, poussa un magnifique buisson d’aubépine ayant la particularité de fleurir deux fois l’an : au moment de la fête de la nativité et au mois de mai. La vierge aussi mit la main à la pâte, selon une autre légende originaire de l’Est de la France : faute de place pour étaler son linge à sécher au soleil, elle plaça un drap sur un buisson d’aubépine, un vilain buisson qui, avant cette manipulation généticobotanique, avait la particularité de ne point fleurir. Lorsqu’elle revint sur les lieux pour ramasser son linge, l’arbuste s’était paré d’une magnifique collection de fleurs blanches à l’odeur singulière… Une vierge toute de blanc vêtue mais avec les mains vertes… Les Bretons, qui cherchent toujours à se singulariser, n’en font pas un arbre dédié à la vierge, mais au contraire aux sorcières. Une simple histoire de foudre qui, selon les croyances populaires, épargnerait toujours cet arbuste… Dans d’autres régions on est tout aussi convaincu des propriétés protectrices de l’aubépine, mais sans avoir besoin de l’associer au pouvoir des sorcières ! Mais revenons à l’épine blanche de Glastonbury, car l’histoire mérite d’être contée un peu plus en détails.

glastonburyabbey

L’abbaye de Glastonbury se situe dans la région du Somerset en Angleterre. Sa construction est certainement très ancienne mais il est difficile d’en fixer la date. Selon la légende, une première communauté de moines se serait installée sur cet emplacement après le passage de Joseph d’Arimathie, l’horticulteur de génie. Une église en pierre aurait été construite en 712, ce qui en ferait l’un des lieux de cultes chrétiens hors sol les plus anciens au monde, les croyants de cette religion ayant, jusqu’alors, utilisé plutôt des sanctuaires souterrains. L’aubépine de Glastonbury aurait prospéré jusqu’au milieu du XVIIème siècle, répétant chaque année sa double floraison miraculeuse. Elle aurait été brûlée par les troupes d’Olivier Cromwell, lors de la première révolution anglaise, dans le cadre d’un vaste programme de destruction de tous les arbres sacrés. En fait l’aubépine a continué à vivre car elle avait essaimé : un greffon notamment a été réalisé et replanté sur les terres de l’ancienne abbaye ; il a survécu jusqu’en 1991 et continuait à fleurir deux fois. Une coutume locale voulait que l’on envoie un rameau couvert de bourgeons à la Reine d’Angleterre au moment de Noël. Glastonbury abritait également une fort belle bibliothèque qui eut des problèmes sérieux lors de l’incendie de 1141, et dont les ouvrages furent dispersés, lorsque les biens de l’abbaye furent saisis et vendus par la couronne britannique en 1539, comme ceux de la totalité des communautés catholiques de l’île.

crataegus-en-fleurs

L’une des plus vieilles aubépines de France se trouve à Saint Mars sur la Futaie dans le département de la Mayenne. Elle serait âgée d’un millénaire environ et mesurerait 9 m de hauteur. La croissance de l’arbuste est très lente, ce qui explique l’excellente qualité de son bois. Le grain, particulièrement fin, est apprécié des tourneurs, bien qu’il soit difficile de se procurer des pièces de grandes dimensions. La veine du bois est peu visible et très peu colorée. Sans rentrer dans les détails complexes de l’étude botanique, sachez qu’il existe deux variétés d’aubépine : l’épine blanche ou aubépine monogyne (crataegus monogyna) dont la fleur possède un seule style, et l’aubépine à deux styles (crataegus laevigata). L’arbuste a une particularité qui est un défaut (pour les uns) et une qualité (pour les autres) : elle possède, sur ses rameaux, des piquants redoutables. Les branches ayant tendance à pousser touffues et à s’entrelacer, les paysans, autrefois, l’ont souvent plantée en limite de leurs champs ou de leurs terres cultivées, soit pour empêcher les prédateurs terrestres d’envahir leurs champs, soit pour limiter les fugues des animaux domestiques. L’aubépine et le prunelier (doué des mêmes propriétés piquantes) sont en quelque sorte les ancêtres du fil de fer barbelé ! La recherche du confort (!) et surtout le développement des clôtures électrifiées (moins envahissante) ont eu pour conséquence l’abattage de nombreuses haies d’aubépine notamment lorsque les ingénieurs agronomes sont partis en campagne, dans les années 1960-80, contre les paysages de bocage. L’ardeur destructrice de ces chevaliers du remembrement s’est un peu calmée, mais notre arbuste piquant bienaimé a maintenant à faire face à un autre adversaire redoutable, une maladie, le feu bactérien, qui les fait disparaître peu à peu dans certaines régions de France. Sauf brûler les arbres morts, il est extrêmement difficile de faire front à ce fléau contre lequel nul traitement vraiment efficace n’est connu. Les aubépines, compte-tenu de leur longévité, ont aussi souvent servi de limites cadastrales, permettant de borner parcelles, paroisses ou territoires communaux. Ce sont souvent des arbustes ayant eu cet usage que l’on retrouve parmi les « vénérables » ; plantée en haie serrée, l’épine blanche a une durée de vie moindre.

crataegus-baie

Les fruits rouges de l’aubépine ne sont guère appréciés de nos jours bien qu’ils soient comestibles. Il faut dire qu’il faut déjà se munir d’une cotte de mailles et de gants de boxe pour les ramasser… Leur goût est assez fade et leur consistance plutôt farineuse. Si les humains les boudent un peu, ce n’est pas le cas des oiseaux qui en font de véritables festins pendant les mois d’hiver. Dans les périodes de famine, nos ancêtres n’étaient pas autant « fine gueule » : les senelles ou « poires à bon Dieu » étaient récoltées massivement ; on les faisait sécher et on les passait à la meule. La farine obtenue venait compléter, et parfois même suppléer à la farine de froment ou de sarrasin que la récolte médiocre n’avait pas permis de stocker en quantité suffisante pour tenir jusqu’au printemps. Le retour en force des préparations « naturelles » redonne une place modeste à cette baie rouge dans la pharmacopée proposée aux adeptes de la phytothérapie. Les feuilles séchées de l’Aubépine sont sans doute plus intéressantes sur le plan médical. On a découvert au XIXème siècle que la plante avait des propriétés remarquables dans le traitement des affections cardiaques. Les substances présentes ont une action positive sur les problèmes d’arythmie, de tachycardie ou de palpitations. L’infusion est calmante et agit notamment dans le cas d’anxiétés persistantes. Elle n’agit pas comme un somnifère mais facilite la phase d’endormissement en contribuant à une accalmie des tensions nerveuses.

Acte criminel s’il en est, j’ai coupé cette semaine une belle aubépine qui poussait dans la haie de mon champ, non loin de la source. Par chance pour moi, les elfes des bois avaient sans doute prévenu les fées de cette lâche agression de la part d’un humain muni d’une scie mécanique vrombissante et malodorante. Les petites créatures ne se sont pas vengées et ne m’ont pas chatouillé la plante des pieds ces dernières nuitées. Il faut dire que j’ai pris l’engagement secret de garder le plus possible de morceaux du tronc. L’un, une fois raboté, a rejoint ma collection d’échantillons de bois locaux, une collection qui s’enrichit d’années en années. D’autres serviront sans doute à des amis tourneurs. Leur diamètre n’est pas énorme, mais un artiste, adroit, pourra certainement en tirer quelques verres ou quelques coupelles. A moins que ce ne soit moi qui me lance dans le tournage. Après tout, le temps que le bois sèche, j’aurais peut-être acquis quelques rudiments. Dernier élément de ma plaidoirie adressée aux fées : l’arbre était bien malade… Les poneys du voisin avaient dévasté ses branches et ravagé son écorce… Je n’ai procédé qu’à une euthanasie permettant de sauver au moins le bois !

NDLR : la photo de l’arbre et celle des baies proviennent d’un site néerlandais qui propose une documentation photographique d’excellente qualité sur l’aubépine et sur les animaux associés (insectes pollinisateurs et parasites). La photo de l’abbaye de Glastonbury provient de Wikipedia. Celle du rameau en fleurs provient du site québecois « Flore laurentienne« , intéressant à consulter pour toutes sortes de végétaux.

L'aubépine, la plante du coeur

Aubépine

Crataegus monogyna Jacq. et C. laevigata DC. (Crataegus oxyacantha)

Rosaceae

« La plante du cœur »

L’Aubépine est aussi appelée aubépine épineuse, ou encore aubépine blanche, blanche épine, bois de mai, épine de mai, poire d’oiseaux, noble épine, sable épine, senellier et « pérette » ( Camargue).

L’origine de son nom : « crataegus », en grec « cratos », qui signifie résistant et « oxyacantha » qui signifie « épine aiguë ».

Botanique

L’aubépine est un arbrisseau épineux poussant dans les buissons, les bois, les haies. On la rencontre surtout dans toute l’Europe mais aussi en Afrique du Nord. En France, elle est aussi très répandue.

Sa tige mesure 2 à 3 mètres, dressées et couvertes d’épines.

Les feuilles qui la composent sont divisées et d’un vert luisant.

Les fleurs, quant à elles, sont petites, blanches ou roses, disposées en corymbe et dégageant une odeur agréable. Elles sont donc le rendez-vous des abeilles.

L’aubépine fleurit en mai-juin.

Dans le calendrier celtique, l’aubépine est la fleur du mois de mai associée à la déesse Maïa, mais c’est aussi un arbre dédié aux fées.

Histoire

Cette plante est aussi connue qu’utile, elle a toujours été considérée comme une plante protectrice.

A Athènes, lors de mariage, les invités portaient une branche d’aubépine afin d’attirer sur les jeunes époux le bonheur, la santé, et la prospérité.

A Rome, la jeune mariée garnissait la porte de la chambre nuptiale de rameaux d’aubépine et quand un bébé naissait, on ornait directement son berceau d’une branche.

Les parties utilisées en herboristerie

Les herboristes emploient donc les sommités fleuries de l’aubépine car elles sont riches de principes actifs.

Les sommités fleuries disposent de nombreuses substances comme la crataegine, l’oyacanthine, puis la quercétine et la thyméthylamine ainsi que des éléments minéraux dont le manganèse.

Les composants chimiques qui la caractérisent :

  • flavonoïdes
  • tanins
  • amines
  • triterpènes
  • acides-phénols

Les propriétés principales de l’Aubépine

Ces composants chimiques lui confèrent donc des propriétés antispasmodique, calmante, diurétique et surtout tonicardique. 

De plus, l’aubépine est régulatrice de la fonction artérielle et sédative du système cardio-vasculaire.

Voi interne

L’aubépine est une plante médicinale qui présente de nombreuses actions si elle est prise par voie orale

  • cardiovasculaire
    • au niveau du cœur directement

L’aubépine augmente la force de contraction du cœur et la conduction intra-cardiaque. Par contre, elle diminue l’excitabilité et la fréquence cardiaque. D’autre part, elle protège de l’arythmie et améliore l’irrigation du myocarde et du débit coronarien.

  • et plus particulièrement au niveau des vaisseaux et de la pression artérielle.

Elle va diminuer la résistance des vaisseaux périphériques et agir comme hypo-tenseur.

  • sédative sur le système nerveux central
  • anti-spasmodique
  • anti-oxydante
  • anti-inflammatoire

Ses principales indications

Elle est donc tout à fait indiquée pour les troubles circulatoires, les palpitations et l’angine de poitrine.

  • sphère cardiovasculaire

Par exemple, en cas d’insuffisance cardiaque, d’éréthisme cardiaque, ou d’hyper-tension artérielle d’origine nerveuse.

  • système nerveux central

Notamment, lors de troubles du sommeil ou de neurotonie.

Comment l’employer en herboristerie ?

Les formes galéniques :

  • infusion

Recette :

1 cuillère à café de sommités fleuries par tasse.

Laisser infuser 10 minutes.

2 à 3 tasses par jour en cure de 20 jours par mois.

A raison de 30 gouttes 3 fois par jour si il s’agit de macérat glycériné au 1D.

  • teinture mère, extrait fluide

30 gouttes dans un peu d’eau. 2 à 3 fois par jour.

Quelles sont ses contre-indications ?

Aucune précaution d’emploi n’est connue aux doses usuelles.

Attention toutefois à ne pas l’employer à des doses trop élevées, ce qui pourrait s’avérer dangereux et conduire à des hypotensions sévères chez les jeunes enfants.

Ne pas utiliser à forte dose sauf sur avis médical.

En résumé

Grande plante appelée la « valériane du cœur« .

Ses vertus sont donc liés à la synergie de ses composés.

Elle est merveilleuse car elle présente de nombreux intérêts thérapeutiques.

Elle est sédative du système nerveux central.

Sans oublier que c’est un régulateur cardio-vasculaire et un vasodilatateur, hypotenseur, spasmolytique au niveau des muscles lisses vasculaires

ff410.jpg

Les fées des fleurs arborent les caractéristiques des plantes dont elles sont les gardiennes. Ainsi, la fée du rosier, gracieuse et fragile, est auréolée d’une douce lumière. Pour rappeler les propriètés toxiques de la ciguë, la fée qui lui est attachée a l’apparence d’un squelette. La pillywiggin anglaise est une minuscule fée, de la taille d’une abeille, qui volette aux alentours des fleurs sauvages poussant au pied des chênes.

La fée de la primevère et celle du myosotis donnent le pouvoir de découvrir les trèsors cachés. Mais il faut se garder de faire un bouquet comportant moins de treize primevères, à moins d’en compléter le nombre avec des violettes, sinon le bouquet partera malheur.

Les herbes à fées

Il existe des  » herbes à fées » qui sont leur entière propriété, et qu’il ne faut ni couper ni rapporter chez soi. Parmi ces herbes taboues, citons le thym sauvage, ou la jacobée et l’ivraie, qui servent de nids aux fées. Il faut également se garder des pervenches, appelées » violettes des sorcières » dans le Somerset, ou des digitales, nommées  » gants de fées ». Les imprudents qui s’aventurent à ceuillir des jacinthes des bois se retrouvent instentanément prisonniers des fées, et n’en sont libérés que si quelqu’un vient les délivrer. Le même risque menace les coupeurs de tulipes des jardins, sur lesquelles fées veillent particulièrement

fef210.jpg

Certaines herbes à fées peuvent toutefois être ramassées sans effets néfastes, comme les fougères la veille de la Saint-Jean, dont les graines ont le pouvoir de rendre invisible. Glissées dans chaussures, les feuilles d’armoise, permettent de courir une journée sans éprouver la moindre fatigue.

Les fées sont également attachées à sept plantes magiques, dont les humains peuvent faire l’usage, à condition de respecter les régles de Féerie. Il s’agit de l’euphraise, de la mauve, de l’achillée, de la verveine, de la véronique, de la brunelle. Elles préservent de toutes attaques occultes à condition de les ceuillir à midi précis, par journée ensoleillée et en période de pleine lune. L’herbe de la Saint-Jean ou de Saint -Jean ceuillie le 24 juin et portée en talisman autour du coup ou dans la poche a le pouvoir d’éloigner les sorcières et de préserver des attaques du démon.

Herbe de Saint-Jean :

Il s’agit du lierre terrestre, du millepertuis, de l’armoise. Tous sont appelés  » herbe de Saint-Jean » et non herbe de la Saint-Jean.

p1010040-05.jpg
163.jpg
450px-artemisia-vulgaris-armoise.jpg

Les arbres à fées:

Certains arbres sont placés sous la protection des fées, et ceux qui se permettent d’y toucher encourent de grave danger!; Les chênes, notamment, sont des arbres sacrés que les humains ne doivent abimer sous aucun pretexte. Le bûcheron qui avait abattu un chêne séculaire dans la forêt de Rennes, près de la fontaine de Saint-Roux éprouva jusqu’à la fin de sa vie un tremblement dans les membres. Celui qui abbattit vers 1840 le chêne Marié, près duquel on échangeait des serments, se tua en tombant du haut d’un peuplier qu’il élaguait. Quant aux chênes bénits de Cuse, voici ce qu’on dit à son sujet :  » Avant 1830, existait près de Cuse une forêt, aujourd’hui détruite, dans laquelle depuis des siècles on respectait une douzaine de chêns énormes que l’on appelait  » les chênes bénits »; on y allait en procession et en pélérinage, et plusieurs étaient ornés de croix et de madones; le jour de la Saint-Pierre on venait aussi danser à leurs pieds. Vers 1832, l’administration les fit abattre, et les binnes femmes de Cuse, qui considérèrent cette mesure come une impiété, disaient tristement : » on a coupé nos chênes bénits nous allons avoir de mauvaises récoltes ». Et les vieilles femmes prétendent que depuis on n’a pas eu d’aussi abondants moissons ni d’aussi belles vendanges qu’auparavant.

Les frênes sont également des arbres à fées. Dans la mythologie nordique, les Nornes filaient les mailles du destin à l’ombre du frêneYggdrasil, planté à coté de la fontaine de Urd. En Angleterre , on vénérait jadis certains frênes sacrés qu’il ne fallait coupé sous aucun pr&texte, si l’on voulait pas attirer sur soi le malheur ou la foudre. Dans le Somerset, le frêne, tout comme le sorbier, préserve les troupeaux des attaques des sorcières et des esprits malins.

En Franche-Comté, le hêtre, ou fayard est appelé « fau », c’est à dire fée. En Suède, les tilleuls sont considérés comme des arbres à fées. L’aulne est un arbre magique. Un paysan irlandais s’apprêtait à couper la branche d’un aulne lorsque, de loin, il vit des flammes s’élever de sa ferme. Il s’y précipita mais, une fois sur place, il ne remarqua ni flamme ni cendre. Il retourna donc à son aulne mais la même vision la pertuba une nouvelle fois. Ne tenant pas compte de l’avertissement, il coupa la branche de l’arbre, sans se soucier du feu qui ravageait ses bâtiments. Lorsqu’il rentra chez lui, il ne restait que des ruines fumantes.

Le sureau abrite le plus souvent une sorcière qui a pris l’apparence d’un arbre pour mieux tromper ses victimes. Lorsqu’on entaille son écorce avec une lame de couteau, il se met à saigner. L’aubépine, le prunier et le noisetier servent de nid aux fées, qui s’abritent derrière leurs branches. La plupart des épineux et des ronces sont d’ailleurs habités par les êtres du Petit Peuple.

L’Aubépine se fête du 13 mai au 9 juin de chaque année druidique. Il est associé à la lettre oghamique H correspondant à l’Ogham Huath et la rune Thorn

Aubépine

L’aubépine est un arbrisseau épineux(pouvant tout de même atteindre 4 metres) dont les branches recouvertes d’épines diffuse une énergie spirituelle puissante protégeant les lieux sacrés du monde des ténèbres et esprits négatifs. Son aura est habitée par des génies célestes purs qui distribuent aux lieux environnants une pureté et une protection indéfinissables.

L’aubépine traverse les siècles et conserve ainsi durablement la pureté des lieux qu’elle occupe. Si vous possédez de l’aubépine sur votre terrain, dites vous que vous êtes bénis, à l’abri des mauvais sorts, maladies et que vous prospérerez sans peine.

Les fées, attirées par l’odeur de ses fleurs blanches, déposent leurs bienfaits autour d’elle. Les druides pratiquent la cueillette des baies d’aubépines dont la fermentation produit une boisson rafraîchissante. Les fleurs sont utilisées pour traiter les fatigues cardiaques.

L’aubépine est un arbuste épineux bien connu, cousin du rosier et de l’églantier qui pousse en lisière des bosquets, au bord des chemins, le long des rivières ou en bordure des champs, formant des haies infranchissables, à cause de ses épines.

Plante sacré, l’aubépine est un buisson dont la morphologie de la feuille rappelle vaguement celle du chêne, à ceci prêt que ses branchage sont recouvert d’épine, et on la distingue aussi grâce à ses baies rouge. L’arbre fleurit Blanc. Arbre de Protection Mystique, l’Aubépine était présent dans la plupart des sanctuaires, formant une barrière tant physique (de part ses épines) que psychique pour délimiter l’enceinte Sacrée.

Arbre de Protection, c’est aussi un arbre mystique à l’énergie particulièrement élevée où réside bien souvent des entités et esprits de la nature, et notamment les Fées, l’aubépine constitue ainsi une plante d’intérêt pour établir un contact entre les deux mondes. 

On l’utilisait parfois pour faire des couronnes aux prêtresses lors de fêtes particulières pour permettre un contact avec d’autres mondes lors de rituel et ainsi s’attirer la protection !

L’aubépine est donc surnommée « épine blanche, noble épine, épine de mai, pain d’oiseau ou senellier ».
Cet arbuste vivace est très apprécié des sculpteurs et tourneurs sur bois car le bois de son tronc est très dur. 
Le fruit rouge de l’aubépine murit à l’automne, il est comestible, et ses fleurs sont d’un magnifique blanc teinté de rose.

L’aubépine est l’arbre sacré également de l’église catholique car elle constitua la couronne du christ.
Curieusement, l’aubépine est également arbre sacré chez les druides et dans les rituels celtiques liés à la fécondité, notions retrouvées dans la Grèce antique et à Rome…

Sa composition est d’une richesse peu commune : 
Flavonoïdes, alcaloïde, coumarine, tanins, acides aminés, mono et polysaccarides et de nombreux minéraux et vitamines (calcium, potassium, fer, magnésium, zinc, phosphore, vitamine c…)

Ce merveilleux végétal a des propriétés tonicardiaques et régulatrices des troubles du rythme cardiaque.
Il agit également sur la tension et le cholestérol.
L’aubépine est également sédative du système nerveux.

Beaucoup d’études scientifiques ont été réalisées sur l’aubépine et son action cardioprotectrice aussi bien préventive que curative.

L’aubépine est donc bien la meilleure amie de notre cœur. Thorn est sa rune, Huath est l’Oghams qui y est rattaché.

La légende autour de l’aubépine de Glastonbury Thorn est chrétienne. Joseph d’Arimathie aurait planté son bâton sur la colline de Wearyall (Wearyall Hill) où il poussa pour devenir une magnifique aubépine. Cette aubépine est mentionné pour la première fois dans Lyfe of Joseph of Arimathea [la vie anglo-saxone en vers de Joseph d’Arématie] qui date du XVIe siècle. Cette aubépine fleurissait deux fois l’an. Une floraison peu après le solstice d’hiver sur le « vieux bois » et un autre au printemps sur le « jeune bois ». La floraison de l’hiver était considéré comme un miracle.

Glastonbury.—A vast concourse of people attended the noted thorn on Christmas-day, new style; but, to their great disappointment, there was no appearance of its blowing, which made them watch it narrowly the 5th of January, the Christmas-day, old style, when it blowed as usual. [Glastonbury.- Une foule de gens s’attendaient à voir le bouton fameux le jour de Noël, date moderne mais a leur grande déception il n’y avait aucune trace de sa floraison, c’est pour cette raison qu’ils la scrutaient anxieusement le 5 janvier, Noël ancien temps, et là elle fleurissait comme d’habitude.]

L’Aubépine : Arbre Sacré dans TAO des arbres

L’arbre fut abattu pendant la Première Révolution anglaise au milieu du XVIIe siècle. Un autre fut planté à sa place en 1951 mais celui-ci fut vandalisé en 2010.

Depuis l’Antiquité, l’aubépine symbolise l’innocence et la pureté virginale. Chez les chrétiens elle est liée à la Vierge Marie.

  • On dit que la foudre ne l’atteint jamais.
  • On dit qu’elle est très liée aux pratiques de sorcellerie du mois de mai. Dans le Nivernais, on fixe dans la nuit du 30 avril, une branche de celle-ci à l’entrée des écuries et des étables, afin d’empêcher les araignées dites sorcières d’y pénétrer.

L’aubépine est donc liée au premier mai ou à la veille du premier mai. Ceci est peut-être dû au nom gaelique (celtique) de l’aubépine qui est « Buisson de Beltaine ».

La branche d’aubépine bien épointée serait souveraine contre les vampires quand elle leur transpercerait le cœur.

Les aubépines tiennent un rôle central dans À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, notamment dans Combray : « Je revenais devant les aubépines comme devant ces chefs-d’œuvre dont on croit qu’on saura mieux les voir quand on a cessé un moment de les regarder, mais j’avais beau me faire un écran de mes mains pour n’avoir qu’elles sous les yeux, le sentiment qu’elles éveillaient en moi restait obscur et vague, cherchant en vain à se dégager, à venir adhérer à leurs fleurs. Elles ne m’aidaient pas à l’éclaircir, et je ne pouvais demander à d’autres fleurs de le satisfaire. »

Vous pouvez rejoindre le forum de FRANCESCA « La Vie Devant Soi » : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Et vous pourrez y jouer au TAO en vous aidant du site http://livreblogdujeudutao.unblog.fr/

14 octobre 2018

L’Aubépine, le buisson aux fées

Epine blanche, Chaste épine, Arbre de mai, Noble épine, Cenellier… Cet arbuste épineux au bois dur et aux fleurs blanches parfumées qui s’ouvrent en mai, pousse à la lisière des forêts formant d’infranchissables haies. Symbole de l’innocence et de la pureté, l’Aubépine est consacrée aux déesses vertueuses et à la nymphe Cardea. Cette divinité protectrice douée du pouvoir d’ouvrir et de fermer les portes, préserve les petits enfants des funèbres Striges, oiseaux de malheur suceurs de sang. On affirme que l’Aubépine donne des baguettes magiques aux pouvoirs les plus grands et qu’une branche taillée en pointe peut transpercer le cœur des vampires et les tuer définitivement. Jadis, des couronnes d’Aubépine étaient tressées et déposées autour des buissons parfumés pour que les fées et les esprits bienveillants viennent y danser les nuits de pleine lune. Une branche d’Aubépine posée au pied du lit des nourrissons les protégera des maladies et des malédictions !

AUBEPINE BD

Photo © Cécile Decorniquet, Photographe – Cécile Decorniquet Studio


Magie Verte, les herbes et les arbres enchantés

Aubépine : son Folklore & ses usages pratiques

Par Muirghein ó Dhún Aonghasa (Linda Kerr). Traduction : Fleur de Sureau. Extrait du site The Hazel Nut.

Crataegus oxyacantha – Aubépine à deux styles. On la trouve en Angleterre et en Europe continentale.

ariel-john-anster-fitzgerald

L’aubépine est facilement identifiable à ses branches, couvertes de longues épines pointues. Ses petites fleurs blanches s’épanouissent généralement au mois de mai, ce qui lui vaut d’être également appelée Mai ou Fleur de Mai, bien que dans le sud des Etats-Unis elle fleurisse en Avril (le navire Mayflower doit son nom à l’aubépine). Son nom générique, Crataegus oxyacantha, provient du mot grec kratos, qui signifie dureté (du bois), oxus, qui veut dire pointu, et akantha, qui désigne une épine. Le nom vieil allemand pour l’arbre, Hagedorn, signifie Hedgethorn (ndlt : une haie d’épines) ; le mot haw (ndlt : en anglais aubépine s’écrit hawthorn) est un mot ancien pour hedge (ndlt : haie) (1).

Le fruit rouge, ou cenelle, qui apparaît à la fin de l’été, ressemble à une petit pomme dure. Le bois est un excellent combustible, faisant le plus chaud des feux de bois connu, et dans le passé on le préférait au chêne pour le four à bois (2).

Pour les anciens Grecs et Romains, l’aubépine était un symbole d’espoir et de joie, et était liée aux mariages et aux bébés. L’aubépine était dédiée à Hymen, dieu des mariages. Les torches portées lors de la procession d’un mariage étaient en bois d’aubépine. Les gens plaçaient un brin d’aubépine dans les petits bouquets qu’ils portaient, tandis que la mariée portait un rameau entier (3). Cela aidait à apaiser la déesse Cardéa, qui n’aimaient pas les mariages en particulier au mois de mai. En Angleterre, mai était considéré comme un mois chanceux pour les fiançailles mais pas pour les engagements.

Plus tard, dans l’Europe médiévale, l’aubépine passait pour être un arbre mauvais et malchanceux, et qui annonçait la mort si l’on en rentrait dans les maisons. On considérait l’aubépine comme l’un des arbres favoris des sorcières et lors de la nuit de Walpurgis (Beltane), les sorcières se transformaient en aubépines. « Avec un peu d’imagination superstitieuse, les branches tordues et épineuses de l’aubépine la nuit doivent suffisamment ressembler à une sorcière pour avoir instillé la peur chez les gens du moyen-âge (4). »

En Irlande, les aubépines solitaires appartiennent aux fées, qui s’y réunissent et vivent à l’intérieur. De nombreuses choses terribles étaient prédites, notamment la maladie et la mort, si l’on dérangeait de quelque façon que ce soit une aubépine solitaire. Les Irlandais croyaient que les fées étendaient leurs lessives sur les épines afin de les y faire sécher. L’Irlande a également de saintes aubépines près de ses puits sacrés, sur lesquelles des offrandes de chiffons sont laissées (5). Selon Geoffrey Grigson, les « haws » sont également appelées ‘hags (6)’ (ndlt : vieille sorcière) et une connexion pourrait exister avec le mot vieil irlandais might Hag-Mother (ndlt : Mère-Sorcière), à qui, dit-on, l’on destinait chiffons et vêtements.

holythorntree2

La plus célèbre de toutes les aubépines est celle de Glastonbury (ndlt : « Glastonbury thorn », hélas victime de vandalisme au cours du temps et il y a encore quelques années). C’est un Crataegus monogyna var. praecox, à double floraison, une fois en hiver et une seconde en mai. Selon la légende de Glastonbury, la Couronne d’Epines était en aubépine. Plus tard, il y fut ajouté que Joseph d’Arimathie planta son sec bâton d’aubépine dans la colline qui se mit alors à pousser et qui, depuis, fleurit chaque Noël (7).

L’aubépine est associée au Jour de Mai plus que toute autre plante. La plupart du temps, les aubépines étaient déjà en fleur le Jour de Mai avant que les Britanniques ne changent de calendrier en 1752 et adoptent le Nouveau Style. Le Jour de Mai survient désormais 13 jours plus tôt (8).

L’aubépine était récoltée le matin du Jour de Mai, tressée et placée sur les portes et fenêtres. L’acte était important car le pouvoir des plantes magiques a toujours été accru par ces tressages sous différentes formes. La magie de l’aubépine était déjà accrue durant la nuit grace à la rosée, que les gens des campagnes ont toujours considérée comme un fluide magique, en particulier le matin du Jour de Mai (9).

Lors du Jour de Mai, les fées et les sorcières étaient de sortie, et tout aussi excitées que les humaines par le début de l’été. Lait et beurre étaient susceptibles d’être volés ou ensorcelés. En Irlande, le sorbier était le protecteur le plus sûr contre cela, tandis qu’en Angleterre et en France, la plante protectrice était l’aubépine (10).

Sexe et fertilité faisaient partie intégrante des célébrations du Jour de Mai d’autrefois, et étaient symbolisés par l’aubépine. Le doux parfum rance des fleurs les rendent évocatrices de celle du sexe. Cette même odeur a conduit à la croyance que les fleurs d’aubépine avaient conservé la puanteur de la peste. Les fleurs contiennent de la triméthylamine, qui est un composant de l’odeur de putréfaction (11).

Aujourd’hui, l’aubépine est à l’origine d’un puissant médicament pour le cœur. La recherche scientifique a démontré que l’aubépine dilate les vaisseaux sanguins, ce qui permet au sang de circuler plus librement, en abaissant la pression sanguine. Elle régule également l’action du cœur, en agissant directement sur le muscle cardiaque pour aider un cœur défaillant a travaillé plus efficacement. Elle agit lentement et semble être toxique seulement à très grandes doses, faisant d’elle un tonique assez sûr (12). Lorsqu’elle est administrée correctement, l’aubépine est bonne pour un muscle cardiaque affaibli par l’âge, en cas d’inflammation du muscle cardiaque, en cas d’artériosclérose et de problèmes cardiaques nerveux.

A la maison, les fleurs et les baies d’aubépines peuvent être employées en décoction (bouillies), et celle-ci bue dans le cas des maux de gorge. Elles peuvent également être utiles dans le cas de troubles rénaux, en agissant comme un diurétique. Les baies peuvent être utilisées sous forme de tisane qui est bonne en cas de troubles nerveux et d’insomnie (13).

On peut faire une excellente liqueur à partir des baies et des fleurs. Cette recette employant les fleurs remonte aux environs de 1775.

Liqueur de Fleurs de Mai :

Essayez de récolter les fleurs de mai lors d’une journée calme et sèche lorsqu’il n’y a aucune poussière dans l’air. Cueillez-en autant que peut en contenir votre jarre (1 litre). Remplissez-la de brandy ou de vodka. Fermez la jarre et secouez-la 3 fois par semaine pendant 3 mois. Filtrez et si nécessaire ajoutez du sucre selon le goût. La liqueur obtenue est excellent dans les crèmes et les sauces (14


Fibromyalgie- l’histoire ou un peu de chronologie d’hier et d’aujourd’hui

Un regard dans l’histoire

L’histoire ou un peu de chronologie

L’étymologie du terme vient d’une part du latin fibra, « fibre », et d’autre part du grec ancien avec myos et algos, respectivement « muscle » et « douleur ». D’autres expressions peuvent désigner la même entité : syndrome polyalgique idiopathique diffusfibromyositefibrositepolyenthésopathiefibromyalgie primitive[.

Période pré-moderne

Guillaume de Baillou (1538-1616) est le premier à utiliser le terme de « rhumatisme » dans un sens moderne.

Au cours du xviiie siècle, les médecins distinguent un « rhumatisme musculaire » dont les douleurs sont situées dans les muscles et autres tissus mous, du « rhumatisme articulaire » (douleurs et raideurs des articulations). Durant le xixe siècle, ce « rhumatisme musculaire » fait l’objet d’une double approche, l’une basée sur la recherche d’une lésion causale (anatomie pathologique), l’autre sur celle d’un mécanisme causal (physiopathologie).

Approche anatomopathologique

Dans les pays allemands et scandinaves, le rhumatisme musculaire est considéré comme une pathologie de structure, dans le cadre de l’anatomie pathologique de Rudolph Virchow. L’examen clinique distingue des nodules palpables du muscle, par atrophie et fibrose, à traiter par massages et électricité. Cette approche est représentée par les travaux de Robert Froriep (1804-1861) et de Johann Georg Mezger ((1838-1909)[.

En 1876, Uno Helleday (sv) propose le terme de chronic ou rheumatic myitis se présentant comme des myalgies associés à des nodules sensibles dont la détection nécessite une technique particulière de palpation (compression et percussion).

Le mécanisme envisagé est alors celui d’une atrophie musculaire remplacé par du tissu conjonctif. Les nodules sensibles s’expliqueraient par une exsudation (libération de liquide) des capillaires, de nature inflammatoire (à l’époque l’inflammation n’est pas encore un phénomène cellulaire)[

Approche physiopathologique

En France et au Royaume-Uni, le « rhumatisme musculaire » est vu comme une inflammation du tissu conjonctif et fibreux, ceci dans le cadre de la physiopathologie de Xavier Bichat (1771-1802). Cette notion mène directement au concept de fibrositis, terme qui sera introduit en 1904 par Sir William Gowers pour désigner un mécanisme supposé « processus morbide, manifestation à partir d’une origine de nature inflammatoire »[.

En 1841, François Valleix, dans son Traité des névralgies décrit des points douloureux à la palpation, pas toujours reliés à une douleur spontanée, ou à la distribution ou point d’émergence de nerfs périphériques. Cependant sous l’influence de Valleix, puis de Charcot (1825-1893), l’école française s’oriente plutôt soit vers des lésions nerveuses périphériques, soit vers la « névrose hystérique ».

Désintérêt relatif au xxe siècle

Au tournant du xxe siècle, les différentes approches semblent converger vers une synthèse. En 1904, Ralph Stockman ((1861-1946) publie des photomicrographies de ces nodules musculaires, mais ces travaux non reproductibles ne sont pas validés. Il en est de même de la valeur des nodules palpables qui se retrouvent chez des sujets en bonne santé, sans autre symptômes, et sur lesquels les désaccords persistent (détection, localisation, taille, évolution… de ces nodules)[.

L’attention se reporte alors vers les points signalés par Valleix (sensibles à la palpation mais non nodulaires) sans rapport direct avec une distribution nerveuse anatomique. Ce type d’études est mené par quelques auteurs américains, britanniques et australiens dont les travaux mènent aux notions de nerve point, de douleur à distance ou de trigger point (zone ou point-gâchette), ou encore de myofascial pain (douleur myofasciale)[.

Dans les années 1940, il n’existe aucun accord sur les définitions, la place et la nature des « rhumatismes musculaires » dépourvus de base organique puisque, contrairement à leur dénomination fibrositis, on ne retrouve aucune anomalie structurelle ou inflammatoire. La perte d’intérêt est d’autant plus manifeste que le concept de « discopathie » (dégénérescence et hernie du disque intervertébral) devient prédominant, ces « discopathies » expliquant de nombreux symptômes auparavant rattachés à la « fibrosite »[.

Pour certains, vu le fait qu’elle affecte majoritairement des femmes, la fibrositis est classée dans le groupe depuis contesté des hystéries féminines. En France, jusqu’aux années 1970, ce genre d’affections appartient aux « psychalgies » ou « algies psychogéniques », comme la cervicodorsalgie essentielle ou bénigne des femmes jeunes. Ces troubles sont considérés comme des inadaptations au travail féminin (couturières, dactylos…), comme des conflits intra-psychiques, ou comme un équivalent dépressif[67]. Cela a été supposé à partir du fait que les douleurs résistent aux analgésiques musculaires usuels à l’époque. 

Il existe cependant un paradoxe : les muscles squelettiques représentent la plus grande partie du corps, en étant le plus exposés, et pourtant les manuels de médecine ne traitent que des maladies musculaires les plus rares comme les myopathiesou la myasthénie, alors qu’un nombre toujours croissant de personnes souffrant de douleurs musculaires diffuses cherchent des soins auprès de la médecine officielle, ou à défaut avec des pratiques alternatives. Au cours des années 1970, il apparait que le terme fibrosite doit être définitivement écarté, et l’approche du problème complètement renouvelée[

Période moderne

En 1976, le terme fibromyalgia est utilisé pour la première fois, pour décrire les symptômes, du latin : fibra (fibre), et du grecmyo (muscle) et algos (douleur), mais la diffusion du terme est attribuée à une publication de 1977 par deux auteurs canadiens. La fibromyalgie ou syndrome fibromyalgique est alors envisagée comme un objet d’interrogation, plutôt qu’un objet de savoir.

La fibromyalgie aujourd’hui en France et dans les monde – un petit aperçu

États-Unis

Muhammad B. Yunus publie en 1981 les premières études cliniques contrôlées des symptômes de la fibromyalgie[. Ces études, confirmées par d’autres, reconnaissent l’existence d’un syndrome spécifique : l’association des symptômes à l’interrogatoire, aux points sensibles à l’examen, est validée. D’autres études montrent qu’il existe une association avec des troubles du sommeil reconnus à l’EEG ; et qu’il n’y a pas d’association entre ce syndrome et une anomalie psychologique ou psychiatrique particulière[.

En 1987, sous le titre Fibromyalgia syndrome. An emerging but controversial condition, l’affection est présentée dans une étude d’ensemble publiée dans le JAMA. Renommée fibromyalgie, et « bien que pour certains auteurs, elles ne soit pas une entité à part entière », elle est reconnue comme fréquente aux États-Unis et pouvant être diagnostiquée de façon simple « dans des cadres cliniques appropriés »[.

En 1990, l’American College of Rheumatology committee (ACR) en définit les critères en 1990. Au départ, ces critères étaient destinés à des buts de recherche, et non pas à être appliqués en pratique clinique[.

France

Marcel-Francis Kahn ré-introduit en France l’étude de la fibrosite dans les années 1970. En inventoriant les diagnostics de 5000 patients consultant en rhumatologie (Hôpital Lariboisière, service du professeur de Sèze), il note 6 % de cas stéréotypés mais classés « polyalgies psychosomatiques » voire « imaginaires » et même « simulées ». En consultant la littérature, il découvre que ces cas sont décrits par les auteurs anglo-saxons sous le nom de fibrositis[

Il propose d’abord le terme de polyentésopathie, puis celui de « syndrome polyalgique idiopathique diffus » (SPID) dans les années 1980, mais le terme fibromyalgia a prévalu au niveau international, et a été francisé en « fibromyalgie »[*]

Niveau international(*)

Ruban couleur internationale de la fibromyalgie

En 1992, l’Organisation mondiale de la santé reconnaît la fibromyalgie comme maladie rhumatismale, distincte des troubles psychosomatiques(*). Une journée internationale a été retenue le 12 mai pour mobiliser les malades et la population ; ce jour anniversaire est celui de la naissance de Florence Nightingale, née le 12 mai 1820 à Florence, elle était infirmière et elle-même atteinte de fibromyalgie.

La fibromyalgie était codée M 70.0 comme rhumatisme non spécifié dans la classification internationale des maladies (CIM). Depuis janvier 2006, elle est codée sous M 79.7 sous son propre nom, indiquant qu’il s’agit d’une maladie reconnue à part entière.

La première semaine européenne contre la fibromyalgie est lancée du 20 au 26 octobre 2007 ; et la première année européenne contre la fibromyalgie en 2009. Ces manifestations sont organisées par l’Association européenne pour l’étude de la douleur, mais à cette date, la fibromyalgie n’est pas inscrite dans le répertoire officiel des maladies de l’Union Européenne[*].

En 2010 et 2011, les critères américains de 1990 de l’ACR font l’objet d’une révision, celle de 2011 étant destinée à des fins épidémiologiques[.

En 2017, la chanteuse-actrice Lady Gaga annonce publiquement qu’elle souffre de fibromyalgie apportant ainsi de la visibilité aux personnes atteintes.

En France

Officiellement, en 2005, le gouvernement estimait qu’environ 2 %[*] de la population française était atteinte de fibromyalgie, environ 1,3 million de Français. Carole Robert, pour l’association Fibromyalgie France, estimait en avril 2007 que plus de 3 millions de Français seraient concernés[*] (soit autant que l’ensemble des personnes atteintes de maladies rares en France, selon les chiffres transmis par le ministère de la Santé et des Solidarités en mai 2006). Des pistes environnementales et génétiques sont à creuser car, selon l’association, 64 % des personnes myalgiques présentent une intolérance à des produits chimiques.

En 2006, le ministre de la Santé a commandé un rapport sur la fibromyalgie à un groupe de travail de l’Académie nationale de médecine, coordonné par Charles Joël Menkes (rhumatologue) et Pierre Godeau (interniste), rendu en janvier 2007. Ce rapport émet un avis favorable sur « la réalité de ce syndrome douloureux chronique et même sa fréquence », mais « tout en entretenant des doutes sur la légitimité d’en faire une maladie, avec les conséquences médico-sociales qui peuvent en résulter ». Le rapport note aussi la difficulté de mesure des symptômes en raison du « caractère subjectif des troubles invoqués (douleur, fatigue, mal-être, troubles du sommeil) […] » ou encore le caractère « artificiel et abusif des critères de classification quand on les utilise à tort comme critères de diagnostic »(*).

En 2010, la Haute Autorité de Santé publie un rapport d’orientation sur le syndrome fibromyalgique faisant le tour des enjeux et débats en France et dans le monde[*].

Jean Dornac nous témoigne

Le mal broyeur
Quand tout se brouille
Que les jours dans nos mains
Restent tristement bredouilles
Comment se lever le matin ?
Quand le corps
De douleurs et cris
Quoi qu’on fasse se tord
Comment vivre sa vie ?
Le mal fibromyalgique
Méconnu et tragique
Brise les vies et les corps
Même de ceux qui étaient forts…
Nul secours sérieux
A attendre des cieux
Ou d’un monde médical
Qui n’a rien d’amical
On passe pour des fous
De tristes dépressifs
Des gens à l’esprit flou
Voire des êtres agressifs
Il ne faut surtout pas
Choquer l’économie
C’est son droit de détruire nos vies
Avec ses poisons dans nos plats
Alors, contre vents et marées
Nous devons supporter
Ce mal qui nous envahit
Qui nous ronge jusqu’à l’envie
Ô citoyens ignorants
Ou cruellement indifférents
Ouvrez les oreilles, écoutez-nous
Nous qui sommes à genoux
Ne vous moquez pas des malades
Qui n’ont plus même droit aux balades
Poussez politiciens et médecins
Pour qu’ils cessent d’être des chiens…
© Jean Dornac
Paris, le 12 mai 2012
(avec son aimable autorisation)https://fibromyalgiesos.fr/rdv2/wp-content/uploads/2011/08/LE-MAL-BROYEUR-JEAN-DORNAC.pdf

Le 15 juillet nous vous invitons au lancement des deux remèdes qui sont destinés à soulager et donner l’espoir pour ceux qui souffrent de fibromyalgie. Partagez avec tous ceux qui ont besoin!!!!

Elle ne me tue pas , mais elle ne me laisse pas vivre!!!

Tous les fibromyalgiques se reconnaîtront dans la description des symptômes, ils sont nombreux. Il est question d’une centaine.  Nous les regroupons ici par ordre alphabétique. Ce n’est pas pour faire peur ou pour impressionner mais la réalité est telle et il faut l’accepter!https://fibromyalgiesos.fr/rdv2/les-100-symptomes-de-la-fibromyalgie/

Liste des 100 symptômes liés à la fibromyalgie – Extrait du livre « Prisonniers de la fibromyalgie, l’espoir retrouvé » du Dr André MARGUIN


Acouphènes, sifflements ou bourdonnements d’oreilles

Les acouphènes sont une dysfonction auditive. Une personne qui en souffre entend des sons en l’absence de bruits extérieurs : sifflements, bourdonnements, cliquetis, etc. Ces sons sont produits par le système neurologique et peuvent être perçus dans différentes parties de la tête : dans une oreille ou dans les deux, à l’intérieur, à l’avant ou à l’arrière de la tête. Les acouphènes peuvent être occasionnels, intermittents ou continus.

Allergie

Plusieurs réactions qui peuvent se manifester en différentes régions du corps :
– sur la peau, aux yeux, dans le système digestif ou encore dans les voies respiratoires.
– Les types de symptômes et leur intensité vont varier selon l’endroit où l’allergie se déclare, et en fonction de plusieurs autres facteurs, propres à chaque personne. Ils peuvent être très discrets, comme un léger rhume des foins, ou potentiellement mortels, comme le chocanaphylactique


Amygdalite et laryngite

Amygdalite

Inflammation aiguë (survenant brutalement et de courte durée) ou chronique (s’étalant sur
une longue période), le plus souvent d’origine infectieuse, des amygdales palatines (proches du palaisde la bouche) ou linguales (proches de la langue).L’amygdalite est particulièrement fréquente chez l’enfant avant 10 ans, et plus rare chez l’adolescent ou l’adulte.

Laryngite

Leur cause : virus le plus souvent, bactéries parfois. L’étage du larynx atteint : sus ou sous-glottique ; Le mécanisme : la laryngite striduleuse (spasmodique) à début brutal mais vite résolutive s’oppose à la laryngite oedémateuse à début progressif mais d’évolution parfois sévère.


Anxiété

Trouble émotionnel se manifestant par un sentiment d’insécurité;un sentiment d’appréhension, de tension, de malaise, de terreur face à un péril de nature indéterminée souvent exprimée par le patient sous les termes de nervosité ou de soucis.

Apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est une maladie respiratoire peu connue du grand public,
encore trop souvent sous diagnostiquée, mais qui fr appe un nombre important et croissant de nos contemporains et qui a de graves conséquences sur la santé.

Articulation temporo-mandibulaire

L’ATM est l’articulation la plus complexe du corps. Chaquepersonne en a deux, situées de chaque côté du visage, immédiatement devant les oreilles, à l’endroit où l’os temporal du crâne est relié à la mâchoire (mandibule) inférieure. Les ATM s’ouvrent et se referment comme une charnière, et glissent vers l’avant, vers l’arrière et d’un côté et de l’autre. Pendant la mastication, elles subissent une pression énorme. Elle peut crépiter, se sub-luxer, se déboîter.

Asthénie et fatigue chronique

La fatigue est appelée aussi asthénie et devient un motif de consultation fréquent et peut révéler de nombreuses maladies. La fatigue pathologique ou anormale est une fatigue qui survient plus rapidement et persiste de façon chronique. Elle peut être liée à des facteurs psychiques ou physiques.

Audition

Perte dans les basses fréquences ou diminution de l’acuité auditive se retrouvent souvent
chez les fibromyalgique. Baisse des performances physiques: Sensation de ne plus pouvoir faire tout ce qu’on faisait il y apeu, d’être surmené, et de ne pas pouvoir en faire plus,le besoin de repos permanent. Baisse des performances intellectuelles. La vivacité d’esprit est diminuée, inefficacité intellectuelle.

Baisse des performances physiques

Sensation de ne plus pouvoir faire tout ce qu’on faisait il y a peu, d’être surmené, et de ne pas pouvoir en faire plus,le besoin de repos permanent.

Baisse des performances intellectuelles

La vivacité d’esprit est diminuée, inefficacité intellectuelle

Baisse des performances sexuelles et surtout de la libido

La douleur musculaire profonde et lasévérité de la fibromyalgie peuvent empêcher d’apprécier le sexe. Certaines médications, tel que les SSRI antidépresseurs, utilisé dans le traitement de la fibromyalgie peuvent causer une diminution de la libido.

Biopsie

la fibromyalgie ne se découvre pas aux examens tissulaires microscopiques habituels

Bouche

Elle est souvent sèche comme dans le syndrome de Gougerot Sjörgen. Il est difficile de
l’ouvrir en grand selon un même axe. La déviation ou la fermeture est fréquente.

Bouffées de chaleur (sueurs)

Bourdonnement d’oreille (voir acouphènes)

Brouillard

Les malades parlent de brouillard, sensation qu’ils ont de l’entourage, une impression devivre dans le coton

Bruxisme

Dents qui grincent en frottant les une contre les autres sans le moindre repos.

Canal carpien

Les signes s’apparentent au syndrome du canal carpien.

Circulation sanguine

Elle semble perturbée. Les patients décrivent une sensibilité exagérée au froid.

Collets dentaires

Collets dentaires sensibles et fragiles (déchaussement des dents)

Colon irritable

Le syndrome de l’intestin irritable : le fibromyalgique se plaint de diarrhée et de constipation, d’avoir les intestins fragiles, de tolérer de moins en moins d’aliments

Concentration

Manque de concentration, perte de mémoire à court terme, difficulté à s’exprimer
(cherche les mots).

Conduit auditif

Troubles de l’audition, acouphène, bourdonnements, démangeaisons, excès de cérumen

Démangeaison et grattage incontrôlable de la peau

Peau sèche et dure peut avoir un aspect marbré, grattage des mollets, des avant-bras,

Dent

Maux de dents, sensibilité au chaud et au froid. Une dent en souffrance par dysfonction, reste
muette, asymptomatique et ne s’exprime qu’à distance, là où on ne l’aurait jamais soupçonnée d’agir

Dépression

Associée à un état anxieux permanent, parfois à une perte d’appétit, à des crises de panique ou à des crises de larmes.

Déviation de la mâchoire à l’ouverture et à la fermeture

Difficultés d’ouvrir la mâchoire ou pour la fermer

(voir « articulations temporo-mandibulaire »)

Difficultés pour monter ou descendre un escalier.

La douleur atteint les membres inférieurs, et principalement le genou lâche. Les escaliers déclenchent des douleurs vives à la montée comme à la descente

Difficultés pour lever et baisser les bras.

Difficultés pour avaler

Difficulté à la déglutition, fausse route, inflammation fréquente des amygdales et du larynx.

Difficultés pour parler

Extinction de voix dysphonie.
Difficultés pour s’exprimer ou pour communiquer (voir « brouillard »).
Difficultés pour s’exprimer ou pour communiquer

Distorsion des sensations

La peau est extrêmement sensible, l’effleurement cutané peut être douloureux pour le fibromyalgique (voir « allergie, hypersensibilité »).

Doigts rouges ou blancs

(voir extrémités)

Douleurs à la tête

Les malades qui ont la fibromyalgie ont de sévères migraines, le mal de tête peut apparaître n’importe où, la plupart sont d’un côté et incluent la douleur faciale ou de douleur derrière
les yeux, au fond de l’orbite.

Douleurs spontanées diffuses et lancinantes

concernant les muscles, les tendons, les ligaments et la peau, mal localisée,
Elles changent d’endroit, d’intensité et de caractère au gré du temps, de l’humilité, du stress, de l’activité physique ou l’air ambiant, de la modification des champs de pression atmosphérique. Aucune partie du corps n’est épargnée, de la main à l’épaule, du pied à la hanche, du bas du dos au sommet du crâne, tibia, talon.

Douleurs faciales

Ces douleurs unilatérales se situent sur la projection cutanée de la canine supérieure ou de la dent de six ans. Elles irradient souvent l’orbite. Douleur à la pression de l’articulation temporo-mandibulatoire: mais seulement unilatérale. (voi r »articulation temporo-mandibulatoire »).

Douleurs à la mastication (voir « articulation temporo-mandibulatoire »).

Douleurs musculaires unilatérales à la pression
le Collège Américain de Rhumatologie (ACR) a décrit les neufs points bilatéraux suivants en 1990.
Lorsque onze points sont douloureux à la pression, le sujet a, selon ACR, 88 % de chances d’être
fibromyalgique:
• point sous occipital, à l’insertion du muscle au niveau de l’émergence du nerf d’Arnold,
• point cervical au niveau c5-c7, point au milieu du bord supérieur du trapèze,
• point épi condylien situé à deux centimètres de l’insertion osseuse sur l’avant bras,
• point entre l’omoplate et la colonne, point grand trochanter,
• point intercostal situé au-dessous du genou au niveau de la patte d’oie

Douleurs des règles

Ainsi que les douleurs vaginales qui ne sont pas associées avec les règles.

Douleur thoracique unilatérale

Cette douleur se rencontre le plus souvent à gauche sur la cinquième côte et elle empêche le sujet de remplir ses poumons comme il le voudrait, empêchant la respiration profonde.

Dysphagie

difficultés à avaler, fausses routes peuvent arriver parfois dans le cadre d’une fibromyalgie.

Dyspareunie

douleur pendant les rapports, douleurs vulvaires.

Endométriose

Engourdissements des membres et sensation de fourmis.

Les membres s’engourdissent facilement, les doigts ne peuvent pas supporter le froid et la main reste froide en hiver comme la maladie de Raynaud (voir « gonflements »). Les doigts peuvent paraître boudinés.

Extrémités blanches et froides en hiver

Les doigts ne peuvent pas supporter le froid.

État confusionnel:

voir « brouillard » Difficulté à s’exprimer, les mots juste ne viennent pas, la mémoire défaille sans raison et il est difficile suivre une conversation.

Examens sanguins

aux examens sanguins habituels on ne retrouve pas la fibromyalgie.
Examens de sang particuliers le taux de sérotonine serait inférieur à la normale, la dopamine, la
noradrénaline, l’histamine, le GABA, le calcitonin-géne-related peptide et tous les neuromédiateurs seraient perturbés. Tout l’axe hypothalamo-hypophyso-surénalien serait perturbé ainsi que le système nerveux végétatif.

Fatigue

Fatigue extrême après une activité minimale, épuisante, chronique; la fatigue sur le patient ,
à peine levé, lui donne envie de se recoucher. Le malade ne peut pas faire les activités les plus
simples

Fertilité masculine

risque d’infertilité

Fer

voir peau

Force

perte de force au niveau des mains

Frissons

Genoux qui se dérobent

Gonflement unilatéral des extrémités

des doigts ou des pieds jusqu’au genou

Ce gonflement ne concerne pas les articulations, ce qui permet de le différencier d’affections inflammatoires articulaires (voir « extrémités »).

Gorge

racle souvent avec la sensation de glaire.

Hypersensibilité

A tout ce qui entoure : odeurs, lumière, bruit, à la moindre ambiance sonore, au chaud, au froid, à la cigarette, il s’agit d’une irritabilité de tout

Hypersensibilité aux allergènes

Médicaments, aliments ou additifs alimentaires, pollution.

Humeur changeante

Sautes d’humeur fréquentes pour des broutilles, irritabilité due aux douleurs
qui peut entraîner une sensation de malaise ensuite.
Idées suicidaires fréquentes, heureusement, le passage à l’acte est plus rare (voir « dépression »).

Idéation

les patients des troubles de l’idéalisation, l’impression d’être ailleurs, de « marcher à côté de
leurs baskets » et d’avoir de plus en plus de difficultés pour rester performants dans le travail (voir »brouillard », « état confusionnel »).

Impatience

C’est le syndrome des jambes sans repos, qui peut se retrouver dans les bras et dans
les muscles dorsaux . Mouvements quasi involontaires.

Inadaptation à l’effort

Empêche toute activité même la plus simple, manque de vitalité.

Irritabilité

pour de peccadilles, la saute d’humeur est fréquente chez le fibromyalgique (voir
« humeur »).

Libido

diminue voire devient inexistante.

Maladresse

le fibromyalgique lâche les objets, de même, il se heurte, se cogne ou se blesse sans raison apparente.

Marche

Sensation d’être attiré sur le côté.

Mastication difficile

Les malades décrivent une impression de mâchoire folle qui ne sait jamais comment se fermer, qui se décroche, qui semble être décalée, sans repères. Mordre une pomme devient pénible

Mémoire à court terme perturbée

télécommande perdue, clés, voiture même

Mouvements incontrôlables

(syndrome des jambes sans repos)

Muqueuses

sécheresse de la bouche et des yeux semblables à la maladie de Gougerot Sjörgen.

Myalgie

Myoclonies nocturne

contraction musculaire des jambes .

Occlusion dentaire

Des patients se plaignent de ne pas pouvoir fermer correctement la bouche.

Palpitations cardiaques, malaises

Certains fibromyalgiques ont des douleurs lancinantes du côté gauche de la poitrine qui laisseraient soupçonner une crise cardiaque. Il est probable que ces douleurs soient le résultat d’une sensibilité accrue dans la paroi de la poitrine. Cependant, afin d’éliminer la possibilité des troubles cardiaques, un examen médical est indiqué. De plus, plusieurs médicaments utilisés pour le traitement de la fibromyalgie peuvent provoquer des palpitations et des
battements rapides du cœur.

Panique

crise d’angoisse.

Paresthésie ou troubles de la sensibilité des mains

Avec prédominance unilatérale sur le 4è et 5è doigt. Les patients décrivent une sensation de fourmis qui rampent sur la peau, de brûlure, d’engourdissement ou de picotements qui peut irradier jusqu’à l’épaule. Le pied est moins souvent concerné par cette paresthésie.

Peau sèche, écailleuse, râpeuse,

les démangeaisons ressenties sont fortes. Des troubles de la
coloration cutanée peuvent être observés donnant à la peau un aspect marbré.
Un déficit en fer a été aussi évoqué chez le fibromyalgique en raison d’une atteinte globale des
phanères: cheveux cassants, ongles striés, muqueuse buccale sèche et atrophiée, fissures au coin des lèvres.

Pied

Les pieds peuvent devenir douloureux à l’appui, à l’avant pied comme au niveau du talon. La station debout ou la marche, blessent le pied et y produisent toutes sortes de blessures: cors, durillons ou ampoules. A un stade plus avancé, le sujet aura l’impression que son pied change de forme au point que le port de chaussure devienne difficile. Les sujets les plus observateurs décrivent une impression de rotation des orteils, de la plante, ces blessures finissent par faire renoncer à l’envie de marcher.

Photophobie

la lumière naturelle et plus encore celle du soleil est difficile à supporter ainsi que la lumière artificielle.

Radio

les radios, les scanners ne dépistent pas la fibromyalgie.

Raideur

les patients atteints de fibromyalgie confirment ce symptôme. Mouvements entravés après
avoir garder longtemps (30 minutes suffisent) la même position, debout, assis, ou dans le lit.
Difficulté à « relancer la machine »

Règles

parfois douloureuses

Seins

souvent kystiques, mastoses

Selles mal moulées

alternant entre diarrhée et constipation (voir « colon »).

Sinus

douleurs des sinus ressemblant à des sinusites sans signe radiologique.

Sommeil

le sujet dort moins en quantité sans trouver de « sommeil réparateur »
En pratique, le fibromyalgique aura des phases d’hypersomnie qui pourront succéder à des phases d’insomnie. Il se réveille souvent dans la nuit sans pouvoir se rendormir, et au matin, il est aussi fatigué que quelqu’un qui n’a pas dormi. Parfois, il est réveillé par des crises de terreur nocturne avec la sensation de ne plus pouvoir respirer.

Spasme musculaire

contraction musculaire des jambes.

Sueurs abondantes

La malade peut transpirer abondamment nuit et jour.

Thermique

trouble, sensation d’avoir trop chaud en été, trop froid en hiver et surtout d’avoir les mains
froides ou les pieds froid. Les mains peuvent paraître blanches, exsangues et non vasculaires.
Thermographie: maladie de la thyroïde ; des anti-corps anti-thyroïdiens sont trouvés chez 20 à 30% des malades.

Troubles digestifs

douleurs, ballonnements, alternance de diarrhée et constipation. Les malades se plaignent tout à tour de brûlures d’estomac, de gaz, d’état nauséeux (voir « colon »).

Troubles de l’humeur

La douleur dans leur corps met les nerfs des fibromyalgiques à fleur de peau.
Elle les épuise. Ils ont du mal à garder le contrôle de leurs réactions.

Urines

problème de vessie, incidents croissants de la vessie irritable (fuites urinaires au moindre effort, besoins fréquents), de fréquentes cystites sans infection.

Vertiges

Vision

troublée et douloureuse, « mouches volantes » ou de fausses images devant les yeux déplacent devant les yeux.

Vulve

lors des crises, les femmes décrivent des douleurs à type de brûlure ou de tiraillement qui
peuvent faire penser à un herpès.

Yeux

brûlent et démangent comme si un grain de sable ne voulait pas quitter la conjonctivite. . Une des deux paupières peut battre sous l’influence de spasme incontrôlable.


Dernière modification le : 26 mai 2020. https://fibromyalgiesos.fr/rdv2/les-100-symptomes-de-la-fibromyalgie/

La fibromyalgie


Voilà le debut de notre combat! Et oui parce qu’à partir de cet article votre combat devient le mien et en me sentant concernée je ferai de votre souffrance la mienne et ensemble nous allons voir ce qu’on peut faire.
• Apprendre : définition et compréhension par mots clés.
• 2. Il’y a-t-il des causes connus qui déclenchent le syndrome de la fibromyalgie ?

Mes chers, la fibromyalgie est une maladie, oui nous savons tous qu’elle est bien reconnu comme une maladie et qu’il y a des recherches qui nous promettes découvrir les causes et un possible traitement.


Pour bien comprendre ce nous avons comme informations on va essayer de décortiquer les mots-clés qui font partie de la definition de ce que nous appelons aujourd’hui LA FIBROMYALGIE.

Tout d’abord nous savons que tout au debut elle a eu d’autre appellations en fonctions de symptômes et des causes apparentes . Donc la fibromyalgie a été dénommée par le passé par les termes : fibrosite, fibromyosite, polyenthésopathie, SPID (Syndrome Polyalgique Idiopathique Diffus).


La définition de SPID a été longuement retenue: est une maladie chronique provoquant une douleur diffuse permanente dans les muscles et tendons du corps. La douleur est souvent concentrée dans une seule partie du corps, notamment au niveau du cou, des cuisses, des épaules et de l’abdomen.
L’appellation  » syndrome polyalgique idiopathique diffus  » (SPID) a été créée par le Professeur Marcel-Francis Kahn dans les années 1980, mais le terme anglo-saxon fibromyalgia a prévalu dans
les congrès médicaux et a été francisé en  » fibromyalgie « .

Le terme fibromyalgie vient de – fibro -, pour fibrose ou tissu fibreux (ligaments, tendons), de – myo – qui signifie muscles et d’- algie – qui signifie douleur. Le terme fibrose a été critiqué par certains médecins, car il n’existe aucune fibrose des muscles à l’origine des douleurs.
Il a été crée en 1977 par Smythe et Moldofsky. La fibromyalgie a été classifiée comme un syndrome par l’Académie de Médecine en janvier 2007 qui consacre à la fibromyalgie une séance : « L’Académie nationale de médecine recommande de ne pas rejeter ces malades, mais de les faire bénéficier d’une prise en charge individualisée et multidisciplinaire ».
Les recommandations étaient encore loin d’être suivies en 2017, les patients étant parfois au mieux poliment écoutés et dans certains cas la maladie est déniée. Et aujourd’hui ?

Le fibromyalgique est un patient qui se plaint de douleurs chroniques diffuses et dont l’ensemble du bilan (biologique,
iconographique…) est normal.Le malade a la sensation soit d’être dans le brouillard (le « fibrofog » défini par les anglo-saxons), soit d’être passé sous un rouleau compresseur, ou qu’un « crabe » le dévore de l’intérieur, la sensation d’être « charcuté » à vif, que des milliers d’aiguilles le transperce ; il est courbattu comme dans un état grippal… et ceci 24h /24.
C’est la maladie du « mal partout », « mal tout le temps »

Une maladie neuro-tendino-musculaire

C’est une maladie neuro-tendino-musculaire, démontrée notamment par les récentes imageries nucléaires cérébrales.

Une maladie « orpheline par extension »

C’est une maladie « orpheline par extension »  ( pas de traitement adapté mais maladie non rare) caractérisée par un état chronique de douleurs neuropathiques de jour comme de nuit : douleurs tendino-musculaires, troubles du sommeil, fatigabilité, épuisement (SFC : Syndrome de Fatigue Chronique ou d’épuisement), troubles de la concentration et de la mémorisation, anxio-dépression réactionnelle, maladie pouvant engendrer un handicap réel.

Une petite conclusion

La fibromyalgie est un état clinique qui relève en priorité d’un dysfonctionnement  du système nerveux autonome et de la neurotransmission  ainsi que d’un dysfonctionnement du contrôle des douleurs.
Une maladie neuro-tendino-musculaire? C’est une maladie neuro-tendino-musculaire, démontrée notamment par les récentes imageries nucléaires cérébrales.

A quoi est-elle due ?

A l’origine de la fibromyalgie, certainement, une prédisposition génétique alliée à des facteurs défavorables : traumatiques, environnementaux, sociaux, physiologiques, humains. L’ensemble génère un état de stress non géré, le système neurologique débordé répond mal, et induit cette atteinte chronique.
Pour les causes nous avons des études qui nous parlent des causes neurologiques et des possible causes génétiques.
La cause de la fibromyalgie est inconnue. On sait qu’il existe une anomalie de la réponse à la douleur qui est augmentée. Il y a une sensibilisation du système nerveux central, attestée par les examens d’imagerie fonctionnelle. En revanche on ne sait pas si cette sensibilisation est la cause ou la conséquence de la maladie. De nombreux facteurs ont été successivement incriminés. La constatation que de nombreux cas de fibromyalgie survenaient après un choc émotionnel violent, un traumatisme important (accidents de la route avec coups du lapin par exemple), ou une maladie virale, a fait soulever tour à tour la question de l’impact de ces évènements dans l’apparition de la maladie. Par ailleurs, l’association de la douleur à des troubles du sommeil et à la dépression a fait envisager l’éventualité d’un déficit en neu- rohormones, notamment en sérotonine. Les neurohormones sont des substances présentes en quantité infime au niveau du système nerveux impliquées dans des fonctions telles que le sommeil, l’humeur et la douleur mais également dans diverses fonctions sensorielles, motrices et cognitives. Ces dérèglements sont probablement à l’origine de l’importance des douleurs ressenties alors qu’on ne trouve aucune lésion des organes ou des tissus ni aucun trouble biochimique pouvant les provoquer. Enfin, l’existence de cas «mère-fille», pourrait suggérer l’intervention d’autres facteurs non encore identifiés.
Est-elle contagieuse ?
Elle n’est absolument pas contagieuse.

Comme promis, un témoignage d’un fibromyalgique :

Témoignage de Terri 

Ce texte illustre parfaitement le quotidien et le ressenti d’un fibromyalgique ; n’hésitez pas à le lire et le faire lire autour de vous, afin d’aider à une meilleure compréhension de la fibromyalgie.

Attention, sa lecture peut être choquante pour la personne qui découvre la pathologie.

 Consultez la lettre de Terri


Remède pour soulager?

Il y’a plusieurs conseils thérapeutiques mais pas des remèdes miracles. Voilà un de nos huiles qui soulage, essayez-le, je vous le conseil fortement! Chaque semaine vous fairiez connaissance avec d’autres remèdes!

https://ferme-de-sainte-odile.com/produit/huile-massage-articulations-et-musculaire-100ml/


Dans toutes les articles vous trouverez des remèdes sur lesquelles je travaille pour soulager les douleurs mais aussi pour rendre possible une compréhension de la maladie et apprendre à vivre avec elle! Rendez-vous au prochain article.

 

Un cri de désespoir

Un appel à 16h12 le jour de 20 mai. Un cri de désespoir au bout de fil : aide-moi, je ne sais plus quoi faire!

Je vois cette amie en train de s’effondrer sur le tapis de sa chambre et pleurer, elle ne peut plus! C’est devenu un combat de tous les jour et le pire de toutes les nuits. Pas de répit , pas d’indulgence, elle est prise à vie! Il a fallu des mois pour arriver à mettre un nom sur la menace de sa vie et maintenant il faudra d’autres mois pour apprendre à la maîtriser. Elle aura besoin de comprendre comment vivre « normalement »avec l’anormal.

Des discussion, des pleurs, des encouragements mais aussi des actions qui peuvent reconstruire une vie mise à l‘épreuve!

Le renoncement était imaginable ?

Avec cette amie nous avions déjà parlé d’un plan (https://ferme-de-sainte-odile.com/programme-bonheur/) pour que sa vie peut se dérouler dans une normalité qui lui permettrai de s’épanouir. Mais une fois qu’elle se senti mieux elle a renoncé à toutes « les contraintes » du program en croyant que c’était plus tôt un traitement et non pas un nouvel style permanent de vie . Donc elle a cru comprendre que c’était un program temporaire et non une façon de vivre, ce que nous avions conçu pour elle. Et ainsi tout son monde venait s’écroulé quand elle a compris que cette effrayante réalité devenait sa réalité de toutes les jour .

Mais qui ést-elle? Qui est la fibromyalgie ?

Après avoir discute avec mon amie, L., j’ai décidé de changer la theme de la série d’articles et des podcasts «l’homme- une vie ou une existence?» que nous avons commencé le 11mai et de parler de la fibromyalgie et d’essayer trouver des solutions – non pas pour faire des miracles mais pour donner la chance de vivre leur vie et de trouver le bonheur à tous ceux qui ont pu lire leur diagnostic : « le syndrome de la fibromyalgie » ou de la « douleur chronique » tout simplement.

Un nouveau départ

Ainsi nous voilà prêtes à vous dévoiler le sommaire des articles qui seront dédiés à la douleur et la façon de l’apprivoiser et vivre avec elle. Comme la douleur chronique est de plus en plus présente et qu’il y’a beaucoup des personnes qui cherchent à comprendre qu’est-ce que leurs arrive, nous mettrons à votre disposition des articles mais plus important encore, des remedes qui pourront vous aider sortir de cette souffrance qui est devenu votre ennemi numéro 1, même si vous vous rappelez : la douleur en soi-même est notre allié santé ( https://ferme-de-sainte-odile.com/la-douleur-notre-allie-sante-pourquoi-un-tel-titre-et-quel-est-le-plan/)

Voilà le debut de notre combat! Et oui parce qu’à partir de cet article votre combat devient le mien et en me sentant concernée je ferai de votre souffrance la mienne et ensemble nous allons voir ce qu’on peut faire.

Plan de travail pour mieux démarrer une nouvelle vie: celle d’une « fibromyalgique »

  • 1. Aprendre : définition et compréhension par mots clés
  • 2. Il’y a-t-il des causes connus qui déclenchent le syndrome de la fibromyalgie ?
  • 3. L’histoire ou un peu de chronologie
  • 4. La fibromyalgie aujourd’hui en France et dans les monde – un petit aperçu
  • 5. La famille de la fibromyalgie
  • 6. Methodes qui aide pour définir un diagnostic
  • 7. Le saut en parachute d’une fibromyalgique
  • 8. Le program pour améliorer, voir « guérir » la fibromyalgie
  • 9. Remedes pour maîtriser la douleur et vivre le meilleur de sa vie
  • 10. Et une conclusion?

Guérir la fibromyalgie ?

Non, je ne peux pas vous promettre une guérison totale, non je ne peux pas me le promettre. Mais je veux vivre une vie normale, une vie ou la fibromyalgie deviendra mon amie, celle qui m’apprendra à aimer la vie et me montra comment faire pour ne pas gaspiller aucun moment de ma vie, de tout faire pour vivre le bonheur! Je me fais ainsi votre porte-parole avec la fibromyalgie !

Des pas vers une libération

Les articles seront des pas vers la libération de l’emprise de la douleur et une renaissance de la nouvelle personne, maître de sa vie, de son avenir! Le plan de travail serra partagé en tranches des deux titres par articles et chaque article aura, disons, la forme suivante:

  • Introduction
  • deux ligne de notre plan de travail
  • un extrait de journal d’une « fibromyalgique »
  • un remède antidouleur
  • mini-conclusion

Ensembles nous gagneront un autre regard sur la fibromyalgie et nous deviendront des ambassadeurs de soutien pour ceux qui seront un jour effondrés sur le tapis de leur chambre en criant » je ne peux plus » AIDEZ-MOI!

Partagez! Des amis peuvent avoir besoin!!!

Qu’est-ce que nous propose la « Ferme-de-sainte-Odile? »

Qu’est-ce que vous propose la « Ferme-de-sainte-Odile? » Des tisanes, des baumes, des huiles de massage, des savons anti-douleurs, des conseils de naturopathie, des réponses à tous les questions que nous recevons chaque semaine et des articles ! Nous avons des beaux projets pour très bientôt : des nouvels articles, des podcasts. La chaîne YouTube vous présentera aussi ses nouveautés! Vous aurez des nouvelles dans les prochains articles!

Nouveauté dans notre « Ferme »

Quelle serra la nouveauté 2020? A partir de cet automne notre ferme produira des épices utiles dans la cuisine. Notre jardin « Des aromatiques pour la santé » a été mise en place et nous espérons une bonne récolte. On vous tiendra informés!

Et les tisanes?

Bien-sur que nous aurons aussi à nouveau les tisanes que vous attendez chaque année et encore des autres nouveatés! Les plantes poussent dans notre jardin et seront bientôt prêts! Cet automne nous auront des belles propositions.

N’oubliez pas notre catalogue

En attendant les aromatiques nous vous invitons consulter notre catalogue pour trouver ce que vous avez besoin pour mieux vivre votre quotidien !https://madmagz.com/fr/magazine/1720761

Chers amis, nous sommes là pour vous aider dans la compréhension que la nature peut devenir un vrai allié pour notre véritable bien-être.

Mais Vous le savez: tout dépends de votre disponibilité et de votre ouverture vers la création divine! Ensemble nous pourrons trouver des remèdes et mieux encore nous pourrons comprendre les vrai causes de votre souffrance.

Écrivez-nous à l’adresse ferme.de.sainte.odile@outlook.com, nous vous répondons sous 48 heures.

Je vous souhaite le meilleur!


Qui est « Ferme de sainte-Odile? »

Qui est « Ferme-de-sainte-Odile? » Cette question a été posé plusieurs fois et nous avons répondu personnellement à chaque personne. Comme elle revint, nous avons décidé de vous parler de nous et de faire même chaque mois une newsletter qui dévoilera des aspects de la vie de notre ferme! Bientôt vous serrez informés comment le recevoir!

« Ferme-de-sainte-Odile » est en vérité comme le nom l’indique, une ferme, mais une ferme qui mène sa vie dans le cœur même d’une communauté monastique située en Basse Normandie.

Pourquoi Sainte Odile

La nature de  village Saint Michel est une invitation à se confronter avec le soi même, à se connaître, se poser des questions…la Ferme-de-Sainte-Odile « a ouvert ses yeux » pour connaître la vie et pour partager ses connaissances à tous ceux qui cherchent une réponse pour se remettre en question et pour trouver des solutions à des souffrances qui demandent un soulagement. Pourquoi Sainte Odile? Parce que née aveugle Odile a connu « la nuit » dans laquelle les questions, les souffrances ont besoin de quelqu’un qui sait compatir, aider, soulager. Le jour quand elle à requiert la vue elle a compris que sa mission était celle de devenir lumière pour ceux qui se trouve dans « la nuit » de leur souffrances physiques et émotionnelles. Ainsi par sainte Odile en Alsace prit vit une communauté dédié aux personnes qui venaient chercher une réponse à leur détresse et un soulagement. Aujourd’hui en Basse Normandie Sainte Odile nous aide à comprendre la nature humaine et a trouver des solutions à des problèmes quotidiens.

Sainte-odile

est pour la communauté une lumière qui la guide pour comprendre et aimer! Sainte Odile est en même temps la source d’inspiration pour « la ferme » là ou nous recevons votre appel à l’aide! Ainsi comme deux fills- rouge et blanc- la terre et la lumière – s’élancent les activités dans ce coin de basse Normandie, la prière et la naturopathie!

La prière est toujours présente et chaque produits de la ferme reçoit la bénédiction de la grace divine, chaque produit est crée pour mieux vous aider! Huile de massage, baume, teinture mere ou tisanes sont là pour soulager vos souffrance! (https://ferme-de-sainte-odile.com/)

Les sœurs de la communauté « Sainte Odile et Sainte Theodora » sont celles qui travaillent dans la « Ferme-de-sainte-Odile » et sont toujours disponibles pour leurs frères et sœurs ! Les produits que vous achetez à des prix très avantageux nous permettent de faire vivre la communauté et le plus important de pouvoir encore créer d’autres produits!

Visitez notre magasin online, faites votre choix et passez des commandes! https://ferme-de-sainte-odile.com/Laissez-nous des messages, partagez avec des amis! Nous vous souhaitons le bonheur!

Nous ouvrons l’apothicaire online «Dans la pharmacie du Bon Dieu » avec des preparation sur commande pour soulager des douleurs articulaire et musculaire!

https://ferme-de-sainte-odile.com/dans-la-pharmacie-de-bon-dieu/

Vous nous trouvez sur FB

FB: Ferme.de.sainte.Odile/DANS LA PAHERMACIE DU BON DIEU

Votre produit chez vous!
Vous avez besoin d’un produit pour soulager les douleurs articulaire ou musculaire ou un produit qui vous aimerez l’utiliser avant ou après la seance de sport et vous nous le trouvez pas? Écrivez-nous et nous le fabriquerons pour vous. L’apothicaire en ligne « Dans la Pharmacie du Bon Dieu » est à votre service! Tous les produits bénéficient de l’expertise d’un naturopathe et sont fabriqués avec des matières premieres de meilleure qualité!
https://ferme-de-sainte-odile.com/

Nous préparons avec soin tous les produits pour mieux vous aider! Dites-nous quel produit – #tisane# #baume ou #huile de #massage- auriez vous besoin et vous ne les trouvez pas! Nous recevons des commandes et les préparons pour vous! Écrivez-nous au ferme.de.sainte.odile@outlook.com, dans un message privé ou directement dans les commentaires. N’hésitez pas, faites-vous cadeau votre bien-être!

A partir de 11 Mai nous aurons une série des podcasts dédiés au theme: « L’homme – une vie ou une existence?»

Vivre avec Covid-19?

Nous pourrons devenir l’auteur de notre vie ou de notre mort! Le Covid 19 est aujourd’hui un ennemi qui essaie de mettre à genoux l’humanité! Mais n’est pas le seule et non plus le premier ennemi, toujours ont existé et toujours ils vont exister! Mais nous avons chacun d’entre nous la possibilité de gérer notre vie et la façon de réagir peut determiner le bien ou le mal de notre être!

La menace de Covid-19 peut devenir un moyen de se mettre face à nous même et surtout face à mon « frère » qui n’est personne d’autre que mon reflet dans l’humanité! Pourrai-je m’exclure de projet de bien-être parce que j’ai peur de me rendre malade ou de rendre malade celui qui est le moi dans mon frère? Me cacher le temps de trouble et avoir peur? Ou vivre tous les jours comme une rencontre avec le « moi » petit face à mes habitudes de vie et aux exigence d’une société, mais libre dans la manifestation de mes rêves les plus enfuis? C’est à nous de bien choisir!

Podcast! A partir de 11 mai des podcast sur le sujet

« L’homme – une vie ou une existence?» Je vous invite nous poser des questions ou nous suggérer des themes que vous aimeriez qu’on les discutent ensembles.

Je vous souhaite le meilleur!

Ma santé

Ma santé est mon trésor que je dois garder précieusement ! Ce trésor perdu, tout mon être devient faible et sans repères. Sans repères, parce que le moment de faiblesse peut être si fort que nous n’arrivons même plus rester présents dans tout ce qu’on fait. Alors quand nous sommes en bonne santé tout est possible et nous avons l’impression d’être le maître de notre vie. Mais quand la santé devient fragile et nous trébuchons à chaque effort c’est alors que nous commençons à prendre soin de nous et réfléchir qui nous sommes et comment voulons nous vivre!

Une santé perdue peut elle être regagnée, retrouvée? Tout est perdu?

Être en bonne santé permets d’avoir plus des chances de devenir une être heureuse, mais aussi indépendante face aux difficultés qui peut soulever une existence menée avec des medicaments. Et si nous avons une santé fragile, si nous sommes ainsi dire, malades, notre vie est-elle finie? Nous devenons des « legumes » qui ont besoin des « autres » pour vivre? La bonne nouvelle est que notre corps est en continue regeneration et que nous avons toujours la chance de réparer les «blessures » auto- infligés par une vie désordonnée! Alors il ne faut plus se plier devant la maladie mais au contraire se lever et VIVRE! La maladie peut devenir une amie qui nous réveil pour nous provoquer à des nouveaux défis ! Elle nous annonce aussi que notre vrai vie commence quand nous réalisons que nous n’avons qu’une seule et que notre vie terrestre est limitée en temps ! Je vous provoque de retrouver une bonne santé et de vivre pleinement dès notre jeunesse jusqu’au moment de depart vers des horizons lointaines! La maladie nous la ferons notre programme de auto-accouchement! Prenant soin de quérir nous ferons en sort de devenir meilleur, de changer des mauvaise habitude et d’être l’acteur principal de notre santé!

Accepterez-vous ce défi ?

Voulez-vous vivre en bonne santé et construire votre avenir comme il vous semblera mieux? Alors il nous vous reste qu’un seul chose a faire: entrer dans la chambre intérieure de votre esprit et de vous redécouvrir qui vous êtes, de commencer à vous aimer, en étant conscients de la vrai valeur que vous avez reçu lors de votre création! Simple? Faites un bilan et voyez ou votre vie a pris un mauvais tournant et où votre santé a commencé à dégringoler?

Réalisez une prise de conscience et donnez de sens à toutes vos actions, rien ne doit se faire au hasard ! Si vous avez besoin d’un petit « coup de puce » écrivez-moi au ferme.de.sainte.odile@outlook.com ! Ensemble essayerons de créer un « programme santé » sur mesure.

Bientôt vous serra proposé une nouvelle série d’articles dédiés au sujet «Je suis l’auteur de mon bien-être»!

Quelle est la condition de base pour qu’un remède de gemmothèrapie fonctionne vraiment?

Pourquoi La Gemmotherapie -une nouvelle espoir?

Qu’est-ce que c’est la Gemmotherapie? Definition!

Quand est-elle né? Un peu d’histoire

Qui peux pratiquer la Gemmothérapie?

Quelle est la condition de base pour qu’un remède de gemmothérapie fonctionne vraiment?

La Gemmothérapie ne traite pas mais elle régénère … Comment?

Les réponses à toutes ces questions et d’avantage encore le 27 mai dans un article qui va vous dévoiler pourquoi la gemmothérapie doit faire partie de notre quotidien!!!

Traiter la douleur par la douleur?

Non, je ne plaisante pas! Traiter la douleur par la douleur peut paraitre paradoxale mais c’est une réalité! Rester au lit et pleurer ne nous aide pas! Se lever, avoir une routine de sport, une bonne alimentation et s’occuper de soi-même peut nous faire souffrir! Mais quel bonheur après!!!!

Mais nous avons choisi une autre option: traiter quand même la douleur par la douleur mais cela de ne rien faire ou de se plaindre et de traiter les symptômes et pas les causes! Nous avons parlé tout au long de notre série qui prends fin aujourd’hui: « La douleur-notre alliée sante » et nous restons à votre disposition pour toutes les questions que vous pourrez avoir! N’hésitez pas à les poser, taire ne peut pas vous aider! Parler- c’est un début de résolution de toute problème!

Pour ceux qui veulent des solutions rapide pour traiter les douleurs articulaires et musculaires nous les proposons les produits fabriqués par nos soins avec amour et avec des produits des qualité dans notre boutique https://ferme-de-sainte-odile.com/boutique/

Bilan Santé? Et après ?

Un bilan santé peut être un outil très précieux quand nous avons vraiment pris la decision de faire des changements dans notre vie et d’améliorer notre quotidien. SINON À QUOI PEUT-IL NOUS SERVIR ?

Nous pourrons être frustrés et angoissés à l’idée que nous avons un problème santé et ne rien faire!

Nous vous proposons un Bilan Santé à faire vous même et on vous invite lire notre catalogue ou les remèdes seront au rendez-vous!https://madmagz.com/fr/magazine/1687259

Et on vous offre des promotions ici: https://ferme-de-sainte-odile.com/boutique/

A vous de choisir!

Donc l’heure est peut-être venu pour vous de faire quelque chose pour vous même ! Alors voila un outil pour mieux vous comprendre:

Bilan santé d’auto-diagnostique!

  • 1 En général, comment considères-tu ta santé physique?
    •  Excellente
    •  Très bonne
    •  Bonne
    •  Passable
    •  Mauvaise
  • 2 As-tu fait un autoexamen de ta peau?
    •  Récemment
    •  L’année dernière
    •  Il y a plusieurs années
    •  Jamais
  • 3 As-tu consulté ton dentiste pour un suivi de la santé de tes dents?
    •  Récemment
    •  L’année dernière
    •  Il y a plusieurs années
    •  Jamais
  • 4 As-tu consulté ton médecin pour un examen de santé complet comprenant, entre autres, la mesure de la tension artérielle, l’analyse de sang et d’urine, le dépistage du cholestérol et l’examen de la vue?
    •  Récemment
    •  L’année dernière
    •  Il y a plusieurs années
    •  Jamais
  • 5 Lorsque tu sens un malaise physique, as-tu tendance à…? 
    •  Consulter le médecin
    •  Appeler info-santé
    •  Me rendre à la pharmacie pour regarder s’il y a quelque chose sur les tablettes qui pourrait éventuellement soulager cette douleur
    •  Attendre que la douleur s’en aille tout seul

Questions concernant ta santé mentale

  • 6 En général, comment considères-tu ta santé mentale?
    •  Mauvaise
    •  Passable
    •  Bonne
    •  Très bonne
    •  Excellente
  • 7 Te sens-tu déprimé, triste, avec le goût de pleurer ?
    •  Toujours
    •  Souvent
    •  Parfois
    •  Rarement
    •  Jamais
  • 8 As-tu l’impression d’avoir la mèche plus courte ou d’être plus irritable?
    •  Toujours
    •  Souvent
    •  Parfois
    •  Rarement
    •  Jamais
  • 9 As-tu tendance à t’isoler?
    •  Toujours
    •  Souvent
    •  Parfois
    •  Rarement
    •  Jamais
  • 10 As-tu déjà pensé au suicide, à en finir avec la vie?
    •  Toujours
    •  Souvent
    •  Parfois
    •  Rarement
    •  Jamais
  • 11 Lorsque tu es en conflit avec quelqu’un d’autre, as-tu tendance à…?
    •  Cacher ce que tu penses ou ce que ressens
    •  Exploser, engueuler la personne en question
    •  Prendre du recul, s’accorder du temps pour laisser tomber la pression
    •  Exprimer clairement et poliment tes émotions
  • 12 Te sens-tu entouré de gens qui te soutiennent, qui peuvent t’aider si tu es mal pris (amis, parents, collègues de travail, etc.)?
    •  Je me sens seul
    •  Je me sens peu entouré
    •  Je me sens bien entouré
    •  Je me sens très bien entouré
  • 13 Y a-t-il dans ton entourage quelqu’un à qui tu peux te confier, parler librement de tes problèmes?
    •  Personne
    •  Partenaire seulement
    •  Un-e ami-e seulement
    •  Partenaire et un-e ami-e
    •  Plus d’un-e ami-e (sans partenaire)
    •  Partenaire et plus d’un-e ami-e
  • 14 Lorsque tu sens un malaise psychologique, as-tu tendance à…?
    •  Attendre que le malaise s’en aille tout seul 
    •  Consulter des sites web ou lire des livres de psychologie
    •  En parler à des proches, des amis
    •  Consulter un-e professionnel-le (médecin, travailleur social, psychologue, etc.)

Questions concernant ton style de vie et tes habitudes

  • 15 À quelle fréquence fais-tu de l’exercice physique?
    •  Souvent
    •  Régulièrement
    •  Parfois
    •  Jamais
  • 16 Est-ce que tu entretiens de bonnes habitudes alimentaires (manger des fruits, des légumes et des fibres)?
    •  Souvent
    •  Parfois
    •  Rarement
    •  Jamais
  • 17 Considères-tu ton poids comme étant…?
    •  Acceptable
    •  Insuffisant (trop maigre)
    •  Un peu excédentaire (quelques « poignées d’amour »)
    •  Embonpoint, obèse
  • 18 Quotidiennement, fumes-tu…?
    •  Je ne fume pas
    •  1 à 10 cigarettes/jour 
    •  11 à 25 cigarettes/jour
    •  26 cigarettes ou plus/jour
  • 19 Quelle est ta consommation d’alcool (vins, bières, alcool fort)?
    •  Moins de 7 consommations depuis les 7 derniers jours
    •  7 à 13 consommations depuis les 7 derniers jours
    •  14 consommations et plus depuis les 7 derniers jours
    •  Un peu saoul, 5 fois ou plus en 1 an
    •  Grosse brosse où tu l’échappes, 5 fois ou plus en un an
  • 20 Quand t’as une fréquentation ou un one night stand, quelle utilisation fais-tu du condom? 
    •  Ne s’applique pas (aucune fréquentation de ce genre) 
    •  Toujours ou presque toujours
    •  Fréquemment
    •  À l’occasion
    •  Jamais
  • 21 Comment arrives-tu à concilier le travail, les loisirs et la vie familiale?
    •  Équilibre entre le temps de travail, de loisirs et de vie familiale
    •  Je me consacre entièrement à ma vie familiale au détriment de mon travail et des loisirs
    •  Je passe beaucoup de temps pour mes loisirs au détriment de ma vie familiale
    •  Je travaille beaucoup et je n’ai que très peu de temps pour la famille et les loisirs
  • 22 Pratiques-tu des jeux de hasard de telle sorte que ça devient une préoccupation, un problème, pour toi et tes proches?
    •  Jamais
    •  Rarement
    •  Parfois
    •  Souvent
  • 23 En général, adoptes-tu des conduites sécuritaires au travail (casque, bottes à bout d’acier, etc.), en automobile (ceinture de sécurité, vitesse, etc.), dans la pratique d’activités physiques (casque de vélo, sports extrêmes, etc.) ?
    •  Je m’assure de ma sécurité et de celles des autres avant tout
    •  Sans être particulièrement attentif à la sécurité, je m’assure de suivre les normes établies
    •  Je me préoccupe peu des questions de sécurité
    •  J’adore le risque, la vitesse automobile et les sports extrêmes
  • 24 Quel est ton niveau de préoccupation à l’égard de tes habitudes de vie?
    •  Je cherche à améliorer mes habitudes de vie
    •  Je m’informe sur comment développer de saines habitudes de vie
    •  Je suis parfois préoccupé
    •  Je veux profiter de la vie maintenant et je ne me préoccupe pas de mes habitudes de vie

Questions concernant ta santé physique

NB. DE 1

NB. DE 2

NB. DE 3

NB. DE 4

NB. DE 5

Si tu as une majorité de « 3 » ou de « 4 » :
Nous te suggérons de consulter ton médecin, ton dentiste; d’appeler info-santé, de parler avec ton pharmacien ou pharmacienne, etc. Ces services sont rendus par du monde pour du monde… Te responsabiliser pour ta santé c’est une façon d’éviter les problèmes et d’améliorer ta qualité de vie et celle des gens autour de toi.

Questions concernant ta santé mentale

NB. DE 1

NB. DE 2

NB. DE 3

NB. DE 4

NB. DE 5

NB. DE 6

Si tu as une majorité de « 1 » ou de « 2 » :
Nous te suggérons de consulter ton médecin, un ou une psychologue, un travailleur social ou une travailleuse sociale ou de faire appel à des organismes communautaires, etc. Encore ici, ces services sont rendus par du monde pour du monde… Prendre le contrôle de ta santé mentale, c’est une façon d’éviter les problèmes et d’améliorer ta qualité de vie et celle des gens autour de toi.

Questions concernant ton style de vie et tes habitudes

NB. DE 1

NB. DE 2

NB. DE 3

NB. DE 4

NB. DE 5

Si tu as une majorité de « 3 » ou de « 4 » :
Nous te suggérons de consulter ton médecin, un ou une nutritionniste, un organisme d’aide, etc.

Il n’y a pas de honte à demander de l’aide aux professionnels de la santé, ils ne sont pas là pour te juger.

N’attends pas qu’il soit trop tard avant d’agir!

https://ferme-de-sainte-odile.com/boutique/

L’histoire de Mary Newport et de son mari atteint d’Alzheimer

Mary Newport est médecin aux États-Unis. Alors que Steve, son mari, développe prématurément la maladie d’Alzheimer, elle lui trouve une thérapie alternative à base d’acides gras à chaîne moyenne qui lui permet d’inverser le développement de la maladie et de retrouver certaines facultés perdues.

À 51 ans, Steve développe les premiers signes de la maladie d’Alzheimer. Mary Newsport nous explique : “La maladie d’Alzheimer est terrible. Steve pouvait passer plusieurs heures à chercher quelque chose dans le garage, sans savoir quoi exactement.”
Lors de ses recherches pour aider Steve, elle fait une découverte qui va changer le cours des choses. Avec son accord, elle décide de tenter une nouvelle expérience en intégrant des acides gras spécifiques dans son menu.

Quand son mari a pris environ deux cuillères à soupe d huile de noix de coco (une source des acides gras) au petit déjeuner avant de passer le test de l’horloge (voir ci-dessous), les résultats ont été spectaculaires. Alors, aidé par sa femme, son état à continuer à progresser conjointement à sa consommation quotidienne d’huile de noix de coco enrichie avec de l’huile de triglycérides.

Après plusieurs semaines, les résultats sont surprenants. Sa mémoire s’améliore, il retrouve sa personnalité, reprend ses activités et peut de nouveau interagir avec son environnement, sa famille, ses amis.

Rappelons que les effets de l’huile de noix de coco sur la maladie d’Alzheimer ont été étudiés scientifiquement par une équipe de chercheurs canadiens. Plus d’infos sur cette page.

L’apparition de la maladie

Pour comprendre comment combattre la maladie d’Alzheimer, il faut commencer à comprendre comment le cerveau fonctionne. Le glucose en est son principal carburant. Ce sucre issu de l’alimentation est transformé en énergie par l’insuline.

La science a récemment découvert que le cerveau produit sa propre insuline pour effectuer la transformation du glucose dans le sang. Si la production d’insuline baisse, l’énergie du cerveau baisse également.

Les patients souffrant d’Alzheimer ont des parties de leur cerveau qui reçoivent de moins en moins d’énergie, car la production d’insuline baisse. Ces parties ont faim et fonctionnent de moins en moins bien, ce qui amène des pertes progressives de mémoire, de la parole, de motricité et graduellement finit par la mort.

Les personnes diabétiques ont 65% plus de chance de développer la maladie d’Alzheimer. Même si les mécanismes restent à déterminer, un lien existent entre ces maladies liées à l’insulino-résistance.

L’élément révolutionnaire

L’intérêt de l’utilisation d’huile de noix de coco pour prévenir d’Alzheimer vient de sa composition. Cette huile contient approximativement 66% de triglycérides à chaîne moyenne (TCM). Explications.

Bien que le cerveau consomme principalement du glucose pour fonctionner, il peut également utiliser d’autres sources d’énergie comme les corps cétonés, cétoniques ou cétoacides.

Ces corps cétonés sont un carburant alternatif au glucose pour le cerveau. Ils sont produits pas l’organise lorsqu’ils transforment des graisses en énergie. C’est le cas lors de la digestion de l’huile de noix de coco. D’ailleurs, l’une des principales sources de corps cétonés sont les TCM.

Lors de la digestion, contrairement aux triglycérides à chaîne longue, les TCM sont directement envoyés dans le foie. Ces graisses sont transformées en cétones, libérées dans le sang et peuvent alimenter le cerveau. Les cétones sont en réalité l’aliment préféré des patients d’Alzheimer dû au fait que les zones malades sont incapables d’absorber le glucose par une résistance ou un manque d’insuline. En ayant accès aux cétoacides, les cellules malades du cerveau restent en vie et continuent à fonctionner.

Conseils d’utilisation pour une cure de coco

Un traitement d’huile de coco ou TCM doit commencer par de faibles doses et des prises faites systématiquement durant le repas pour faciliter sa digestion. Il vous faudra plusieurs semaines avant d’atteindre la consommation recommandée de 4 cuillères à soupe par jour, soit 40 grammes de triglycérides à chaîne moyenne.

L’absorption est conseillée le matin pour des raisons de digestion, car il faut un minimum de trois heures pour que l’huile soit convertie en cétones et atteigne le cerveau.

Mary et Steve Newport lors d’une interview pour TheOnlyFredSmith

Causes et précautions

Bien que la recherche évolue, rien n’est encore prouvé concernant les causes d’Alzheimer. Il faut continuer à vivre en prenant ses précautions.

“Personne n’a encore prouvé que notre vie toxique était un facteur de développement, mais quelque part, tout le monde s’en doute. Tous ces produits qui n’existaient pas dans notre régime alimentaire il y a encore cent ans ont une influence sur notre santé. Je pense notamment aux additifs, aux conservateurs, aux pesticides. Tout ce phénomène est très récent et ce n’est peut-être que le début” nous avoue Mary Newport.

Traitements et complément alimentaire existants

Gardez en tête que le meilleur traitement contre Alzheimer reste la prévention. La résistance à l’insuline étant l’une des plus importantes causes de lésions cérébrales qui peut induire des dégénérescence prématurée, il faut éviter la surconsommation des aliments riches en hydrate de carbone et prendre certaines autres habitudes qui réduisent les risques : optimiser son taux de vitamine D en évitant les coups de soleil l’été et en sortant régulièrement dehors l’hiver, consommer régulièrement des omégas 3 d’origine animale, continuer à avoir une activité physique qui peut être aussi simple qu’une marche régulière, éviter le mercure et l’aluminium, stimuler sa réflexion par des activités mentales et une soif de toujours apprendre davantage.

Outre l’huile de noix de coco vierge et non hydrogénée qu’on trouve en magasin bio, d’autres traitements existent. Il existe un complément alimentaire CETOGEN à base de TCM issus de l’huile de noix de coco pour améliorer la mémoire et les fonctions cognitives. C’est un produit unique en Europe basé sur un concept nouveau pour les fonctions psychologiques et cognitives. Il est composé d’acides gras, extraits de l’huile de coco et de vitamine B12. Les acides gras triglycérides possèdent des propriétés intéressantes dans la prévention d’Alzheimer en plus d’être une source d’énergie rapidement disponible pour l’organisme, particulièrement pour le cerveau et le système nerveux. La vitamine B12, contribue au bon fonctionnement du système nerveux, au métabolisme énergétique normal et à des fonctions psychologiques normales.


Les explications qui précèdent sont tirées d’une interview du Dr Mary T. Newport par Mathieu Doutreligne pour Bio à la Une lors de sa venue en France le 20 mai 2015.

Grâce à la consommation d’huile de noix de coco enrichie, Steve a pu continuer à vivre plusieurs années après avoir été diagnostiqué d’Alzheimer en 2008.

Maladie d’Alzheimer – Et s’il existait un traitement ? est paru aux éditions Josette Lyon. Le livre présente l’histoire du sursis de Steve dans la spirale de la maladie d’Alzheimer, ainsi que des conseils pratiques, diététiques pour appliquer cette méthode révolutionnaire au jour le jour.

Qu’est ce qu’est la phytothérapie? Et l’herboristerie

Phytothérapie – un mot qui vient de grec « phytos » qui signifie plante et « therapeo » qui signifie soigner .


La phytothérapie désigne la médecine fondée sur les extraits de plantes et les principes actifs naturels. Ce mot vient du grec « phytos » qui signifie plante et « therapeuo » qui signifie soigner. C’est l’une des formes de traitement les plus anciennes qui continue à jouer un rôle important en Afrique et en Asie par l’usage de plantes médicinales[1].

Histoire et enjeux

Le premier texte connu sur la médecine par les plantes est gravé sur une tablette d’argile, rédigé par les Sumériens en caractères cunéiformes 3000 ans av. J.-C. ; ils utilisaient des plantes telles le myrte, le chanvre, le thym, le saule en décoctions filtrées.

Le Papyrus Ebers, du xvie siècle av. J.-C. est le premier recueil connu consacré aux plantes médicinales. De loin le plus volumineux de l’Égypte ancienne avec « 110 pages », il fait référence à de plus anciens documents citant des dizaines de plantes accompagné d’un mode d’utilisation[3].

Les Grecs et les Romains utilisaient également de nombreuses plantes. On en retrouve des références, entre autres, dans l’œuvre de Dioscoride (médecin grec du ier siècle), ou dans Histoire naturelle, ouvrage en 37 volumes de Pline l’Ancien qui dès l’Antiquité et jusqu’à la fin du Moyen Âge, a été copié de nombreuses fois[4].

En Europe, les plantes représentent l’essentiel de la pharmacopée jusqu’à la fin du xixe siècle et l’avènement de la chimie moderne. Encore largement utilisées après la Seconde Guerre mondiale, elles furent ensuite supplantées par les médicamentsde synthèse plus simples d’emploi. Par exemple, une étude de 2008 s’est attachée à étudier les résultats thérapeutiques de 63 plantes mentionnées comme ayant un pouvoir anti-rhumatismal dans des « herbiers » parus en Europe entre les xvie siècle et xviie siècle. En résultat, l’étude a fait apparaître l’efficacité in vivo ou in vitro de plus de la moitié d’entre eux, et a conclu à la nécessité d’exploiter de façon systématique les données contenues dans ces parutions[5]. De la même façon, les connaissances ancestrales des chamans et autres guérisseurs d’Amérique latine, d’Afrique ou d’Asie sont répertoriées en vue d’identifier les principes actifs des plantes médicinales. Ces recherches s’appuient sur des compétences développées par ces peuples, et, via le recours à des brevets, s’oppose à ce qu’ils en fassent un usage plus large, sans qu’ils en retirent une rémunération autre que symbolique. Ces pratiques sont dénoncées comme un pillage du capital génétique de ces pays ou populations, et donnent quelquefois lieu à des prises de conscience ou à des réactions comme dans le cas de la Bolivie[6]

En France, le diplôme d’herboriste a été supprimé en septembre 1941 par le gouvernement de Vichy. De 4 500 herboristes en 1941, ils sont désormais une dizaine tandis qu’en Allemagne ou en Italie, on compte plusieurs milliers d’herboristes.

Un herboriste est un professionnel qui, dans une officine, vend des plantes médicinales et des préparations à partir de plantes médicinales et ingrédients naturels utilisées comme médicaments. Il fabrique des produits à la demande ou commercialise ses préparations en tant qu’indépendant. Avec une connaissance approfondie dans divers domaines des thérapies naturelles, il peut agir comme consultant en santé et bien-être. Un herboriste pratique l’herboristerie (science pratique) mais étudie l’herbologie (science théorique). Le métier d’herboriste a été reconnu pour la première fois en France en janvier 1312[1]. La corporation d’herboristes a été reconnue au xve siècle. le diplôme ont été supprimés en 1941, pendant le régime de Vichy[2], et n’ont pas été rétablis depuis. Les derniers diplômes d’herboriste ont été délivrés le 11septembre1941. La dernière herboriste diplômée, Marie Roubieu, décède en 2018 [3].

3.1 Des remèdes concrets pour soulager et pour vous aider mieux vivre votre quotidien !
Qu’est-ce-que c’est un remède ? En quoi est-il different d’un médicament ?


Le remède : définition et son rôle pour notre santé 

DÉFINITIONS

  • Tout ce qui peut servir à prévenir ou à combattre une maladie.
  • Ce qui sert à prévenir ou à combattre une souffrance morale : Il n’y a pas de remède à un tel désespoir.
  • Moyen, mesure propre à diminuer un mal, un danger, à résoudre une difficulté : Y a-t-il un remède à l’inflation ?
EXPRESSIONS
  • Porter remède à quelque chose
  • Sans remède
  • Remède de bonne femme
  • Remède souverain
  • Irrémédiable

On appelle remède naturel une préparation élaborée à des fins médicinales à partir de produits naturels. Par définition, les remèdes de grand-mère s’opposent aux produits commercialisés de nos jours par leslaboratoires pharmaceutiques tels que les gélules, les comprimés et les granulés.

Ces préparations sont appelées ainsi, car elles étaient omniprésentes à l’époque de grands-mères avant l’arrivée massive des médicaments. Elles sont généralement confectionnées à partir de plantes entières, d’une association de plusieurs plantes ou d’une partie de la plante : racine, écorce, bois, tige, feuilles, fleurs, fruit, graines, suc, huile essentielle…

Quels sont les bienfaits et les indications des remèdes?

Les remèdes sont naturels, bon marché et faciles à préparer. Plusieurs ouvrages citent les plantes médicinales incluses dans les différentes pharmacopées nationales et internationales, leurs propriétés, leurs indications, leurs modes d’administration, leurs associations possibles, leurs contre-indications, leurs effets indésirables et leurs précautions d’usage.

Ce sont des traitements naturels abordables, car un grand nombre de plantes utilisées en phytothérapie poussent spontanément dans nos contrées. Par exemple, le citron et la menthe sont deux remèdes naturels aux nombreux bienfaits que l’on trouve dans tous les marchés. Par ailleurs, contrairement à certains médicaments, les remèdes de grand-mère ne sont pas toxiques ou très peu. Par conséquent, le risque d’effet indésirable est peu élevé. Ces effets sont généralement légers et surviennent surtout en cas de surdosage.
Les remèdes naturels peuvent être indiqués dans la prise en charge :


Le médicament : définition, comparaison avec le remède

Un médicament est toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l’égard des maladies humaines ou animales. Par extension, un médicament comprend toute substance ou composition pouvant être utilisée chez l’être humain ou l’animal ou pouvant leur être administrée, en vue d’établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologiqueimmunologique ou métabolique[1].

L’ensemble de la chaîne des médicaments (recherche, production, contrôle qualité, distribution en gros, délivrance aux patients, pharmacovigilance) est sous la responsabilité de spécialistes diplômés des médicaments, les pharmaciens[2].

On peut distinguer différents types de médicaments selon leur utilisation, leurs composants, leur mode d’enregistrement réglementaire, etc. :

Médicament ou remède? Remède a un sens plus étendu que médicament. Le remède comprend tout ce qui est employé pour la cure d’une maladie ; le médicament est toujours une matière simple ou composée que l’on administre soit intern soit extern. L’exercice peut être un remède, mais n’est jamais un médicament. Le sulfate de quinine est un remède ou un médicament.

Un bilan vitalité vous serra mise à la disposition ainsi que des remèdes pour une meilleure vie au quotidien dès l’article prochain! Partagez avec vos amis et envoyez-nous des commentaires et des messages avec vos questions.


Programme bonheur? Ça sonne très interessant pour quelqu’un qui depuis des mois souffre atrocement et a peu d’espoir qu’un jour elle pourra à nouveau marcher sans souffrir et que le douleurs ne vont pas encore lui gâcher toute la journée ! Alors un programme bonheur est intéressant mais est’il réalisable?

La vie est un cadeau mais la façon de le mettre en valeur nous appartiens. Chaque jour est un rappel de ce cadeau et une invitation de vivre notre bonheur!

Mon amie, L.D. est souffrante donc de Polyarthrose et diagnostiqué avec le syndrome de Fibromyalgie. L’arthrose est en plusieurs endroits non evolutive mais il y a aussi des zones ou elle est dégénérative. Donc les douleurs sont bien fortes et la fibromyalgie se fait présente par ses multiples manifestations. Comment faire pour vivre normalement et ne pas devenir une «esclave de la douleur »?

Programme bonheur sur mesure

Le programme bonheur doit être sur mesure et appliqué avec le courage d’affronter nos peurs, nos douleurs, nos découragements. Ainsi même si ne serra pas toujours facile d’avancer, nous pouvons rester fidèles a ce que nous voulons faire et rester dans le désir d’aller mieux.

Parlons pratique: comment faire?

Le jour ou nous sommes mis d’accord pour commencer ce programme nous savions que ne serra pas facile mais elle ne voulait plus rester au lit et se plaindre! Alors nous avons pris un papier et comme tête de programme nous avons écrit : La vie me sourit, je dois lui sourire!

Premier point de notre programme: changer l’alimentation

L’un des mes articles présentait de façon détaillée  qu’est-ce qu’est l’arthrose et comment peut-elle être vaincu par un assemble des méthodes, parmi elles un rôle important étant joué par l’alimentation! https://ferme-de-sainte-odile.com/la-douleur-ma-meilleure-ami-ou-vaincre-larthrose/

Donc choisir une alimentation adaptée et qui peut réduire les causes des douleurs et d’apparition du phénomène dégénérative est un des facteurs importants.

Deuxième point est le fait de faire de sport et d’avoir une vie active!

Nous savons tous que le secret d’articulations en bonne santé, c’est le mouvement. Plus les articulations bougent, plus le cartilage est lubrifié. Le mouvement fait pénétrer les nutriments du liquide synovial dans le tissu articulaire, maintenant ainsi son élasticité et sa souplesse. Les sports contribuant le mieux à la prévention de l’arthrose sont par exemple le vélo, la natation, l’aquagym, la danse classique et la marche sur terrain plat. Toutes ces activités ne surmènent pas les articulations. Bien sûr qu’il ne faut pas faire des travaux physique pénibles qui peuvent fatiguer les articulations mais rester les plus possible en mouvement c’est essentiel.

Les douches froides sont un anti-inflammatoire magique!

Qui n’a pas encore essayé serra bien de le faire et il n’aura pas de regrets. Il ne faut pas s’attarder dans l’eau froide mais pendre chaque matin une douche froide de 3 à 5 minutes est magique!https://www.lettre-beaute-au-naturel.com/bienfaits-douches-froides/#hS6z55kVJbwvmD22.14

Méditer, prier et remercier

Voilà un point très important dans notre programme bonheur! Méditer, prier et remercier est devenu pour moi le remède principal pour bien démarrer mais aussi pour bien terminer une journée. Donc on peut faire des séances de 15 à 30 minutes et meme d’une heure, chaque matin et chaque soir en fonction bien sur de temps que nous avons mais au moins 15 minute matin et soir c’est indispensable!

Quel traitement?

Traitement – un mot associé à l’espoir! Un mot que tous ceux qui soufrent d’une maladie quelque conque le prononce devant leur médecin En ayant la foi que des medicaments en prise rapide peuvent nous donner la santé perdue! Donc des médicaments existe pour l’arthrose et aussi pour la fibromyalgie mais arrive-t-ils guérir? Le médecin, un amis et reconnu rhumatologue lui a donné des antalgiques pour les douleurs arthrosiques et un antidépresseur qui peut soulager les douleurs des syndrome fibromyalgique. Lui a conseillé aussi les méthodes de la médecine douce et il lui a laissé la liberté d’une automédication en naturopathie.

Un programme sur mesure pour L.D.

Le matin elle se reveille à 4h30 et commence sa journée par son moment de meditation, prière et remerciement terminé par une lecture courte. Après une seance de sport- de tai chi chuan ou de la marche sur le tapis de course en alternance, elle prends une douche froide avant de passer à la cuisine pour se préparer un petit déjeuner riche en graine et un bon café noir!

Dans la journée elle accomplis ses taches habituelles. Elle habite à la campagne, donc son travail est dans la nature et aussi l’administration d’une petite ferme qui fait de l’accueil.

Après le déjeuner composé des légumes et graines-tout cru- elle prends son temps pour se reposer avant de commencer la deuxième partie de la journée. Elle favorise les fruits pour les deux moment de goûter à 10H30 et celui de 17h00. Le travail s’enchaîne jusqu’au soir quand après un moment de meditation et de prière elle sers un dîner léger toujours composé des legumes crus. Les protéines animales elle le consume très modérément, plutôt dans les week-ends. Les protéines végétales sont à l’honeur.

Le soir après une lecture qui l’inspire et une seance d’exercices de posture et rééducation musculaire elle s’endorme tranquillement vers 9h30 après avoir prise son cachet d’antalgique. Son sommeil doit être de 6 à 8 heure mais n’est pas toujours les cas.

Donc maintenant qu’on a vu son programme il faut savoir que c’est un programme qu’elle essaie de le tenir le plus rigoureusement possible malgré la fatigue et les douleurs. Les jours sont pas toujours les memes et elle arrive difficilement de s’en sortir quand depuis tôt le matin son corps lui joue des mauvaises surprises . Mais le désespoir n’est plus son ennemi et elle sait que après la pluie il y a le soleil qui brille. Elle prends son mal en patience et fait tout ce qui tient d’elle pour y arriver à vivre la vie qu’elle aime.

La Phytothérapie ou les plantes antalgiques

Du côté des traitements doux de l’arthrose, il existe quelques produits qui ont fait l’objet d’études dans le domaine de la thérapie par les plantes (phytothérapie) . Les remèdes antalgiques à base de saule blanc, gaulthérie; millepertuis, lavande ou de griffe du diable sont particulièrement appréciées. Utilisés régulièrement, ces préparations peuvent atténuer les douleurs. On pourra utiliser en application locale aussi des pommades et des gels à base d’arnica ou de consoude. Ces préparations sont généralement très bien tolérées et peuvent être associées aux médicaments de la médecine traditionnelle.       

Ce que je propose à mon amie et à tous ceux qui veulent completer leur traitement donné par la médecine conventionnelle en plus de programme bonheur est un traitement ayant à la base la phytothérapie, des seances de massage avec des baumes et huiles fabriqués par moi-même et des seance de PNL qui peuvent très utiles.

Troisième partie de notre série « la douleur-mon allié santé » serra une presentation concretes des remedes que nous pouvons vous presenter.

Un petit rappel de notre troisième partie:

L’herboristerie à votre service ou comment la nature vint-elle à l’aide pour traiter des causes et des symptômes:

3.1 Des remèdes concrets pour soulager et pour vous aider mieux vivre votre quotidien !
Qu’est-ce-que c’est un remède ? En quoi est-il different d’un médicament ?
3.1.1 Le remède : définition et son rôle pour notre santé 
3.1.2 Le médicament : définition, comparaison avec le remède et son importance pour la santé humaine. 3.2 Le remède, conseils et interprétation 
3.2.1 Parlons concrètement : bilan de vitalité  
3.2.2 Des remèdes pour vos douleurs
3.3 Petite catalogue, à vous de choisir

Dans les prochains articles nous allons donc détailler cette troisième partie en essayant de suivre le plan pour mieux comprendre et appliquer les remèdes que la nature nous offre.

Donc je vous invite lire le prochain article :

« La phytothérapie comme art de vivre »