Bilan Santé? Et après ?

Un bilan santé peut être un outil très précieux quand nous avons vraiment pris la decision de faire des changements dans notre vie et d’améliorer notre quotidien. SINON À QUOI PEUT-IL NOUS SERVIR ?

Nous pourrons être frustrés et angoissés à l’idée que nous avons un problème santé et ne rien faire!

Nous vous proposons un Bilan Santé à faire vous même et on vous invite lire notre catalogue ou les remèdes seront au rendez-vous!https://madmagz.com/fr/magazine/1687259

Et on vous offre des promotions ici: https://ferme-de-sainte-odile.com/boutique/

A vous de choisir!

Donc l’heure est peut-être venu pour vous de faire quelque chose pour vous même ! Alors voila un outil pour mieux vous comprendre:

Bilan santé d’auto-diagnostique!

  • 1 En général, comment considères-tu ta santé physique?
    •  Excellente
    •  Très bonne
    •  Bonne
    •  Passable
    •  Mauvaise
  • 2 As-tu fait un autoexamen de ta peau?
    •  Récemment
    •  L’année dernière
    •  Il y a plusieurs années
    •  Jamais
  • 3 As-tu consulté ton dentiste pour un suivi de la santé de tes dents?
    •  Récemment
    •  L’année dernière
    •  Il y a plusieurs années
    •  Jamais
  • 4 As-tu consulté ton médecin pour un examen de santé complet comprenant, entre autres, la mesure de la tension artérielle, l’analyse de sang et d’urine, le dépistage du cholestérol et l’examen de la vue?
    •  Récemment
    •  L’année dernière
    •  Il y a plusieurs années
    •  Jamais
  • 5 Lorsque tu sens un malaise physique, as-tu tendance à…? 
    •  Consulter le médecin
    •  Appeler info-santé
    •  Me rendre à la pharmacie pour regarder s’il y a quelque chose sur les tablettes qui pourrait éventuellement soulager cette douleur
    •  Attendre que la douleur s’en aille tout seul

Questions concernant ta santé mentale

  • 6 En général, comment considères-tu ta santé mentale?
    •  Mauvaise
    •  Passable
    •  Bonne
    •  Très bonne
    •  Excellente
  • 7 Te sens-tu déprimé, triste, avec le goût de pleurer ?
    •  Toujours
    •  Souvent
    •  Parfois
    •  Rarement
    •  Jamais
  • 8 As-tu l’impression d’avoir la mèche plus courte ou d’être plus irritable?
    •  Toujours
    •  Souvent
    •  Parfois
    •  Rarement
    •  Jamais
  • 9 As-tu tendance à t’isoler?
    •  Toujours
    •  Souvent
    •  Parfois
    •  Rarement
    •  Jamais
  • 10 As-tu déjà pensé au suicide, à en finir avec la vie?
    •  Toujours
    •  Souvent
    •  Parfois
    •  Rarement
    •  Jamais
  • 11 Lorsque tu es en conflit avec quelqu’un d’autre, as-tu tendance à…?
    •  Cacher ce que tu penses ou ce que ressens
    •  Exploser, engueuler la personne en question
    •  Prendre du recul, s’accorder du temps pour laisser tomber la pression
    •  Exprimer clairement et poliment tes émotions
  • 12 Te sens-tu entouré de gens qui te soutiennent, qui peuvent t’aider si tu es mal pris (amis, parents, collègues de travail, etc.)?
    •  Je me sens seul
    •  Je me sens peu entouré
    •  Je me sens bien entouré
    •  Je me sens très bien entouré
  • 13 Y a-t-il dans ton entourage quelqu’un à qui tu peux te confier, parler librement de tes problèmes?
    •  Personne
    •  Partenaire seulement
    •  Un-e ami-e seulement
    •  Partenaire et un-e ami-e
    •  Plus d’un-e ami-e (sans partenaire)
    •  Partenaire et plus d’un-e ami-e
  • 14 Lorsque tu sens un malaise psychologique, as-tu tendance à…?
    •  Attendre que le malaise s’en aille tout seul 
    •  Consulter des sites web ou lire des livres de psychologie
    •  En parler à des proches, des amis
    •  Consulter un-e professionnel-le (médecin, travailleur social, psychologue, etc.)

Questions concernant ton style de vie et tes habitudes

  • 15 À quelle fréquence fais-tu de l’exercice physique?
    •  Souvent
    •  Régulièrement
    •  Parfois
    •  Jamais
  • 16 Est-ce que tu entretiens de bonnes habitudes alimentaires (manger des fruits, des légumes et des fibres)?
    •  Souvent
    •  Parfois
    •  Rarement
    •  Jamais
  • 17 Considères-tu ton poids comme étant…?
    •  Acceptable
    •  Insuffisant (trop maigre)
    •  Un peu excédentaire (quelques « poignées d’amour »)
    •  Embonpoint, obèse
  • 18 Quotidiennement, fumes-tu…?
    •  Je ne fume pas
    •  1 à 10 cigarettes/jour 
    •  11 à 25 cigarettes/jour
    •  26 cigarettes ou plus/jour
  • 19 Quelle est ta consommation d’alcool (vins, bières, alcool fort)?
    •  Moins de 7 consommations depuis les 7 derniers jours
    •  7 à 13 consommations depuis les 7 derniers jours
    •  14 consommations et plus depuis les 7 derniers jours
    •  Un peu saoul, 5 fois ou plus en 1 an
    •  Grosse brosse où tu l’échappes, 5 fois ou plus en un an
  • 20 Quand t’as une fréquentation ou un one night stand, quelle utilisation fais-tu du condom? 
    •  Ne s’applique pas (aucune fréquentation de ce genre) 
    •  Toujours ou presque toujours
    •  Fréquemment
    •  À l’occasion
    •  Jamais
  • 21 Comment arrives-tu à concilier le travail, les loisirs et la vie familiale?
    •  Équilibre entre le temps de travail, de loisirs et de vie familiale
    •  Je me consacre entièrement à ma vie familiale au détriment de mon travail et des loisirs
    •  Je passe beaucoup de temps pour mes loisirs au détriment de ma vie familiale
    •  Je travaille beaucoup et je n’ai que très peu de temps pour la famille et les loisirs
  • 22 Pratiques-tu des jeux de hasard de telle sorte que ça devient une préoccupation, un problème, pour toi et tes proches?
    •  Jamais
    •  Rarement
    •  Parfois
    •  Souvent
  • 23 En général, adoptes-tu des conduites sécuritaires au travail (casque, bottes à bout d’acier, etc.), en automobile (ceinture de sécurité, vitesse, etc.), dans la pratique d’activités physiques (casque de vélo, sports extrêmes, etc.) ?
    •  Je m’assure de ma sécurité et de celles des autres avant tout
    •  Sans être particulièrement attentif à la sécurité, je m’assure de suivre les normes établies
    •  Je me préoccupe peu des questions de sécurité
    •  J’adore le risque, la vitesse automobile et les sports extrêmes
  • 24 Quel est ton niveau de préoccupation à l’égard de tes habitudes de vie?
    •  Je cherche à améliorer mes habitudes de vie
    •  Je m’informe sur comment développer de saines habitudes de vie
    •  Je suis parfois préoccupé
    •  Je veux profiter de la vie maintenant et je ne me préoccupe pas de mes habitudes de vie

Questions concernant ta santé physique

NB. DE 1

NB. DE 2

NB. DE 3

NB. DE 4

NB. DE 5

Si tu as une majorité de « 3 » ou de « 4 » :
Nous te suggérons de consulter ton médecin, ton dentiste; d’appeler info-santé, de parler avec ton pharmacien ou pharmacienne, etc. Ces services sont rendus par du monde pour du monde… Te responsabiliser pour ta santé c’est une façon d’éviter les problèmes et d’améliorer ta qualité de vie et celle des gens autour de toi.

Questions concernant ta santé mentale

NB. DE 1

NB. DE 2

NB. DE 3

NB. DE 4

NB. DE 5

NB. DE 6

Si tu as une majorité de « 1 » ou de « 2 » :
Nous te suggérons de consulter ton médecin, un ou une psychologue, un travailleur social ou une travailleuse sociale ou de faire appel à des organismes communautaires, etc. Encore ici, ces services sont rendus par du monde pour du monde… Prendre le contrôle de ta santé mentale, c’est une façon d’éviter les problèmes et d’améliorer ta qualité de vie et celle des gens autour de toi.

Questions concernant ton style de vie et tes habitudes

NB. DE 1

NB. DE 2

NB. DE 3

NB. DE 4

NB. DE 5

Si tu as une majorité de « 3 » ou de « 4 » :
Nous te suggérons de consulter ton médecin, un ou une nutritionniste, un organisme d’aide, etc.

Il n’y a pas de honte à demander de l’aide aux professionnels de la santé, ils ne sont pas là pour te juger.

N’attends pas qu’il soit trop tard avant d’agir!

https://ferme-de-sainte-odile.com/boutique/

L.D. nous donne son témoignage:

«  Après des années des questions j’ai pu trouver enfin une réponse à mes problèmes de santés, mes douleurs ont un nom! Polyarthrose! Un mot simple, tant des fois prononcé dans nos jour, par tant des personnes. Il fait peur, il crée de la panique et de la désespoir. Les oreilles bourdonnent, le cœur s’ emballent, et un NON criant nous étouffe. Nous somme plus ou moins jeunes et nous voulons encore vivre notre vie à plein temps, notre monde s’écroule. Et les douleurs nous rendent faibles et nous empêchent de nous épanouir. Et quand le médecin nous annonce que l’arthrose n’est pas la seule qui vient se faire de la place dans votre corps mais qu’en plus vous avez une fibromyalgie qui vous ronge ….La vie ne vous fait pas des cadeaux! »

Polyarthrose et fibromyalgie!

Mais la vie de L.D. ne s’arrête pas ici! Après la consternation, après le « pourquoi ?» et après les rivières des larmes est bien le moment de se rendre compte que nous ne sommes pas morts! Et que c’est notre choix de souffrir ou de nous épanouir!

« Jusqu’au moment de l’annonce de diagnostique j’étais dans le brouillard, la confusion ne me laissait pas me faire un program de vie parce que je ne savais pas à quoi m’attendre, quelles auraient pu être les consequence d’une decision pas assez réfléchie. Maintenant je sais ce que je dois faire: choisir de vivre et de me créer une vier sur mesure. Ni l’arthrose et ni la fibromyalgie ne seront pas mes maîtres! La seule qui peux decider pour moi c’est MOI! Avec l’aide de Celui qui m’a donné la vie par mes parents, avec l’aide de Celui qui est la VIE et qui a choisi la souffrance comme résurrection je pourrais faire de ma vie un témoignage de bonheur! »

C’est dans état d’esprit que j’ai parle avec L.D. , une très bonne amie qui m’a fait part des ses souffrance . Elle m’a confié aussi que « les rivières des larmes » ont coulés pas mal de temps, sur plusieurs semaines jusqu’au jour ou elle a décidé de continuer à vivre et non pas se laisser mourir! Ainsi nous nous sommes vu pour mettre ensemble en application un plan appelé « Le programme de bonheur»!

Le programme bonheur

Pour réussir a se faire un programme de vie sur mesure il faut d’abord comprendre une chose très importante: la douleur est notre amie mais elle n’est pas notre maître . La douleur ne doit pas devenir ma respiration; ma lumière, mon guide de vie! Elle a sa place mais autant que je lui laisse et non pas plus!

Parmi les témoignages que j’ai reçu et de toutes les discutions que j’ai pu avoir avec ceux qui souffrent atrocement j’ai bien compris que leur vie commencent à devenir difficile et que leurs projets de vie ne se font plus autrement qu’en fonction de leur souffrance et même qu’ils ont du renoncé avoir des projets et que la déprime prends la place de toute joie, la peur face à la douleur les paralyse tout courage.

Avec le risque de me répéter je vous dis la douleur est mon amie mais je l’accepte dans ma vie comme ma meilleure amie…c’est à dire de temps en temps. Elle m’annonce qu’il y a une problème , que je dois faire attention à elle pour la soulager.

Quel est le programme bonheur? Comment j’envisage d’aider mon amie et avec elle tous ceux qui sont intéressés de vivre avec la douleur qui est devenue un vécu quotidien? Je vous dirai en details dans le prochain article. Mais avant de vous parler de ce programme je vous laisse faire un test d’auto evaluation de votre douleur!

Test d’auto-évaluation de la douleur


Comment peut-on définir l’homme dans 7 phrase, ni en trop dire et ni le dépouiller de sa vrai valeur ? Je ne vous promets pas une définition complète de l’homme mais 7 définitions qui font partie d’une grande et complète définition! Je me suis proposé de vous presenter des caractéristiques qui marquent la personnalité humaine.

  1. L’homme est une personne unique en elle-même et son défi est celui de trouver le bonheur ! Chaque personne humaine détint en elle-même le projet de sa vie. Et celui-ci n’est rien d’autre que l’accomplissement de soi-même ! Vivre dans le bonheur c’est le rêve de nous tous, mais combien parmi nous arrivons vraiment le connaître ? Et la cause n’est aucune d’autre que notre impassibilité ! Nous attendons que les choses se font toutes seules sans déposer trop d’efforts. Comprenant que les résultats seront sur la mesure des efforts déposés nous obtiendrons notre bonheur !
  2. L’homme, ne peut vivre isolé et solitaire.
    L’homme est un être qui vit dans la communauté. Il a besoin d’une coopération continue et d’une aide mutuelle. Par exemple, un homme vivant seul dans le désert mourra éventuellement de faim. Seul, il ne peut jamais se procurer tout ce qui est nécessaire à son existence. En conséquence, il a besoin de coopération et de réciprocité. Le mystère de ce phénomène, sa cause, c’est que l’humanité a été créée d’une origine unique, s’est ramifiée à partir d’une seule famille. Ainsi, en réalité, toute l’humanité constitue une seule famille.
  3. L’être humain est un être compose de : corps, âme et esprit
    Et l’explication principale on la trouve dans la bible
    1 Thessaloniciens 5.23 « Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irréprochable, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ! »
    Affirmation prouvée aussi par les dernières découvertes scientifiques de neuroscience. (Un article serra fait sur le sujet).
  4. L’homme est le maître de sa vie et le seul architecte de son destin !
    Si l’homme comprends que sa vie est une création il pourra la faire une création propre.
    Et Sartre nous dit quelque chose dans le même sens :
    “L’homme n’est rien d’autre que son projet, il n’existe que dans la mesure où il se réalise” (extrait de l’existentialisme est un humanisme).
  5. L’homme contient en lui tout le mystère de la création en étant lui-même un mystère !
    « L’homme passe infiniment l’homme » écrit Pascal. Qui de nous n’a jamais été saisi par le mystère de la personne ? Mystère d’une intériorité qui ne cesse de s’interroger elle-même, comme penchée sur son propre abîme. Énigme d’un désir que rien ne peut combler. Paradoxe d’une liberté en devenir, capable du meilleur comme du pire, et qui ne s’accomplit qu’en se renonçant elle-même dans l’amour.
    Les artistes explorent le caractère irréductible de la personne; pour le peintre, chaque visage est unique, irremplaçable et tout l’art du portrait sera de suggérer, par delà les traits visibles, la part d’invisible de la personne, ce qui en fait le mystère unique et qui rayonne à travers son visage.
    Le philosophe manifestera quant à lui ce que l’homme a de singulier dans le monde vivant et qui lui confère une place à part dans ce monde : son intelligence, qui lui permet de discerner le vrai et d’agir en fonction de la vérité plutôt que sous l’empire de ses instincts ; sa liberté qui lui permet de se déterminer de l’intérieur, de dépasser les conditionnements qui pèsent sur lui, et d’accomplir le sens de son existence.
    La Révélation biblique jette une lumière décisive sur le mystère de l’homme, qui vient compléter les intuitions des artistes et des philosophes : l’homme est « image de Dieu », seule icône de Celui que nul n’a jamais vu, le Dieu Vivant, Créateur. L’anthropologie chrétienne est un divino-humanisme : l’homme est le joyau de la Création car il est la finalité même de l’acte créateur. La personne est infiniment précieuse car elle porte l’image du Dieu transcendant et a été rachetée par le Christ.
  6. L’homme vu comme acteur destructeur de son destin : le seul ennemi de l’homme est l’homme lui-même ! Et comment peut-on dire que ce n’est pas vrai ? Regardons ce qui se passe autour de nous mais regardons plutôt ce qui se passe à l’intérieur de nous ! Ainsi nous pouvons mieux comprendre comment nos actions sont parfois les causes de nos malheurs, les causes de nos douleurs!
  7. L’homme vu comme un principal survivant dans toutes les situations critiques possibles ! L’homme a toujours trouvé les moyens de bien s’en sortir des situations qui pourrait le détruire. Bien que dans le moments limite ou la vie elle-même était en danger l’homme découvre sa capacité de survivre, dans la vie de tous les jours il s’étends à petit feu par l’ignorance vis-à-vis de son bien-être complet, c’est-à-dire pour son corps, son âme et son esprit !

Voilà les 7 définitions ou 7 caractéristiques de la personne humaine qui méritent bien d’être encore déploiés parce que chacun en soi peut devenir un sujet d’article.

« Quand l’homme a compris qu’il est malheureux et que sa vie n’est pas celle pour laquelle il a été crée ? Comment a-t-il compris et comment a-t-il réagit ? »

Dans cet article, le quatrième de la série « la douleur-notre allié santé » on verra comme l’homme commence à se comprendre et voir sa vrai valeur ! Rendez-vous donc pour une prochaine lecture qui vous apportera des réponses importante !
N’oubliez pas de poser des questions, de vous inscrire pour recevoir les nouvelles articles et de participer aux discussions sur le forum ! https://ferme-de-sainte-odile.com/forums/forum/la-douleur-notre-allie-sante/

Pourquoi ce titre et qu’est que je voudrais vous dire dans cette série ?


La curiosité humaine peut chercher des réponses quand elle n’a pas une idée claire de ce qu’on parle. J’aimerais bien me vanter que je vous donnerai des solutions miracles à toutes vos douleurs, soit physiques-articulaires, musculaires et autres, mais aussi et plus importants encore à toutes vos douleurs psychiques et spirituelles.
Mais la vérité est que non, je ne ma vanterais pas avec des solutions miracles parce que tout simplement je n’en ai pas !
Déçus ?
Ne le soyez pas, je vous propose des solutions concrètes qu’on va les travailler ensemble tout au longue de cette série. Et cella je ne pourrai pas la faire sans vous! Je vous présent aujourd’hui le plan de cette série qui vous aidera vous situer au milieu des votre souffrance.

LE PLAN !

Le plan aura 9 points détaillés qui composeront 3 grandes parties qui contiendront aussi d’autres points à détailler. Oui c’est un peu tordue ce que je vous dis mais patience, vous aller tout comprendre.
Commençons à éclairer un peu cette façons ambigüe de parler.
Première partie c’est moi-même que je l’écrirai, la deuxième c’est vraiment avec vous que je la mettrai sur la page et plutôt dans votre cœur. La troisième partie serra le couronnement de deux premières.
Pas claire de tout, mais j’arrête de vous balader comme ça, n’est pas très gentille de ma part.
Donc :


Première partie

  1. Comment peut-on définir l’homme dans 7 phrase, ni en trop dire et ni le dépouiller de sa vrai valeur ?
  2. Quand l’homme a compris qu’il est malheureux et que sa vie n’est pas celle pour laquelle il a été crée ? Comment a-t-il compris et comment a-t-il réagit ?
  3. La douleur nous veut de bien !
    3.1 Qu’est-ce que c’est la douleur ?
    3.2 Types des douleur
    3.3 Causes des douleurs

Deuxième partie :

1..A vous la parole ! Des témoignages viendront nous faire comprendre pourquoi la douleur n’est pas bien comprise et comment une fois admise comme une présence bienveillante dans notre vie elle peut devenir une véritable amie, un allié santé !

2. Comprendre une causalité est un point principal pour s’en sortir ? Quelques points pour comprendre le rôle primordial de la souffrance pour votre épanouissement !
3. Un test d’auto évaluation

Troisième partie :

L’herboristerie à votre service ou comment la nature vint-elle à l’aide pour traiter des causes et des symptômes:

3.1 Des remèdes concrets pour soulager et pour vous aider mieux vivre votre quotidien !
Qu’est-ce-que c’est un remède ? En quoi est-il different d’un médicament ?
3.1.1 Le remède : définition et son rôle pour notre santé
3.1.2 Le médicament : définition, comparaison avec le remède et son importance pour la santé humaine. 3.2 Le remède, conseils et interprétation
3.2.1 Parlons concrètement : bilan de vitalité
3.2.2 Des remèdes pour vos douleurs
3.3 Petite catalogue, à vous de choisir

À la place des conclusions :

  1. Une conclusion sans final
  2. Vous aimez souffrir !

Votre vie est tout ce que vous possédez vraiment ! Rien d’autre vous ne pouvez maîtriser et modeler à votre convenance, que vous l’acceptez ou non ! Donc ne perdez pas le temps avec des futilité et ne vivez pas la vie des autres! Ne vous laissez pas manipulés au point que vous oubliez qui vous êtes !
Si vous arriver définir votre vie vous gagneriez le ciel !

Comment peut-on définir l’homme dans 7 phrase, ni en trop dire et ni le dépouiller de sa vrai valeur – L’ article serra prêt pour le 22 septembre

Hegel : “L’homme est un être doué de conscience et qui pense, c’est-à-dire que, de ce qu’il est, quelle que soit sa façon d’être, il fait un être pour soi



Il fait un être pour soi : donc l’homme peut être capable de se faire à lui-même une être pour soi, donc de se créer, de se construire en tant que celui qu’il aime être. L’homme a été crée, l’homme a reçu toute sa valeur dans la création et il a une valeur inestimable en lui-mêm. Il doit être capable de la découvrir, de la mètre en son service. L’homme en étant une être crée il a reçu toute sa valeur dans sa création mais il hérite de ses parents et à travers ses parents de toutes les générations de ses ancêtres en arrivant jusqu’aux nos premiers parents, donc Adam et Eve. On sait bien que nous recevons en héritage toute la valeur de l’humanité, on reçoit un grand trésor de l’humanité , on reçoit aussi en même temps tous ce qui est bon , ceux qui est moins bon et aussi ce qui est carrément mauvais dans cet héritage. Pourquoi nous avons besoin de comprendre ça ?
C’est simple! Pour pouvoir se mettre en centre de tout ce que nous avons hérité, de bien analyser et de bien comprendre que l’homme n’a qu’un seul chose a faire : se construire en tant que personne qu’il aime être. Il doit utiliser l’héritage pour devenir quelqu’un de meilleur, de meilleur, et de meilleur dans le sens vrai de terme meilleur. C’est-à-dire devenir une personne qui sait maîtriser toutes les valeurs qu’il a pour les mettre dans son service mais surtout au service de ces qui sont autour de lui et pour laisser en héritage à son tour, de vrais valeurs pour les générations à venir. Les générations à venir peuvent être la famille directe : ses enfants, ses petits enfants, mais aussi les générations suivantes, c’est-à-dire, l’humanité entière. Donc chacun d’entre nous est un maillot dans la chaîne d’existence humaine et tout se passe avant nous et après nous. Nous sommes influencé par tout ce qui nous vient de l’humanité d’avant nous et nous influençons tout l’humanité d’après nous ! Surtout il ne faut pas oublier ça ! Si nous gardons bien ça dans notre esprit nous ne pouvons pas vivre en ignorant notre rôle très important que nous savons dans l’histoire de l’humanité !


L’Homme et sa vraie valeur

Revenant un peu à l’homme, notre sujet d’aujourd’hui, on sait qu’il a une valeur mais il peut perdre sa valeur. Parce que l’homme s’il refuse de se construire, s’il refuse de comprendre celui qu’il est et qu’il peut s’aimer ou non , donc s’il refuse de reconnaître celui qui est et de reconnaître ce qui peut devenir , l’homme peut se détruire. Et la vie de l’homme peut devenir une vie de souffrance. Et quand je parle de souffrance, je parle de souffrance physique , mais je parle aussi d’une souffrance psychologique et je parle aussi d’une maladie spirituelle. Donc on sait bien que l’homme n’est pas seulement une être vivante ou un animal. L’homme a une valeur plus importante qu’un animal, l’homme est une être compose d’un corps et d’une âme. Donc la valeur de l’homme est inestimable et il faut qu’il accepte de ne pas souffrir pour rien. On sait bien que la souffrance est un phénomène qui guérit, qui fait fait du bien si on la comprend.

La souffrance de l’homme peut avoir plusieurs causes :

Il peut être une souffrance due a un héritage qu’il a reçu et qui doit la porter et qu’on sait, on l’a dit, qu’il peut la transformer- on verra ça plus tard-, mais aussi une souffrance qui peut se la provoquer lui-même, par la vie qu’il mène, une vie menée au hasard. Il se laisse conduit par le système qui le force d’être un membre de système, et qu’il oblige d’accepter de consommer comme tout le monde. Et en ne faisant pas attention à sa vie petit à petit il vas s’en rendre malade sans savoir pourquoi. Il va commencer à traiter ses symptômes sans comprendre qu’en effet les symptômes ne sont rien d’autres que des amis qui lui frappent à la porte pour lui dire que sa maison est sur le point de bruler. Reveille-toi pour l’étendre, donc étend le feu mais entends aussi la source qui a mis le feu à ta maison. Donc on traite les symptômes mais on oublie les causes. Et l’homme arrive à être un consommateur de tout ce qui lui offre le système- inclus les médicaments- et qui finalement va devenir un membre de la société actuelle. Et l’homme devient de plus en plus souffrant et le cris qu’il a dans son intérieur le plus profond, dans son âme, il ne l’écoute plus. Et petit à petit il tombe malade, même gravement malade. Ou il devient malade de la maladie de siècle, la dépression qu’on sait tous que c’est une fausse maladie. Elle est réelle dans le sens que les personnes qui souffrent sont vraiment malades, et ils ont vraiment besoin d’aide, et ils ont vraiment besoin de notre accompagnement et ils ont vraiment besoin d’aide pour la surmonter mais on sait qu’à la base la maladie de la dépression n’était pas une vrai maladie. On n’entre pas dans le sujet mais pour ceux qui sont intéressés posez-moi des question et je vous répondrai.
Et nous avons encore une autre maladie de siècle qui est le cancer. Nous savons aujourd’hui plus sur cette maladie, moi j’ose dire que le cancer c’est une négation de soi même , en se rejetant dans les bras de toutes les tentations de notre société, de tout ce qui peut nous rendre malades, nous avons tous de points faibles et si nous ne les traitons pas et en ayant un système immunitaire défaillant la maladie peut s’installer vite. On va pas faire une discussion sur cancer, le sujet est comme vous le savez assez vaste.Simplement j’oserai dire qu’on peut être porteur d’un cancer et le transmettre, même à des personnes qui sont à plusieurs générations après nous. D’où des enfants malades des leur naissance…. (a méditer là-dessus)
Donc deux maladies de siècle , la dépression et le cancer. Je veux vous poser une question : ou il est l’homme, entre ces deux maladie, parce que aujourd’hui on traite des maladies sans aider l’homme. Je ne parle pas d’humanisme qui se développe de plus en plus aujourd’hui ,et qu’on crée des association pour le bien-être, des association pour offrir à l’homme tout ce qu’il a besoin pour mener une vie confortable. Je ne parle pas de tout ça. Je parle de l’Homme, avec un grand H. Il est ou l’Homme dans tout ça ? Il oublie de vivre, il oublie de faire attention à lui-même, il oublie quel est le but de son existence dans sa vie. Je vous pose la question à tous : quel est le but de l’existence de l’homme ?
Je sais qu’il aura plusieurs questions qui vont arriver et plusieurs commentaires, et je serai très contente de les lire et vous répondre mais il faut aussi savoir que je ne suis pas là pour faire une apologie sur l’homme mais pour comprendre la douleur dans le contexte de notre vie actuelle!

C’est pour cela que nous avons conçu la série des podcasts et des articles appelé

« La Douleur- notre allié santé » !


Le sujets principal serra donc la douleur et tout ce qu’on peut connaître sur elle, qu’est ce que la douleur, pourquoi elle existe, quelles type de douleur existent , comment la douleur est arrivé dans l’être humain. Et bien plus important encore, qu’est ce que nous pouvons faire pour que notre douleur pourra devenir vraiment un allié pour notre santé et que cette douleur on pourra la transformer et qu’on peut vivre sans se laisser dominer, sans se laisser écrasés par elle.

Le prochain article serra celui qui vous dévoilera tout le contenu de notre série ! Vous aller connaître le cheminement de notre aventure dans la connaissance de ce que nous appelons :douleur !

Je vous invite donc lire le prochain article mais aussi d’écouter aussi les podcasts sur le même sujet.

https://soundcloud.com/user-585208359/lhomme-est-le-commencement


Pour ceux qui sont intéressés de recevoir les articles directement dans leur boite e-mail je les invite de nous laisser leur adresse et aussi des questions.
Je vous souhaite avoir une vie pleine des questions, d’être courageux, d’aimer la vie et de ne pas oublier une chose : vous êtes l’homme et non pas un individu dans la société humaine. Portez-vous bien et vivez votre vie avec courage !

Prochain article « La douleur- notre allié santé » – Pourquoi un tel titre et quel est le plan !



Souffrir et dire merci n’est pas simple! Mais c’est le seul remède qui peut vraiment vous aider quand la souffrance vous accable, quand aucune louer d’espoir ne s’ouvre à vous! Comment dire merci quand on est accablé de douleur?

La vie ne nous laisse pas toujours le choix d’être malheureux ou non. Nous sommes confrontés à des réalités qui nous oblige à une acceptation! Nous sommes obligés d’accepter ce qui nous est  » offert »! Et nous devenions notre « choix »! Mais comment peut-on accepter de ne pas choisir? Comment pouvons-nous devenir une « acceptation » de ce qui nous est « offert-imposé » et ne pas comprendre qui nous pourrions être en réalité?

Notre personnalité est une conjugaison des plusieurs réalités: une est celle de nos ancêtres qui on l’a hérité à travers nos parents, et il y a celle de notre société qui nous impose un système culturel et social prédéfini et à qui on doit obéir .

Mais il y a une autre réalité: la nôtre!

Et cela nous avons le droit de la construire nous-même. Cette réalité nous devons la faire propre à nous, à nos attentes et l’encadrer dans une vie qui nous épanouisse!

Cette choix nous amène à un dialogue constant avec nous devant toutes les situations qui nous colorent chaque jour.

Une situation auquel nous avons à nous confronter avec nous même et faire une choix , peut-on dire de vie ou de mort, c’est devant notre souffrance! Dans notre douleur peuvent intervenir plusieurs facteurs qui nous guident vers une issues heureuse ou vers la perte de nous même.

Certainement si nous acceptons de devenir des cobayes pour des expériences qui pourront laisser des résultats pour une histoire construite par les autres, alors oui , notre vie a été vécue pour la gloire d’un sytème imposant.

Je pose une question qui je me la pose depuis ma tendre jeunesse : qui je suis et quel est mon rôle sur cette terre? Qui est en réalité l’homme qui souffre? Et pourquoi doit-il souffrir? J’aimerais bien avoir un dialogue avec ceux qui cherchent une réponse. J’aimerais bien comprendre comment vous vivez votre douleur dans le quotidien? Laissez-moi, s’il vous vous plaît des commentaires et mieux encore, des question auxquelles je répondrai selon le cas personnellement dans votre e-mail ou dans des prochains articles.

Comment dire merci quand on est accablé de douleur?

Le 14 septembre serra le début d’une série appelé « La douleur-notre allié santé » et je vous invite de faire partie de ceux qui trouveront des réponses mais aussi de ceux qui donneront des réponses à travers leurs expériences personnelles sur le forum qui serra ouvert pour ce sujet! Des articles et des podcast seront pour vous un moyen de vous comprendre à travers votre souffrance.

Inscrive-vous pour recevoir des notification et des articles dans votre boite e-mail.

http://

Souffrir – une façon de vivre

Souffrir peut vite devenir une façon de vivre si nous acceptons que rien d’autre ne peut plus se passer avec nous.

Souffrir peut devenir un art de vivre! Mais l’art de vivre n’est pas la souffrance en soi-même mais la façon de se rapporter à la souffrance. Je m’explique à partir de 14 septembre quand nous commençerons une série d’articles et des podcasts pour partager une expérience et un acquis sur la façon d’intégrer la souffrance dans notre vie sans se laisser dominer par elle et comment la douleur peut devenir un allié précieux et non un ennemi à combattre! Soyez parmi ceux qui vont recevoir les articles directement par e-mail en nous laissant votre adresse et même des questions sur le sujet!

Restez-vous acablés?

N’hésitez pas à nous écrire! http://

Savon Anti-Douleurs

« Les mains me font vraiment mal aujourd’hui…comment faire pour me soigner avec tant de boulots ? Me mettre de la pommade ne sert à rien, pendant la journée je me lave assez souvent pour qu’elle puisse avoir le temps d’agir. Le soir ? Tellement fatigué que je n’ai qu’une idée en tête…aller vite au lit en espérant que la douleur s’en va toute seule et demain serra mieux….. »

Combien de temps j’ai souffert comme ça pour me dire un jour : « ca suffit, je ne peux plus, je dois trouver une solution ! » Et en faisant attention à mes habitudes j’ai vu que je lavais mes mains au moins 7-8 fois dans la journée. Donc si je les lavais avec un produit qui calme les douleurs et réduit les inflammations ? C’est à ce moment là que l’idée d’un savon antidouleurs est né ! Depuis j’ai bien eu le temps de vérifier que mes mains sont contentes et oui, moi avec elles.

Je ne me suis pas arrêté de vouloir essayer encore plus. Ainsi une Crème Lavante antidouleursest entré depuis peu de temps sur le banc d’essais. Je vous donnerai des nouvelles.

Aujourd’hui, le temps passé me donne raison pour dire qu’on peut très bien combiner l’utile avec le plaisir. Tout en se lavant et passer un moment agréable sous la douche nous pouvons aider nos articulations souffrir moins et donner aux muscles une bonne souplesse !

FERME-DE-SAINTE-ODILE partage avec vous cette magnifique expérience en vous présentant aujourd’hui le Savon Antidouleurs. Nous préparons pour très bientôt  la Crème lavante antidouleurs qui vont vite devenir vos alliées pour mieux vivre au quotidien ! L’utilisation quotidienne de savon anti-douleurs pourrait vite s’avérer un aide de quel vous ne pourriez vous en passer. En combinant les deux vous allez vraiment sentir la différence. 

Bien sûr qu’il est nécessaire un temps spécifique à chaqu’un que l’effet se produise. L’inflammation peut prendre de temps à « vouloir » s’en aller. Les douleurs peuvent avoir des causes différentes. Je ne vous propose pas des produits qui font des miracle. Mais des produits que j’ai expérimentés et qu’ils me font beaucoup de bien. Parmi ceux qui ont voulu se donner aussi la chance d’y aller mieux j’ai des retours positifs de 80%. Je ne vends pas mes produits pour devenir riche mais pour vous aider. Essayez-les et envoyez, s’il vous plaît le témoignage de votre expérience, que je vous la souhaite positive !

Savon Anti-douleurs vous le trouverez:

http://ferme-de-sainte-odile.com/?product=235

L’histoire de Mary Newport et de son mari atteint d’Alzheimer

Mary Newport est médecin aux États-Unis. Alors que Steve, son mari, développe prématurément la maladie d’Alzheimer, elle lui trouve une thérapie alternative à base d’acides gras à chaîne moyenne qui lui permet d’inverser le développement de la maladie et de retrouver certaines facultés perdues.

À 51 ans, Steve développe les premiers signes de la maladie d’Alzheimer. Mary Newsport nous explique : “La maladie d’Alzheimer est terrible. Steve pouvait passer plusieurs heures à chercher quelque chose dans le garage, sans savoir quoi exactement.”
Lors de ses recherches pour aider Steve, elle fait une découverte qui va changer le cours des choses. Avec son accord, elle décide de tenter une nouvelle expérience en intégrant des acides gras spécifiques dans son menu.

Quand son mari a pris environ deux cuillères à soupe d huile de noix de coco (une source des acides gras) au petit déjeuner avant de passer le test de l’horloge (voir ci-dessous), les résultats ont été spectaculaires. Alors, aidé par sa femme, son état à continuer à progresser conjointement à sa consommation quotidienne d’huile de noix de coco enrichie avec de l’huile de triglycérides.

Après plusieurs semaines, les résultats sont surprenants. Sa mémoire s’améliore, il retrouve sa personnalité, reprend ses activités et peut de nouveau interagir avec son environnement, sa famille, ses amis.

Rappelons que les effets de l’huile de noix de coco sur la maladie d’Alzheimer ont été étudiés scientifiquement par une équipe de chercheurs canadiens. Plus d’infos sur cette page.

L’apparition de la maladie

Pour comprendre comment combattre la maladie d’Alzheimer, il faut commencer à comprendre comment le cerveau fonctionne. Le glucose en est son principal carburant. Ce sucre issu de l’alimentation est transformé en énergie par l’insuline.

La science a récemment découvert que le cerveau produit sa propre insuline pour effectuer la transformation du glucose dans le sang. Si la production d’insuline baisse, l’énergie du cerveau baisse également.

Les patients souffrant d’Alzheimer ont des parties de leur cerveau qui reçoivent de moins en moins d’énergie, car la production d’insuline baisse. Ces parties ont faim et fonctionnent de moins en moins bien, ce qui amène des pertes progressives de mémoire, de la parole, de motricité et graduellement finit par la mort.

Les personnes diabétiques ont 65% plus de chance de développer la maladie d’Alzheimer. Même si les mécanismes restent à déterminer, un lien existent entre ces maladies liées à l’insulino-résistance.

L’élément révolutionnaire

L’intérêt de l’utilisation d’huile de noix de coco pour prévenir d’Alzheimer vient de sa composition. Cette huile contient approximativement 66% de triglycérides à chaîne moyenne (TCM). Explications.

Bien que le cerveau consomme principalement du glucose pour fonctionner, il peut également utiliser d’autres sources d’énergie comme les corps cétonés, cétoniques ou cétoacides.

Ces corps cétonés sont un carburant alternatif au glucose pour le cerveau. Ils sont produits pas l’organise lorsqu’ils transforment des graisses en énergie. C’est le cas lors de la digestion de l’huile de noix de coco. D’ailleurs, l’une des principales sources de corps cétonés sont les TCM.

Lors de la digestion, contrairement aux triglycérides à chaîne longue, les TCM sont directement envoyés dans le foie. Ces graisses sont transformées en cétones, libérées dans le sang et peuvent alimenter le cerveau. Les cétones sont en réalité l’aliment préféré des patients d’Alzheimer dû au fait que les zones malades sont incapables d’absorber le glucose par une résistance ou un manque d’insuline. En ayant accès aux cétoacides, les cellules malades du cerveau restent en vie et continuent à fonctionner.

Conseils d’utilisation pour une cure de coco

Un traitement d’huile de coco ou TCM doit commencer par de faibles doses et des prises faites systématiquement durant le repas pour faciliter sa digestion. Il vous faudra plusieurs semaines avant d’atteindre la consommation recommandée de 4 cuillères à soupe par jour, soit 40 grammes de triglycérides à chaîne moyenne.

L’absorption est conseillée le matin pour des raisons de digestion, car il faut un minimum de trois heures pour que l’huile soit convertie en cétones et atteigne le cerveau.

Mary et Steve Newport lors d’une interview pour TheOnlyFredSmith

Causes et précautions

Bien que la recherche évolue, rien n’est encore prouvé concernant les causes d’Alzheimer. Il faut continuer à vivre en prenant ses précautions.

“Personne n’a encore prouvé que notre vie toxique était un facteur de développement, mais quelque part, tout le monde s’en doute. Tous ces produits qui n’existaient pas dans notre régime alimentaire il y a encore cent ans ont une influence sur notre santé. Je pense notamment aux additifs, aux conservateurs, aux pesticides. Tout ce phénomène est très récent et ce n’est peut-être que le début” nous avoue Mary Newport.

Traitements et complément alimentaire existants

Gardez en tête que le meilleur traitement contre Alzheimer reste la prévention. La résistance à l’insuline étant l’une des plus importantes causes de lésions cérébrales qui peut induire des dégénérescence prématurée, il faut éviter la surconsommation des aliments riches en hydrate de carbone et prendre certaines autres habitudes qui réduisent les risques : optimiser son taux de vitamine D en évitant les coups de soleil l’été et en sortant régulièrement dehors l’hiver, consommer régulièrement des omégas 3 d’origine animale, continuer à avoir une activité physique qui peut être aussi simple qu’une marche régulière, éviter le mercure et l’aluminium, stimuler sa réflexion par des activités mentales et une soif de toujours apprendre davantage.

Outre l’huile de noix de coco vierge et non hydrogénée qu’on trouve en magasin bio, d’autres traitements existent. Il existe un complément alimentaire CETOGEN à base de TCM issus de l’huile de noix de coco pour améliorer la mémoire et les fonctions cognitives. C’est un produit unique en Europe basé sur un concept nouveau pour les fonctions psychologiques et cognitives. Il est composé d’acides gras, extraits de l’huile de coco et de vitamine B12. Les acides gras triglycérides possèdent des propriétés intéressantes dans la prévention d’Alzheimer en plus d’être une source d’énergie rapidement disponible pour l’organisme, particulièrement pour le cerveau et le système nerveux. La vitamine B12, contribue au bon fonctionnement du système nerveux, au métabolisme énergétique normal et à des fonctions psychologiques normales.


Les explications qui précèdent sont tirées d’une interview du Dr Mary T. Newport par Mathieu Doutreligne pour Bio à la Une lors de sa venue en France le 20 mai 2015.

Grâce à la consommation d’huile de noix de coco enrichie, Steve a pu continuer à vivre plusieurs années après avoir été diagnostiqué d’Alzheimer en 2008.

Maladie d’Alzheimer – Et s’il existait un traitement ? est paru aux éditions Josette Lyon. Le livre présente l’histoire du sursis de Steve dans la spirale de la maladie d’Alzheimer, ainsi que des conseils pratiques, diététiques pour appliquer cette méthode révolutionnaire au jour le jour.

Qu’est ce qu’est la phytothérapie? Et l’herboristerie

Phytothérapie – un mot qui vient de grec « phytos » qui signifie plante et « therapeo » qui signifie soigner .


La phytothérapie désigne la médecine fondée sur les extraits de plantes et les principes actifs naturels. Ce mot vient du grec « phytos » qui signifie plante et « therapeuo » qui signifie soigner. C’est l’une des formes de traitement les plus anciennes qui continue à jouer un rôle important en Afrique et en Asie par l’usage de plantes médicinales[1].

Histoire et enjeux

Le premier texte connu sur la médecine par les plantes est gravé sur une tablette d’argile, rédigé par les Sumériens en caractères cunéiformes 3000 ans av. J.-C. ; ils utilisaient des plantes telles le myrte, le chanvre, le thym, le saule en décoctions filtrées.

Le Papyrus Ebers, du xvie siècle av. J.-C. est le premier recueil connu consacré aux plantes médicinales. De loin le plus volumineux de l’Égypte ancienne avec « 110 pages », il fait référence à de plus anciens documents citant des dizaines de plantes accompagné d’un mode d’utilisation[3].

Les Grecs et les Romains utilisaient également de nombreuses plantes. On en retrouve des références, entre autres, dans l’œuvre de Dioscoride (médecin grec du ier siècle), ou dans Histoire naturelle, ouvrage en 37 volumes de Pline l’Ancien qui dès l’Antiquité et jusqu’à la fin du Moyen Âge, a été copié de nombreuses fois[4].

En Europe, les plantes représentent l’essentiel de la pharmacopée jusqu’à la fin du xixe siècle et l’avènement de la chimie moderne. Encore largement utilisées après la Seconde Guerre mondiale, elles furent ensuite supplantées par les médicamentsde synthèse plus simples d’emploi. Par exemple, une étude de 2008 s’est attachée à étudier les résultats thérapeutiques de 63 plantes mentionnées comme ayant un pouvoir anti-rhumatismal dans des « herbiers » parus en Europe entre les xvie siècle et xviie siècle. En résultat, l’étude a fait apparaître l’efficacité in vivo ou in vitro de plus de la moitié d’entre eux, et a conclu à la nécessité d’exploiter de façon systématique les données contenues dans ces parutions[5]. De la même façon, les connaissances ancestrales des chamans et autres guérisseurs d’Amérique latine, d’Afrique ou d’Asie sont répertoriées en vue d’identifier les principes actifs des plantes médicinales. Ces recherches s’appuient sur des compétences développées par ces peuples, et, via le recours à des brevets, s’oppose à ce qu’ils en fassent un usage plus large, sans qu’ils en retirent une rémunération autre que symbolique. Ces pratiques sont dénoncées comme un pillage du capital génétique de ces pays ou populations, et donnent quelquefois lieu à des prises de conscience ou à des réactions comme dans le cas de la Bolivie[6]

En France, le diplôme d’herboriste a été supprimé en septembre 1941 par le gouvernement de Vichy. De 4 500 herboristes en 1941, ils sont désormais une dizaine tandis qu’en Allemagne ou en Italie, on compte plusieurs milliers d’herboristes.

Un herboriste est un professionnel qui, dans une officine, vend des plantes médicinales et des préparations à partir de plantes médicinales et ingrédients naturels utilisées comme médicaments. Il fabrique des produits à la demande ou commercialise ses préparations en tant qu’indépendant. Avec une connaissance approfondie dans divers domaines des thérapies naturelles, il peut agir comme consultant en santé et bien-être. Un herboriste pratique l’herboristerie (science pratique) mais étudie l’herbologie (science théorique). Le métier d’herboriste a été reconnu pour la première fois en France en janvier 1312[1]. La corporation d’herboristes a été reconnue au xve siècle. le diplôme ont été supprimés en 1941, pendant le régime de Vichy[2], et n’ont pas été rétablis depuis. Les derniers diplômes d’herboriste ont été délivrés le 11septembre1941. La dernière herboriste diplômée, Marie Roubieu, décède en 2018 [3].

3.1 Des remèdes concrets pour soulager et pour vous aider mieux vivre votre quotidien !
Qu’est-ce-que c’est un remède ? En quoi est-il different d’un médicament ?


Le remède : définition et son rôle pour notre santé 

DÉFINITIONS

  • Tout ce qui peut servir à prévenir ou à combattre une maladie.
  • Ce qui sert à prévenir ou à combattre une souffrance morale : Il n’y a pas de remède à un tel désespoir.
  • Moyen, mesure propre à diminuer un mal, un danger, à résoudre une difficulté : Y a-t-il un remède à l’inflation ?
EXPRESSIONS
  • Porter remède à quelque chose
  • Sans remède
  • Remède de bonne femme
  • Remède souverain
  • Irrémédiable

On appelle remède naturel une préparation élaborée à des fins médicinales à partir de produits naturels. Par définition, les remèdes de grand-mère s’opposent aux produits commercialisés de nos jours par leslaboratoires pharmaceutiques tels que les gélules, les comprimés et les granulés.

Ces préparations sont appelées ainsi, car elles étaient omniprésentes à l’époque de grands-mères avant l’arrivée massive des médicaments. Elles sont généralement confectionnées à partir de plantes entières, d’une association de plusieurs plantes ou d’une partie de la plante : racine, écorce, bois, tige, feuilles, fleurs, fruit, graines, suc, huile essentielle…

Quels sont les bienfaits et les indications des remèdes?

Les remèdes sont naturels, bon marché et faciles à préparer. Plusieurs ouvrages citent les plantes médicinales incluses dans les différentes pharmacopées nationales et internationales, leurs propriétés, leurs indications, leurs modes d’administration, leurs associations possibles, leurs contre-indications, leurs effets indésirables et leurs précautions d’usage.

Ce sont des traitements naturels abordables, car un grand nombre de plantes utilisées en phytothérapie poussent spontanément dans nos contrées. Par exemple, le citron et la menthe sont deux remèdes naturels aux nombreux bienfaits que l’on trouve dans tous les marchés. Par ailleurs, contrairement à certains médicaments, les remèdes de grand-mère ne sont pas toxiques ou très peu. Par conséquent, le risque d’effet indésirable est peu élevé. Ces effets sont généralement légers et surviennent surtout en cas de surdosage.
Les remèdes naturels peuvent être indiqués dans la prise en charge :


Le médicament : définition, comparaison avec le remède

Un médicament est toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l’égard des maladies humaines ou animales. Par extension, un médicament comprend toute substance ou composition pouvant être utilisée chez l’être humain ou l’animal ou pouvant leur être administrée, en vue d’établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologiqueimmunologique ou métabolique[1].

L’ensemble de la chaîne des médicaments (recherche, production, contrôle qualité, distribution en gros, délivrance aux patients, pharmacovigilance) est sous la responsabilité de spécialistes diplômés des médicaments, les pharmaciens[2].

On peut distinguer différents types de médicaments selon leur utilisation, leurs composants, leur mode d’enregistrement réglementaire, etc. :

Médicament ou remède? Remède a un sens plus étendu que médicament. Le remède comprend tout ce qui est employé pour la cure d’une maladie ; le médicament est toujours une matière simple ou composée que l’on administre soit intern soit extern. L’exercice peut être un remède, mais n’est jamais un médicament. Le sulfate de quinine est un remède ou un médicament.

Un bilan vitalité vous serra mise à la disposition ainsi que des remèdes pour une meilleure vie au quotidien dès l’article prochain! Partagez avec vos amis et envoyez-nous des commentaires et des messages avec vos questions.


Programme bonheur? Ça sonne très interessant pour quelqu’un qui depuis des mois souffre atrocement et a peu d’espoir qu’un jour elle pourra à nouveau marcher sans souffrir et que le douleurs ne vont pas encore lui gâcher toute la journée ! Alors un programme bonheur est intéressant mais est’il réalisable?

La vie est un cadeau mais la façon de le mettre en valeur nous appartiens. Chaque jour est un rappel de ce cadeau et une invitation de vivre notre bonheur!

Mon amie, L.D. est souffrante donc de Polyarthrose et diagnostiqué avec le syndrome de Fibromyalgie. L’arthrose est en plusieurs endroits non evolutive mais il y a aussi des zones ou elle est dégénérative. Donc les douleurs sont bien fortes et la fibromyalgie se fait présente par ses multiples manifestations. Comment faire pour vivre normalement et ne pas devenir une «esclave de la douleur »?

Programme bonheur sur mesure

Le programme bonheur doit être sur mesure et appliqué avec le courage d’affronter nos peurs, nos douleurs, nos découragements. Ainsi même si ne serra pas toujours facile d’avancer, nous pouvons rester fidèles a ce que nous voulons faire et rester dans le désir d’aller mieux.

Parlons pratique: comment faire?

Le jour ou nous sommes mis d’accord pour commencer ce programme nous savions que ne serra pas facile mais elle ne voulait plus rester au lit et se plaindre! Alors nous avons pris un papier et comme tête de programme nous avons écrit : La vie me sourit, je dois lui sourire!

Premier point de notre programme: changer l’alimentation

L’un des mes articles présentait de façon détaillée  qu’est-ce qu’est l’arthrose et comment peut-elle être vaincu par un assemble des méthodes, parmi elles un rôle important étant joué par l’alimentation! https://ferme-de-sainte-odile.com/la-douleur-ma-meilleure-ami-ou-vaincre-larthrose/

Donc choisir une alimentation adaptée et qui peut réduire les causes des douleurs et d’apparition du phénomène dégénérative est un des facteurs importants.

Deuxième point est le fait de faire de sport et d’avoir une vie active!

Nous savons tous que le secret d’articulations en bonne santé, c’est le mouvement. Plus les articulations bougent, plus le cartilage est lubrifié. Le mouvement fait pénétrer les nutriments du liquide synovial dans le tissu articulaire, maintenant ainsi son élasticité et sa souplesse. Les sports contribuant le mieux à la prévention de l’arthrose sont par exemple le vélo, la natation, l’aquagym, la danse classique et la marche sur terrain plat. Toutes ces activités ne surmènent pas les articulations. Bien sûr qu’il ne faut pas faire des travaux physique pénibles qui peuvent fatiguer les articulations mais rester les plus possible en mouvement c’est essentiel.

Les douches froides sont un anti-inflammatoire magique!

Qui n’a pas encore essayé serra bien de le faire et il n’aura pas de regrets. Il ne faut pas s’attarder dans l’eau froide mais pendre chaque matin une douche froide de 3 à 5 minutes est magique!https://www.lettre-beaute-au-naturel.com/bienfaits-douches-froides/#hS6z55kVJbwvmD22.14

Méditer, prier et remercier

Voilà un point très important dans notre programme bonheur! Méditer, prier et remercier est devenu pour moi le remède principal pour bien démarrer mais aussi pour bien terminer une journée. Donc on peut faire des séances de 15 à 30 minutes et meme d’une heure, chaque matin et chaque soir en fonction bien sur de temps que nous avons mais au moins 15 minute matin et soir c’est indispensable!

Quel traitement?

Traitement – un mot associé à l’espoir! Un mot que tous ceux qui soufrent d’une maladie quelque conque le prononce devant leur médecin En ayant la foi que des medicaments en prise rapide peuvent nous donner la santé perdue! Donc des médicaments existe pour l’arthrose et aussi pour la fibromyalgie mais arrive-t-ils guérir? Le médecin, un amis et reconnu rhumatologue lui a donné des antalgiques pour les douleurs arthrosiques et un antidépresseur qui peut soulager les douleurs des syndrome fibromyalgique. Lui a conseillé aussi les méthodes de la médecine douce et il lui a laissé la liberté d’une automédication en naturopathie.

Un programme sur mesure pour L.D.

Le matin elle se reveille à 4h30 et commence sa journée par son moment de meditation, prière et remerciement terminé par une lecture courte. Après une seance de sport- de tai chi chuan ou de la marche sur le tapis de course en alternance, elle prends une douche froide avant de passer à la cuisine pour se préparer un petit déjeuner riche en graine et un bon café noir!

Dans la journée elle accomplis ses taches habituelles. Elle habite à la campagne, donc son travail est dans la nature et aussi l’administration d’une petite ferme qui fait de l’accueil.

Après le déjeuner composé des légumes et graines-tout cru- elle prends son temps pour se reposer avant de commencer la deuxième partie de la journée. Elle favorise les fruits pour les deux moment de goûter à 10H30 et celui de 17h00. Le travail s’enchaîne jusqu’au soir quand après un moment de meditation et de prière elle sers un dîner léger toujours composé des legumes crus. Les protéines animales elle le consume très modérément, plutôt dans les week-ends. Les protéines végétales sont à l’honeur.

Le soir après une lecture qui l’inspire et une seance d’exercices de posture et rééducation musculaire elle s’endorme tranquillement vers 9h30 après avoir prise son cachet d’antalgique. Son sommeil doit être de 6 à 8 heure mais n’est pas toujours les cas.

Donc maintenant qu’on a vu son programme il faut savoir que c’est un programme qu’elle essaie de le tenir le plus rigoureusement possible malgré la fatigue et les douleurs. Les jours sont pas toujours les memes et elle arrive difficilement de s’en sortir quand depuis tôt le matin son corps lui joue des mauvaises surprises . Mais le désespoir n’est plus son ennemi et elle sait que après la pluie il y a le soleil qui brille. Elle prends son mal en patience et fait tout ce qui tient d’elle pour y arriver à vivre la vie qu’elle aime.

La Phytothérapie ou les plantes antalgiques

Du côté des traitements doux de l’arthrose, il existe quelques produits qui ont fait l’objet d’études dans le domaine de la thérapie par les plantes (phytothérapie) . Les remèdes antalgiques à base de saule blanc, gaulthérie; millepertuis, lavande ou de griffe du diable sont particulièrement appréciées. Utilisés régulièrement, ces préparations peuvent atténuer les douleurs. On pourra utiliser en application locale aussi des pommades et des gels à base d’arnica ou de consoude. Ces préparations sont généralement très bien tolérées et peuvent être associées aux médicaments de la médecine traditionnelle.       

Ce que je propose à mon amie et à tous ceux qui veulent completer leur traitement donné par la médecine conventionnelle en plus de programme bonheur est un traitement ayant à la base la phytothérapie, des seances de massage avec des baumes et huiles fabriqués par moi-même et des seance de PNL qui peuvent très utiles.

Troisième partie de notre série « la douleur-mon allié santé » serra une presentation concretes des remedes que nous pouvons vous presenter.

Un petit rappel de notre troisième partie:

L’herboristerie à votre service ou comment la nature vint-elle à l’aide pour traiter des causes et des symptômes:

3.1 Des remèdes concrets pour soulager et pour vous aider mieux vivre votre quotidien !
Qu’est-ce-que c’est un remède ? En quoi est-il different d’un médicament ?
3.1.1 Le remède : définition et son rôle pour notre santé 
3.1.2 Le médicament : définition, comparaison avec le remède et son importance pour la santé humaine. 3.2 Le remède, conseils et interprétation 
3.2.1 Parlons concrètement : bilan de vitalité  
3.2.2 Des remèdes pour vos douleurs
3.3 Petite catalogue, à vous de choisir

Dans les prochains articles nous allons donc détailler cette troisième partie en essayant de suivre le plan pour mieux comprendre et appliquer les remèdes que la nature nous offre.

Donc je vous invite lire le prochain article :

« La phytothérapie comme art de vivre »

Test d’auto-évaluation de la douleur

Indiquez sur ce schéma avec un Y les zones de douleur et ajoutez un X dans les endroits où vous ressentez la douleur la plus intense.

Décrivez brièvement votre douleur. Depuis quand ressentez-vous cette douleur? …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Donnez de 1 à 10 le chiffre qui décrit le mieux la douleur la plus intense que vous ayez ressentie dans les 24 dernières heures

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

1 pour pas de douleur jusqu’au 10 pour la douleur la plus intense que vous puissiez vous imaginer

Donnez de 1 à 10 le chiffre qui décrit le mieux la douleur la plus faible que vous ayez ressentie dans les 24 dernières heures

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

1 pour pas de douleur jusqu’au 10 pour la douleur la plus intense que vous puissiez vous imaginer

Donnez de 1 à 10 le chiffre qui décrit le mieux votre douleur en general

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

De 1 pas de douleur jusqu’au 10 pour la douleur la plus intense que vous puissiez vous imaginer

Donnez de 1 à 10 le chiffre qui décrit le mieux votre douleur en ce moment

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

De 1 pas de douleur jusqu’au 10 pour la douleur la plus intense que vous puissiez vous imaginer

Quel traitements suivez-vous ou quels médicaments prenez-vous contre la douleur? ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

La semaine dernière, quel soulagement les traitements ou les médicaments que vous prenez vous ont-ils apporté? Pouvez-vous indiquer le pourcentage d’amélioration obtenue?

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

Donnez de 1 à 10 le chiffre qui décrit le mieux comment la semaine dernière la douleur a gêné votre

A. Activité générale

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

De 1 si ne gêne pas jusqu’au 10 si gêne complètement

B.Humeur

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

De 1 si ne gêne pas jusqu’au 10 si gêne complètement

C.Capacité à marcher

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

De 1 si ne gêne pas jusqu’au 10 si gêne complètement

D. Travail habituel ( y compris à l’extérieur de la maison et les travaux domestiques).

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

De 1 si ne gêne pas jusqu’au 10 si gêne complètement

E. Relation avec les autres

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

De 1 si ne gêne pas jusqu’au 10 si gêne complètement

F. Sommeil.

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

De 1 si ne gêne pas jusqu’au 10 si gêne complètement

G. Goût de vivre

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

De 1 si ne gêne pas jusqu’au 10 si gêne complètement

Avez-vous essayé la médecine alternative?

Oui ? Non?

Si oui laquelle parmi

  • A. les thérapies biologiques, dans lesquelles on retrouve phytothérapie et aromathérapie
  • B. les thérapies manuelles, représentées majoritairement par l’ostéopathie et la chiropraxie
  • C. les approches « corps-esprit », dont l’hypnose, la méditation et la sophrologie sont les grandes pratiques
  • D. les systèmes complets, qui reposent sur des fondements théoriques et pratiques comme l’acupuncture et l’homéopathie.

Pouvez-vous indiquer le pourcentage d’amélioration obtenue?

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%



Nous voila arrive à parler concrètement comment la douleur nous veut du bien!

Qu’est-ce que c’est la douleur ?

La douleur est une sensation pénible ressentie en un point du corps. Bien que désagréable, elle est cependant importante à la survie de l’organisme, en l’avertissant d’un danger. Certaines personnes souffrent d’une maladie génétique qui réduit ou supprime la douleur : le syndrome d’insensibilité à la douleur.

Une douleur peut être :

  • aiguë : par exemple une main posée sur une plaque de cuisson, une coupure à un doigt, mais aussi une douleur postopératoire. C’est une douleur de courte durée ;
  • chronique : c’est le cas de la migraine, de la fibromyalgie, des douleurs articulaires (arthroselombalgie…), musculo-squelettiques ou neuropathiques. Ces douleurs qui se répètent et durent sur une période de plus de trois mois peuvent favoriser une surconsommation de médicaments en cas d’inefficacité.

Comprendre la douleur

Selon la définition officielle de l’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP), « la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou décrite dans ces termes ».

La douleur reposant donc avant tout sur le ressenti du patient, cela la rend difficile à quantifier et à qualifier. De plus, elle n’est pas systématiquement liée à une lésion, une caractéristique qui complexifie encore son étude.

De la main au cerveau, le parcours de l’information douloureuse

Il est néanmoins possible de décrire le parcours de l’information douloureuse dans l’organisme, avec l’exemple de la douleur aiguë provoquée par une main posée par inadvertance sur une plaque brûlante : la brûlure va stimuler des terminaisons nerveuses, localisées au niveau de la peau dans ce cas, mais que l’on retrouve dans d’autres tissus (muscles, articulations, viscères…). De là, l’information va se propager le long des nerfs nocicepteurs pour être transmise à la moelle épinière, puis au cerveau. Ce n’est qu’une fois arrivé au cerveau que le signal est identifié comme une douleur, et que nous avons mal. Cependant, avant même ce décryptage du signal douloureux, la main a été dégagée de la source de chaleur grâce à un arc réflexe situé au sein de la moelle épinière. C’est également à ce niveau qu’interviennent les premiers systèmes de modulation de la douleur. Impliquant le neurotransmetteur GABA ou les endomorphines, ils diminuent la douleur ressentie. Malheureusement, dans certaines conditions, d’autres systèmes endogènes peuvent au contraire exacerber l’information douloureuse.

La douleur aiguë joue donc un rôle d’alarme qui va permettre à l’organisme de réagir et de se protéger face à un stimulus mécanique, chimique ou thermique. Mais quand la douleur est chronique, ce mécanisme d’alarme n’est plus justifié : la douleur devient dans ce cas une maladie à part entière.


Différentes formes, différentes types de douleurs peuvent en outre être distinguées selon les mécanismes physiologiques en jeu :

  • les douleurs inflammatoires,qui recouvrent toutes les douleurs associées aux phénomènes d’inflammation (il s’agit souvent de douleurs articulaires),
  • les douleurs neuropathiques, associées à des atteintes du système nerveux central et périphérique (lésion de la moelle épinière, du nerf sciatique…),
  • les douleurs mixtes, qui associent une composante inflammatoire et une composante neuropathique, comme dans les lombo-sciatiques. Ces douleurs sont souvent rencontrées dans le cadre de cancers ou après une chirurgie.

Dans certains cas, comme la fibromyalgie, les troubles fonctionnels intestinaux, aucune lésion (inflammatoire ou neurologique) ne peut être identifiée : les mécanismes de ces douleurs sont encore mal connus. Le terme de douleurs dysfonctionnelles a été proposé pour les nommer, car ces douleurs pourraient être liées à des dysfonctions des systèmes endogènes de modulation de la douleur.

La douleur et son contexte

La douleur est subjective : elle peut être ressentie de façon extrêmement différente selon les individus, mais aussi chez une même personne, selon son environnement. Ces variations s’expliquent par le lien étroit entre la douleur et le contexte psycho-social. L’imagerie cérébrale a permis de montrer que les centres cérébraux responsables de la perception de la douleur sont étroitement liés aux centres des émotions. Ce lien a également été mis en évidence par des études montrant qu’un individu dont l’attention est sollicitée ressentira moins la douleur qu’un individu focalisé sur l’événement douloureux.

La mesure de la douleur

Bien que la douleur soit subjective puisqu’elle repose sur un ressenti personnel, il existe des outils pour la caractériser et l’évaluer. Des questionnaires et des échelles de douleur permettent d’en décrire les symptômes, d’en mesurer l’intensité et l’impact sur la qualité de vie. Pour les adultes, l’échelle la plus utilisée est l’échelle numérique, graduée de 0 pour une absence de douleur, à 10 pour la douleur maximale imaginable. Pour les enfants, les médecins utilisent souvent une échelle avec des visages. Concernant les douleurs neuropathiques, deux échelles – développées en France mais utilisées à l’international – permettent respectivement de diagnostiquer ce type de douleurs (DN4) et d’évaluer leur intensité (NPSI).
Ces outils aident les équipes médicales à adapter le traitement.

Les enjeux de la recherche

La recherche sur la douleur est très active. En France, le Réseau Inserm de recherches sur la douleur regroupe une trentaine d’équipes autour de thématiques de recherche tant fondamentales que cliniques.

Mieux comprendre

De grandes avancées dans la compréhension de la douleur ont été accomplies ces dernières années, en particulier concernant les mécanismes en jeu dans la douleur chronique.

Ainsi, il a été montré que la douleur n’est pas uniquement neuronale: les cellules gliales du système nerveux central et certaines cellules immunitaires sont aussi impliquées dans l’apparition des douleurs, en particulier dans celle des douleurs neuropathiques. Si certaines fonctions gliales sont altérées, ces cellules sécrètent des substances (glio-transmetteurs) qui stimulent les neurones sensoriels et exacerbent la douleur.

La découverte du phénomène de sensibilisation périphérique et centrale a par ailleurs permis de comprendre qu’après une intervention chirurgicale ou une lésion nerveuse, il existe une hypersensibilité à la douleur, qui persiste parfois durablement. Cela explique en partie pourquoi des événements douloureux postérieurs peuvent être ressentis de façon exacerbée chez certains patients.

Voir la douleur

Les techniques d’imagerie cérébrale, et notamment l’IRM fonctionnelle (IRM-f), ont indéniablement permis à la recherche sur la douleur de franchir une étape importante. Grâce à elles, la douleur peut être identifiée, visualisée, voire quantifiée au niveau cérébral. Elles permettent en particulier de traduire en images les liens étroits entre douleur et émotion.

l’IRM fonctionnelle (IRM-f) permet de traduire en images les liens étroits entre douleur et émotion.

Ainsi nous arrivons discuter quel est le rôle de l’émotion dans le ressenti de la douleur! A quelle intensité l’émotion peut contrôleur de la douleur où même encore un déclencheur de la douleur?

Un exemple simple: vous ressentez une douleur vive suite à un accidents domestique. L’impression immédiate est que l’accident aura une conséquence négative et qu’il vous restera des traces. La panique vient jouer son rôle et la douleur augments de plusieurs degrés instantanément. Est-ce cette intensité réelle ou c’est la panique= émotion qui vous fait la ressentir plus fort?


Possibles causes de la douleur

Les causes peuvent être multiples et bien présentes. Nous avons vu dans l’article précédent la cause principale. https://ferme-de-sainte-odile.com/quand-lhomme-a-compris-quil-est-malheureux-et-que-sa-vie-nest-pas-celle-pour-laquelle-il-a-ete-cree-comment-a-t-il-compris-et-comment-a-t-il-reagit/

Nous allons voir les different causes qui lui découlent.

  1. Traumatisme : –*physiques: accident, brulures, blessures, chute et ainsi de suite *psychologiques : la perte d’un être cher, un changement de situation sociale, une séparation douloureuse ou une autre cause de grand chagrin
  2. Causes biologiques: agents pathogènes, facteurs génétiques, des éléments toxiques et d’autres encore qui peuvent provoquer des maladies facile ou très difficile à guérir.

Pourquoi la douleur nous est utile?

La douleur est le cris à l’aide de notre corps, est le signal d’alarme qui nous annonce que nous n’allons pas bien, que nous sommes dans une grande souffrance même si nous ne savons pas. Même si tout est encore enfuit et que nous ne sentons aucune maladie installée, la douleur devient un alliée de notre santé ! L’intensité de la douleur peut être controlé par des antalgiques, par des méthodes de la médecine douce, mais aussi par le contrôle de notre état émotionnel. La douleur devient notre amie si nous ne la rejetons pas, si nous acceptons qu’elle fait partie de notre vie pour nous guider dans les actions a faire pour qu’on aille mieux.

La douleur est un alliée, une amie, faisons lui confiance et acceptons-la!

A partir de l’article prochain je viendrai avec des solutions, qui ne font pas de miracles mais qui peuvent vous aider mieux vivre dans le quotidien. Et le plus important je vous dirai pourquoi je suis convaincue qu’elles pourront vous aider, mon histoire peut devenir la votre. Lisez l’article de dimanche prochain ou mieux même écoutez-le en podcast!




A-t-il été crée l’homme pour souffrir? Le but de notre existence est-il celui d’être malheureux ? Vous le savez comme moi-même que la réponse est non! L’homme a été crée pour vivre une vie de bonheur et il a été crée pour vivre éternellement.

Quand l’homme a compris qu’il est malheureux et que sa vie n’est pas celle pour laquelle il a été crée ?

Alors qu’est ce que s’est passé ? Pour quoi l’homme ne peut pas accomplir le projet de son création? Pourquoi le bonheur n’est plus une actualité quotidienne? Et comment et quand a-t-il compris qu’il est malheureux ? Comment a-t-il fait la différence entre bonheur et malheur? Quels ont-été ses repères pour comprendre ? Ouvrons donc une petite fenêtre pour mieux comprendre quel a été le moment de l’apparition de la souffrance , de la douleur dans la vie humaine.

Bonheur ou malheur?

Au moment de la création l’homme ne connaissait pas la souffrance, mais il ne savait pas non plus que ce qu’il vit c’est le bonheur. Il vivait une réalité qui lui était donné. Il se réjouissait de ce qu’il avait, il était content de sa vie, de sa normalité. Il ne pouvait pas comparer sa vie avec aucune d’autre, il ne savait pas se plaindre. Comment a été brisé ce paradis ? Pourquoi le bonheur a pu être comparé avec une nouvelle réalité ? Et quand l’homme a pu connaître cette nouvelle réalité?

Un paradis brisé ou le désir d’un inconnu?

La nature humaine est dotée des plusieurs vertus, et la curiosité peut être une d’entre elles. Mais quand la curiosité vient d’un désir de connaître un mal qui tu sais qu’il peut te détruire , manifesterons-nous toujours notre curiosité?

Nous connaissons l’histoire de la création et de la chute de l’homme au paradis. Qu’est ce que s’est vraiment passé? Nous passons le sujet de la création en le laissant pour un autre article, mais on va parler en passage de la chute de l’homme. Et pourquoi donc? Parce que lié à la chute est l’apprentissage que la souffrance est arrivé dans un monde baignée de bonheur!

La chute de l’homme au paradis

Qu’est ce que la chute? Et pourquoi on l’appelle la chute?

  • Action de tomber, de perdre l’équilibre, d’être entraîné vers le sol : faire une chute.
  • Action de se détacher de son support naturel : chute des feuilles. 
  • Échec, insuccès d’une œuvre.

Si nous prenons ces 3 lignes de la definition qui nous offre le Larousse, nous voyons que la chute c’est une réalité qui peut être aussi une normalité « chute des feuilles » dans l’automne. Mais une action de tomber à cause d’une perte d’équilibre c’est une anormalité . Comme anormal peut sembler avoir un échec. La chute de l’homme a été une normalité ou plutôt une anormalité? Je le prends comme un échec . Un échec de son propre accomplissement, une negation de la réalité parfaite dans laquelle il vivait pour désirer une autre proposé mais sur laquelle il ne savait rien. Pourquoi l’avait-il choisi? Une curiosité, le désir d’un inconnu?

Comment a-t-il compris et comment a-t-il réagit ?

L’homme est ce qu’il pense sans aucun doute ! Mais la question est comment peut-il avoir le discernement sur ce qu’il pense ? Est-il toujours maître de ses pensées ?
Il y a une chute de l’homme ! Surement on se pose la question qu’est ce que cette chute ? Je crois fermement que c’est un échec de l’accomplissement de soi même, une négation de projet de bonheur qui lui a été confié ! Et pourquoi aurait-il refusé ?


Et surtout quand a-t-il compris sa chute ?

Quand il a connu la douleur! Ainsi les mots souffrir, souffrance ont bien entrés dans son vocabulaire. A partir de ce moment la douleur de l’abandon, la douleur causée par son immense tristesse lui a fait connaître ce que veut dire avoir ou non le bonheur. Maintenant il savait faire une différence, il avait appris avoir de regrets. Son immense douleur ne pouvait pas être guéri et le psychosomatique a joué son rôle, les douleurs physique sont vite apparus.

Comment a-t-il réagit ?

Imaginez-vous dans une chambre, vivre entouré des personnes ou des choses que vous aimez beaucoup quand, soudainement, vous êtes arraché à tout ça pour être transférer dans un endroit qui ne vous offre aucun confort et qui est même hostile! Pourriez-vous continuer d’être heureux? Vous vous sentiriez blessé, mal dans votre coeur et déchiré par des ressentis différents. Au début vous pleurez, après vous hurlez et fatigués finalement vous essaierez de trouver des solutions. C’est dans notre nature et la plupart d’entre nous réagissons comme ça.

Et l’homme a toujours su puiser dans sa force intérieure pour trouver de remèdes tout au longue de l’histoire de l’humanité. Ainsi se développé dès la nuit de temps, une médecine appelé aujourd’hui médecine douce avec des méthode de guérison et des soins avec ce que la nature lui a toujours offert avec générosité.

L’homme a pris ainsi la douleur comme repère pour comprendre qu’il ne va pas bien! C’est la douleur qui lui a appris de trouver des moyens pour retrouver son bonheur.

« La douleur nous veut de bien -définition, types et causes de douleurs, » voila le sujet de l’article prochain que nous vous invitons lire pour mieux vous aider dans votre quotidien!

http://

Tu est à genoux?

La vie est difficile? A ce point que rien ne marche plus? A ce point que rester à genoux et se plaindre c’est la seule chose que vous pouvez encore faire? Je vous dirai un petit secret: c’est parfait!

Non, je ne me moque de personne et je sais que votre souffrance est atroce et que vous vous sentez mourir à chaque instant! C’est le moment de dire : Bien, je dois mourir à moi même!

Et la vérité est que maintenant vous êtes vraiment prêt a voir votre souffrance en face et de vous dire: non! Non, je ne veux pas souffrir et je dois changer ça vite, urgent!

Le plus important c’est qu’à ce moment là votre vision de vie changera et les solutions se montreront à vous!

Donc je ne me moque pas de vous. Au contraire je vous montrerai comment comprendre votre souffrance et pourquoi la douleur n’est qu’un résultat de nos choix, un résultat qui peut être transformé dans un avantage !

Certainement je ne parle pas de maladies ou les antidouleurs même ne font plus d’effet mais des douleurs qu’une fois découverte leur causes peuvent être soulagées!

N’hésitez pas a vous abonnez à notre site et à partir de 14 septembre vous recevez les articles directement chez vous!

Surtout ne restez pas à genoux que pour faire des prières de remerciement mais ne restez pas à genoux écrasés par la souffrance!

Vivez votre vie avec courage! Rendez-vous dimanche prochain!

N’oubliez pas de nous poser des questions et de nous dire si vous avez des sujets que vous aimeriez qu’on parle plus autour de la thème : la douleur -notre allié santé!

http://

Arthrose ou Arthrite ?

Arthrose ou Arthrite ?

Definition

L’ arthrose est la forme la plus fréquente d’arthrite. Il s’agit d’une arthrite dégénérative caractérisée par la destruction par usure du cartilage qui recouvre et protège les os de l’articulation et l’apparition de petites excroissances osseuses.

Les termes arthrite et rhumatisme désignent plus d’une centaine d’affections, de natures et de causes différentes, caractérisées par des douleurs aux articulations.

Elle touche surtout les articulations qui soutiennent une grande partie du poids corporel, comme celles des hanches, des genoux, des pieds et de la colonne vertébrale. L’arthrose a tendance à faire mal quand on marche, court, fait des efforts dans la journée.

Pas facile de différencier l’arthrose de l’arthrite. Et pour cause : ces deux pathologies appartiennent à la famille des rhumatismes, elles concernent toutes deux les articulations et entraînent également des douleurs parfois invalidantes. Pourtant, elles sont bel et bien différentes : l’arthrose est une pathologie dite « mécanique » alors que l’arthrite est une inflammation articulaire. Les signes physiques et biologiques, les causes et les traitements de ces deux pathologies sont donc très différents.

L’arthrose, qui touche 17 % de la population en France, est en effet une maladie chronique qui, une fois enclenchée, poursuit inexorablement son évolution et dont le traitement reste aujourd’hui symptomatique.

 L’arthrite regroupe un ensemble de maladies inflammatoires plus rares – la plus fréquente touche 0,4 % de la population -, plus intenses et plus graves puisqu’elles peuvent être mortelles et qui touchent des patients plus jeunes. Elle a bénéficié, au cours des dix dernières années de progrès thérapeutiques significatifs qui permettent de ralentir et même de prévenir son évolution et de sauver des vies.

 Ces deux rhumatismes n’ont pas la même évolution, donc pas les mêmes traitements.

Arthrose ou arthrite ? Maladie chronique ou maladie aiguë? Quel diagnostic est-il préférable de s’entendre poser face à des douleurs articulaires? Les Anglo-Saxons, qui englobent les deux termes avec arthritis, ne font pas cette distinction, pourtant significative à la fois sur le plan clinique et en termes de santé publique. Ils comptabilisent 25 % de personnes atteintes de douleurs articulaires, dont au final deux tiers sont atteintes d’ostéo – arthrite – l’arthrose – que certains considèrent comme inévitable puisqu’elle est liée au vieillissement des cellules du cartilage.

On reume sur les différences entre l’arthrose et l’arthrite :

L’arthrose et l’arthrite font toutes deux partie de la grande famille des rhumatismes, mais ce sont deux maladies bien différentes. L’arthrose est une altération du cartilage due à un dérèglement de l’activité des cellules du cartilage, les chondrocytes. En réponse à la destruction du cartilage, on observe parfois des « becs de perroquets » ou « ostéophytes », qui sont formés par l’os. L’arthrite, quant à elle, est un rhumatisme inflammatoire. L’inflammation touche la membrane synoviale.

L’arthrite peut avoir comme causes des infections touchant l’articulation peuvent conduire à une arthrite. Si un microbe pénètre dans l’articulation, il peut conduire à son inflammation. Ensuite, il est possible que l’articulation contienne des cristaux dans sa cavité ; et cela conduit à une irritation locale, puis une inflammation. C’est le cas pour la goutte et la chondrocalcinose articulaire. Enfin, des désordres immunitaires peuvent conduire à des rhumatismes inflammatoires ; c’est le cas de la polyarthrite rhumatoïde.

En détails :

Arthrose

L’arthrose est une maladie du cartilage, le tissu lisse et nacré qui recouvre l’os au niveau des articulations.

Le cartilage joue un rôle d’amortisseur : il réduit les frictions sur les os et répartit de façon uniforme le poids sur l’articulation.

Dans une articulation normale, le cartilage est perpétuellement détruit et renouvelé.
Mais en cas d’arthrose, un déséquilibre se crée, causant une usure très lente du cartilage, qui s’amincit, devient plus fragile et se fissure (on parle de chondropathie).

Le cartilage a alors plus de mal à amortir les pressions subies par l’articulation lors des mouvements. L’os situé à ce niveau réagit en s’épaississant : il en résulte des excroissances osseuses appelées ostéophytes ou becs de perroquet, qui apparaissent près des articulations, notamment sur les doigts.

L’arthrose peut aussi entraîner une production excessive de liquide synovial à l’intérieur de la capsule qui protège l’articulation. Cet épanchement se manifeste par un gonflement de l’articulation, caractéristique des poussées d’arthrose.

Quelles sont les causes de l’arthrose ?

L’arthrose touche quelque 10 millions de personnes en France. Le risque de souffrir d’arthrose augmente avec l’âge car le cartilage se fragilise avec le temps. Mais l’arthrose est bien une pathologie et non une conséquence inévitable du vieillissement. On ne connaît pas encore les causes exactes de l’arthrose, mais certains facteurs de risques sont identifiés. Les anomalies anatomiques, les traumatismes liés à une grande pratique sportive et la surcharge pondérale (obésité et surpoids) peuvent être à l’origine de l’arthrose

On distingue deux types d’arthrose : 

  • L’arthrose primitive est un une maladie du cartilage sans cause apparente. Elle se manifeste après 50 ans et touche davantage les femmes. L’arthrose aux mains et aux genoux peut résulter d’une prédisposition génétique. (Des articles sur l’arthrose du genou)
  • L’arthrose secondaire est causée par des mauvaises conditions mécaniques qui favorisent la dégradation du cartilage : des petits traumatismes répétés (travail avec un marteau-piqueur, pratique sportive très intense), des gestes répétitifs dans un cadre professionnel (couturière, pianiste), un traumatisme important comme une entorse sévère (en particulier une entorse du ligament croisé du genou) ou une fracture, l’ablation du ménisque, ou encore des anomalies squelettiques (genoux en X ou au contraire très écartés, une luxation congénitale de la hanche).(la gonarthrose)

Certaines maladies peuvent favoriser l’arthrose : diabèteobésité, maladie de Wilson, chondrocalcinose, goutte, hémocrhomatose.

Certains facteurs de risque peuvent être évités : le surpoids (favorise l’arthrose des genoux), le tabagisme, les mauvaises postures, l’absence d’activité physique régulière.

Les principaux symptômes de l’arthrose sont la douleur et la raideur.

La douleur est le plus souvent mécanique, c’est-à-dire qu’elle augmente avec l’effort physique et disparaît au repos, sauf en cas de poussée inflammatoire.
Elle peut se manifester le matin au lever, on parle alors de douleur de dérouillage. Quand elle apparaît plus tard dans la journée, on parle de douleur de fatigue.

L’arthrose entraîne progressivement une gêne à réaliser certains mouvements, elle peut toucher toutes les articulations.
Ses localisations les plus fréquentes sont la colonne vertébrale (cervicales et lombaires), le genou, la cheville, les mains, la hanche et les épaules. Les arthroses du genou et de la hanche ne sont pas les plus fréquentes, mais elles sont plus invalidantes au quotidien.

Un gonflement peut aussi apparaître au niveau de l’articulation, avec une augmentation de la douleur. Ce phénomène est lié à la production de liquide synovial en réaction à la lésion du cartilage. La production de liquide synovial, qui sert de lubrifiant, s’amoindrit. Lors du mouvement, les os constituant l’articulation se frottent l’un à l’autre sans la protection du cartilage. Sa fréquence augmente avec l’âge  et certains facteurs la favorisent : le surpoids, un traumatisme, une anomalie anatomique.

Enfin des déformations articulaires (aux mains, aux genoux) peuvent apparaître après une répétition de poussées douloureuses ou progressivement sans douleur particulière. La déformation de l’articulation est dite « froide », car elle ne s’accompagne d’aucun signe d’inflammation locale et ne se voit pas.

Le diagnostic

La majorité du temps, un bilan radiographique suffit au diagnostic. Le cartilage n’apparaît pas sur la radiographie, mais le médecin cherchera trois autres signes propres à la maladie : un pincement articulaire (espace réduit entre les os), une condensation de l’os qui apparaît alors plus blanc sur le cliché, et la présence d’excroissances osseuses(ostéophytes ou bec de perroquet) autour de l’articulation.

A noter : il n’y a pas forcément de relation entre l’importance des lésions observées sur les clichés et l’intensité de la douleur ressentie par le patient. Une personne peut souffrir beaucoup malgré des lésions assez légères, ou inversement.

Comment ça se soigne ?

Le traitement vise principalement à réduire le facteur de risque, avec par exemple un régime diététique dans le cas d’une obésité, ou une chirurgie préventive dans le cas d’une anomalie anatomique. Cependant, une fois installée, l’arthrose nécessite un traitement plus lourd, avec une prise d’antalgiques, d’anti-inflammatoires et d’anti-arthrosiques. Pour retarder la pose d’une prothèse et soulager le patient, des infiltrations d’acide hyaluronique peuvent également être prescrites pour consolider le cartilage. Et si le sport intense est à proscrire, la pratique d’une activité physique modérée demeure importante pour éviter une prise de poids qui pèse sur l’articulation et qui accélère le phénomène d’arthrose.

La douleur se traite par la prise de médicaments antalgiques ou anti-inflammatoires:

  • Par des médicaments antalgiques (type paracétamol). Ils ont l’avantage de pouvoir être pris à long terme.
  • Et/ou la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). La durée de la cure doit être aussi courte que possible. Des anti-inflammatoires locaux, en pommade, gel ou patch, peuvent être également prescrits, notamment pour les petites articulations.
  • Et/ou des injections intra-articulaires de corticoïdes ou d’acide hyaluronique.

On peut aussi recourir à des mesures non médicamenteuses : appliquer du chaud ou du froidéviter de surmener l’articulation douloureuse en utilisant une canne, des béquilles ou des orthèses nocturnes (les conseils d’un ergothérapeute peuvent aider), perdre du poids si l’on est en surpoids.

La kinésithérapie et une activité physique régulière et adaptée visent à maintenir la force des muscles et renforcer les tendons, et ainsi prévenir l’aggravation des lésions.

La chirurgie n’est utilisée que dans 10 % des cas, surtout dans certaines localisations (hanche, genou) lorsque la gêne est trop importante

Quelle évolution ?

L’évolution de l’arthrose varie d’un patient à l’autre. Elle peut se dérouler très lentement sur plusieurs dizaines d’années, ou très rapidement (le cartilage peut ainsi disparaître en 2 ans).

La surveillance des lésions par radiographie permet d’évaluer la perte cartilagineuse, notamment après une crise douloureuse d’arthrose.

La manière la plus efficace de prévenir la perte du cartilage est de repérer très vite la crise d’arthrose pour la traiter rapidement.

Peut-on faire du sport ?

Il est recommandé de continuer à pratiquer une activité physique et/ou sportive.
Mais lorsque l’arthrose est déjà importante, mieux vaut choisir les sports qui sollicitent le moins les articulations arthrosiques (cyclisme, natation, gymnastique au sol et marche). Les sports qui imposent des changements d’appui brutaux et des réceptions violentes (tennis, basket, football) sont à éviter.

Certains étirements doux peuvent être réalisés à la maison pour entretenir la souplesse de l’articulation.

Dans tous les cas, il est recommandé de consulter son médecin avant de commencer.

Arthrite

L‘arthrite se caractérise par un niveau d’inflammation très élevé qui concerne la membrane synoviale, le cartilage étant parfois endommagé par «contact» avec cette inflammation. Dans les formes auto-immunes, d’origine génétique, l’évolution est souvent rapide, sur quelques années, et remet rapidement et parfois radicalement en question la qualité de vie du patient. Les traitements s’attaquent de manière plus ou moins ciblée à cette inflammation systémique d’origine immunologique et peuvent conduire, désormais, à une rémission complète.

L’ARTHRITE : UNE INFLAMMATION DE L’ARTICULATION

L’arthrite est une inflammation de l’articulation, une inflammation de la membrane qui entoure l’articulation qui entraîne la sécrétion de quinines, des substances qui détruisent petit à petit l’articulation. Elle occasionne des douleurs surtout au repos (notamment la nuit), et qui peuvent diminuer lors d’une activité physique ou d’un « dérouillage » matinal. Elle concerne principalement les articulations des mains et des pieds.

L’arthrite c’est un terme général qui regroupe de nombreuses pathologies : polyarthrite rhumatoïdespondylarthrite ankylosante, goutte, chondrocalcinose,… Elles font courir le risque d’une atteinte d’autres organes (peau, cœur, poumons, tube digestif…). Les causes sont infectieuses (germes), auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde), métaboliques (comme la goutte avec des dépôts d’acide urique).

La déformation de l’articulation est dite « chaude », car elle s’accompagne de signes physiques comme des rougeurs ou un échauffement local.

Comment ça se soigne ?

Le traitement de l’arthrite vise à cibler la cause du mal. Des antibiotiques sont donc prescrits dans le cas d’une arthrite de nature infectieuse, des biothérapies (basées sur l’emploi de micro-organismes vivant ou de substances prélevées sur des organismes vivants) sont mises en place pour les arthrites immunitaires, et les anomalies biologiques sont traitées dans les arthrites d’origine métabolique.

Les examens complémentaires comprennent une prise de sang qui montre des signes d’inflammation, une radiogaphie, et selon l’origine une analyse du liquide contenu dans l’articulation et la recherche dans le sang d’éléments spécifiques à telle ou telle arthrite (HLA B27 pour la spondylarthrite par exemple, analyse du liquide en cas d’épanchement).

Des symptômes distincts

En cas d’arthrite aigüe, l’articulation est chaude, rouge, gonflée et douloureuse. Lorsque l’arthrite est chronique, les douleurs sont qualifiées d’inflammatoires : elles surviennent au repos et réveillent la nuit. Les articulations nécessitent un « dérouillage » matinal, le temps qu’elles s’échauffent et que la raideur passe. Les articulations se déforment parfois, parallèlement à l’évolution de la maladie, comme dans la polyarthrite ankylosante.

Des traitements adaptés à l’origine

Le traitement de l’arthrite dépend de sa cause : des antibiotiques si elle est provoquée par une bactérie, une biothérapie pour celles qui ont une origine auto-immune, etc. La douleur est soulagée par les antalgiques classiques (paracétamol, anti-inflammatoires). La prise en charge des arthrites métaboliques repose sur la correction des anomalies métaboliques (par exemple l’augmentation de l’acide urique dans la goutte grâce à des médicaments et un régime alimentaire approprié). Les douleurs peuvent être prises en charge à l’aide d’antalgiques ou d’anti-inflammatoires.

Poliarthrite

La polyarthrite, par définition, touche plusieurs articulations en même temps, contrairement à la monoarthrite qui n’en touche qu’une seule. Le terme « polyarthrite » désigne le plus souvent la polyarthrite rhumatoïde.

Des douleurs chez une femme plutôt jeune, située plutôt dans les doigts des deux mains, qui la réveillent la nuit avec des articulations qu’il faut longuement «dérouiller» tous les matins, aiguilleront déjà le médecin vers une polyarthrite.

Que sait-on de la polyarthrite rhumatoïde actuellement ? La polyarthrite rhumatoïde est un rhumatisme inflammatoire chronique dont la conséquence est la destruction de l’os et du cartilage. Le caractère inflammatoire, la chronicité et la destruction sont liés. 

La polyarthrite rhumatoïde

Est une maladie inflammatoire chronique considérée comme étant d’origine auto-immune. Les articulations des mains, des poignets et des pieds sont souvent les premières touchées. Il s’agit que la deuxième forme d’arthrite la plus fréquente chez les femmes, étant 2 à 3 fois plus fréquente chez ces dernières que chez les hommes.

La goutte est la deuxième forme d’arthrite en fréquence chez les hommes. Elle est causée par un excès d’acide urique dans le corps qui entraîne le dépôt de cristaux dans les articulations. Elle touche le gros orteil le plus souvent, mais aussi la cheville, le genou, le pied, la main, le poignet ou le coude. Elle peut être épisodique avec de longues périodes de rémission suivies de poussées de plusieurs jours ou semaines, ou devenir chronique. La goutte affecte jusqu’à 3 % des adultes (4 fois plus d’hommes que de femmes).

D’autres formes d’arthrites sont notamment l’arthrite psoriasique (maladie auto-immune qui s’accompagne de lésions de la peau typiques du psoriasis), l’arthrite juvénile et le lupus érythémateux disséminé (maladie auto-immune chronique, inflammatoire, qui touche essentiellement la peau et les articulations)

L’arthrose: pour réduire les crises et ralentit la progression il faut avoir une alimentation adaptée

• L’huile d’olive, riche en omega 3 

En cas d’arthrose, le choix des matières grasses est essentiel. Privilégiez l’huile d’olive et l’huile de colza, des graisses riches en oméga 3. Ces acides gras, essentiels à notre organisme, agissent comme des antidouleurs et diminuent les inflammations causées par l’usure du cartilage. 

Il est recommandé d’en consommer régulièrement pour équilibrer ces apports. Notre alimentation étant souvent plus riche en oméga 6, acides gras qui favorisent, au contraire, les inflammations.

Les poissons gras pour le sélénium et le zinc

Saumon, maquereau, sardine, anchois, hareng… Comme l’huile d’olive, ces poissons gras sont riches en oméga 3. 

Ce n’est pas leur seule qualité: ils contiennent également du sélénium et du zinc. Sont deux antioxydants qui neutralisent les radicaux libres, des particules responsables du vieillissement de nos cellules et directement impliquées dans l’arthrose.

Essayez d’en consommer de une à trois fois par semaine si possible.

• Les fruits rouges, le plein d’antioxydants

Myrtilles, cerises, framboises, baies de goji… Tous ces fruits rouges contiennent des anthocyanes, des pigments naturels auxquels ils doivent leur couleur et qui agissent comme de puissants antioxydants. 

Pour lutter contre les radicaux libres, dégustez-les nature, en sorbet, en smoothie ou dans un fromage blanc. En revanche, évitez les tartes car la pâte est souvent riche en mauvaises graisses et vous perdriez tous les bénéfices recherchés.

Les crucifères, fibres et vitamine K au menu

Chou rouge, chou-fleur, choux de Bruxelles, brocolis… Les crucifères ne sont pas toujours très appréciées, et pourtant! 

Elles contiennent du soufre et des fibres qui ont des propriétés antioxydantes, sans oublier la vitamine K qui aide les os à fixer le calcium, indispensable en cas d’usure du cartilage. 

Pour faciliter la digestion et éviter les désagréments des ballonnements, faites-les bouillir dans une première eau, puis cuisez-les selon votre habitude.

Le gingembre, des propriétés anti-inflammatoires 

Cette racine biscornue au goût poivré est doublement intéressante !Pour soulager les douleurs articulaires: riche en antioxydants, elle est composée d’un actif principal, le gingérol,qui lui vaut également des propriétés anti-inflammatoires. 

Vous pouvez consommer le gingembre cru en le râpant ou en poudre pour vos plats et vos sauces. Donc pour varier les goûts,alternez avec le curcuma, l’une des épices qui compose le curry, également très riche en antioxydants.

Les arbres – en gemmothérapie

Résultat de recherche d'images pour "les arbres et le bourgeons"

La Gemmothérapie a commencé bien gagner sa place dans l’ensemble de la médecine complémentaire. Ainsi elle n’arrête pas de nous surprendre avec des résultats remarquables. Pour les problèmes rhumatismale fait bien la preuve que la nature est bien faite pour nous aider. Dans l’article « La Gemmothérapie nouvelle espoir pour mieux vivre » (https://ferme-de-sainte-odile.com/la-gemmotherapie-nouvelle-espoir-pour-mieux-vivre/(ouvre un nouvel onglet)( prêt pour 07 Mai) je vous présente comment soufrants nous pourrons retrouver la joie de vivre même quand on a plus l’espoir!


COMPRENDRE POUR MOINS SOUFFRIR

L’arthrose

On entend par arthrose la détérioration progressive du cartilage articulaire. Chaque articulation est une jointure mobile entre deux (ou plusieurs) os. Les os sont recouverts d’une fine couche de cartilage jusqu’à l’interligne articulaire. Dans une articulation saine, celle-ci forme un tampon élastique, doté d’une surface lisse et bien lubrifiée. La situation est toute autre dans le cas d’une arthrose: le cartilage peut se dégrader au point même d’être complètement détruit – les os frottent alors les uns contre les autres. L’arthrose peut être à l’origine de douleurs articulaires et limiter fortement la mobilité.

Articulation Sans Avec Arthrose Fr

La détérioration du cartilage s’accompagne souvent d’une synovite. La membrane synoviale commence à s’épaissir et à détruire les tissus articulaires, les tendons et les ligaments, pouvant aller jusqu’à éroder l’os. Cependant, l’arthrose ne fait pas partie des formes inflammatoires, mais des formes dégénératives de rhumatisme.

En théorie, une arthrose peut toucher n’importe quelle articulation. Elle concerne le plus fréquemment les articulations du genou, de la hanche et des doigts. Si la racine du pouce est touchée, on parle de rhizarthrose.

L’arthrose est la maladie articulaire la plus répandue. 90% des personnes de plus de 65 ans souffrent d’une forme d’arthrose plus ou moins avancée. Chez les plus jeunes, l’arthrose est le plus souvent causée par un surpoids important.

Les premiers signaux d’une détérioration du cartilage sont une phase de raideur matinale, des douleurs articulaires à l’effort et des articulations gonflées. Consultez votre médecin si vous pensez que vos douleurs articulaires sont dues à une arthrose.

Causes

De nombreuses formes d’arthrose s’expliquent par une mauvaise posture ou une sollicitation excessive des articulations. Outre ces facteurs, la sédentarité, très fréquente, semble favoriser l’arthrose. Les articulations qui sont trop peu mobilisées manquent de liquide synovial, un liquide lubrifiant qui alimente les cellules cartilagineuses en nutriments. En cas de carence en liquide synovial, les cellules cartilagineuses meurent en libérant des substances chimiques qui ramollissent le cartilage. Sa surface se fissure et s’érode sous l’effet des mouvements des articulations.

Ces rapports de causalité sont clairs. Ce qui l’est moins, ce sont les causes sous-jacentes qui provoquent une arthrose. On soupçonne l’interaction de plusieurs facteurs.

L’hérédité

Les facteurs héréditaires semblent jouer un rôle important. On constate notamment que l’arthrose des doigts et des genoux est beaucoup plus fréquente dans certaines familles que dans d’autres. Dès les premiers stades de développement de l’organisme, la génétique peut influer sur la formation des articulations ou le développement du cartilage.

Les surcharges articulaires

Les surcharges des articulations contribuent, elles aussi, à l’apparition de l’arthrose. Elles peuvent être liées à un surpoids, à un travail physique exigeant ou à la pratique de certains sports. Certaines personnes sont particulièrement sensibles aux sollicitations. Leur cartilage est moins résistant. Enfin, des fractures osseuses, des traumatismes sportifs, des genoux cagneux ou des jambes arquées peuvent également favoriser le développement d’une arthrose.

Les maladies inflammatoires

Si le cartilage est atteint par des affections rhumatismales inflammatoires, comme la goutte ou la polyarthrite rhumatoïde, une arthrose peut dans un second temps s’y développer. On parle alors d’arthrose secondaire.

Symptômes

Les premiers signes d’une arthrose sont des douleurs diffuses ou vives, qui se manifestent lorsque le patient sollicite l’articulation alors qu’elle est en charge. L’arthrose se distingue ici de l’arthrite, qui provoque également d’intenses douleurs au repos. De nombreuses personnes souffrant d’arthrose connaissent ce qu’on appelle la phase de dérouillage, des douleurs qui apparaissent après une période de repos et disparaissent après un temps de mobilisation de l’articulation douloureuse.

Douleurs articulaires typiques aux premiers stades d’une arthrose

  • Raideur en début de journée
  • Douleurs de fatigue, par exemple après être resté longtemps debout
  • Douleurs à l’effort, par exemple après une randonnée ou un jogging

En cas d’arthrose avancée, le patient se plaint de douleurs permanentes au repos comme à l’effort. Les douleurs dues à l’arthrose se cantonnent généralement aux articulations concernées. Néanmoins, dans l’arthrose de la hanche, les douleurs situées dans l’aine irradient parfois jusque dans la fesse ou le genou.

Raideur des articulations

La plupart du temps, les articulations touchées par l’arthrose sont raides, en particulier après les périodes de repos. Par exemple, une personne qui souhaite se lever après être restée longtemps assise dans la même position aura peut-être du mal à solliciter son genou. Ces difficultés, qui correspondent à la phase de dérouillage, disparaissent avec des mouvements.

Perte de mobilité

L’arthrose du genou ou de la hanche peut rendre pénibles la marche et la position assise. Il peut devenir très difficile d’enfiler des chaussettes ou de lacer des chaussures. En cas d’arthrose de l’épaule, le patient éprouve des difficultés à lever le bras : il a du mal à mettre un manteau ou à se coiffer. Du fait de la perte de mobilité, on a tendance à trop ménager les articulations, ce qui ne fait qu’empirer la situation. Cela peut affaiblir les muscles voisins et, ce faisant, entraver la stabilité des articulations.

Autres manifestations de l’arthrose

Si le cartilage est très endommagé, le frottement des os peut provoquer des crissements ou des craquements. Ces bruits ne sont cependant pas révélateurs de la gravité de la maladie : des articulations saines peuvent aussi les émettre.

 Par ailleurs, des excroissances osseuses (ostéophytes) peuvent se former en bordure des articulations. Elles correspondent à une tentative de l’organisme de réduire la pression exercée en élargissant la surface de l’articulation. Les excroissances osseuses peuvent restreindre la mobilité de l’articulation et appuyer sur les nerfs et les parties molles, ce qui peut causer d’autres douleurs.

Les articulations arthrosiques peuvent en outre développer des inflammations, en particulier au niveau des genoux et des doigts. Les articulations sont chaudes et enflées, la peau peut rougir. 

Lorsque l’arthrose dure plusieurs années, elle peut aboutir à une modification de la position des os. L’arthrose du genou peut se traduire par des jambes arquées ou des jambes en X, tandis qu’une arthrose de la hanche pourra entraîner une différence de longueur entre les jambes.

Diagnostic

Le diagnostic passe par un examen médical. Le médecin s’efforce également d’exclure toutes les autres affections susceptibles d’être à l’origine des douleurs. Le degré d’évolution et la gravité de l’arthrose sont déterminés au moyen de radiographies. Ces dernières permettent de contrôler l’espace articulaire et de vérifier si des modifications osseuses sont intervenues. Les analyses sanguines ne sont pas nécessaires pour diagnostiquer l’arthrose.

Traitement

« On ne sait pas guérir l’arthrose. Mais il est possible de la traiter. Il convient cependant de souligner que l’évolution de la maladie est très variable. L’association des bons traitements permet de réduire les douleurs et les inflammations, de préserver la mobilité de l’articulation touchée et de favoriser l’autonomie du patient. »

C’est la phrase que vous l’avez entendu le plus souvent si vous est allés en consultation pour vos douleurs articulaire et si le diagnostic a été claire: Arthrose!!! Nous savons qu’il y a des solutions qui peuvent nous mener le plus près d’une guérison de l’Arthrose! Alors pourquoi ne pas croire?

Dans l’idéal, le médecin de famille, le rhumatologue, le thérapeute et d’autres spécialistes travaillent main dans la main dans le cadre d’une thérapie interdisciplinaire afin d’élaborer un traitement adapté aux besoins spécifiques du patient.

Principales possibilités envisageables dans le traitement de l’arthrose 

Mobilisation

Une articulation arthrosique doit être mobilisée, mais en aucun cas surmenée. Avec leur physiothérapeute ou leur ergothérapeute, les patients apprennent à utiliser correctement l’articulation touchée, à maintenir sa mobilité et à renforcer les muscles et les tendons qui l’entourent. Des exercices réguliers contribuent à accroître l’endurance et à améliorer la coordination.

Le programme de mobilisation est complété par une thérapie physique, par exemple application de chaleur, courant continu, lumière infrarouge et lumière ultraviolette, hydrothérapie, massages, application de froid (en cas d’inflammation).

Traitement médicamenteux

Les antalgiques

Le traitement médicamenteux d’une arthrose peut permettre de lutter efficacement contre ses principales manifestations. Il suffit souvent d’antalgiques courants à base de paracétamol permettand de mobiliser plus facilement l’articulation. 

Les AINS

En cas d’inflammation de l’articulation, le médecin prescrit des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), généralement sous forme de comprimés. Ces médicaments réduisent l’inflammation et soulagent la douleur, mais peuvent provoquer des troubles gastro-intestinaux. Un autre médicament est souvent nécessaire pour éviter ces effets secondaires. Les AINS existent également sous la forme de pommades ou d’emplâtres, que l’on applique sur l’articulation touchée et qui sont mieux tolérés.

Les dérivés de la cortisone

Les fortes inflammations peuvent être traitées avec des médicaments à base de cortisone. Le médecin injecte la préparation à base de cortisone directement au niveau de l’articulation, geste susceptible d’entraîner une amélioration rapide et durable. Néanmoins, du fait de leurs effets secondaires, il est recommandé de ne pas recourir trop souvent à ces injections.

La chondroïtine

Les chondroprotecteurs, des substances endogènes comme la chondroïtine (sulfate de chondroïtine), offrent un nouvel espoir de traitement. Fabriquée par les cellules cartilagineuses, la chondroïtine renforce la résistance du cartilage à la pression et aux sollicitations. Certaines premières études montrent que les préparations à base de chondroïtine pourraient ralentir la détérioration du cartilage.

L’acide hyaluronique

Les préparations à base d’acide hyaluronique, une autre substance endogène, ont pour but de soulager la douleur. Principal composant du liquide synovial (synovie), l’acide hyaluronique lubrifie l’articulation pour en assurer la parfaite mobilité. Injectées directement dans l’articulation, les préparations à base d’acide hyaluronique sont mieux tolérées que la cortisone.

Traitement opératoire

Lorsque l’arthrose a fortement endommagé une articulation, la mise en place d’une articulation artificielle peut être envisagée. Il appartient à chaque patient de décider si et quand il souhaite se faire opérer en fonction de l’intensité de la douleur et de ses exigences personnelles en termes de mobilité et d’autonomie. Le diagnostic médical et l’âge jouent également un rôle, car la durée de vie des articulations artificielles est limitée.

Les articulations artificielles sont le plus souvent placées au niveau de la hanche, du genou et de l’épaule. Dans de nombreux hôpitaux, le remplacement articulaire est une intervention de routine. Une articulation artificielle (endoprothèse) est constituée de plusieurs parties en alliages de cobalt, de chrome et de titane, complétée par une surface de glissement articulaire en polyéthylène extrêmement résistant.

Le cartilage endommagé de l’articulation doit être retiré avant la pose de l’implant. Le chirurgien essaie de ne retirer que la masse osseuse strictement nécessaire. Des prothèses partielles peuvent également être utilisées pour certaines articulations, par exemple le genou, quand seule une section limitée du cartilage articulaire est détruite.

Les prothèses doivent être solidement fixées à l’os : on parle d’«ancrage ». Chez les patients âgés dont les os sont plus fragiles, l’ancrage se fait généralement au moyen d’un plastique à durcissement rapide, le ciment osseux. L’articulation peut être à nouveau sollicitée assez rapidement.

Si les os ont encore une vitalité et une solidité suffisantes pour offrir assez de stabilité à l’articulation, les implants présentent une surface rugueuse qui favorise l’implantation et l’intégration de la prothèse. L’ancrage non cimenté est particulièrement adapté aux patients plus jeunes.

Troisième possibilité : seule une partie de la prothèse est cimentée, alors que l’autre est implantée sans ciment osseux (prothèse hybride). Les transplantations de cartilage n’en sont encore qu’au stade expérimental.

Les médecines complémentaires

Le marché des médecines alternatives est pléthorique. La Ligue suisse contre le rhumatisme vous conseille de vous adresser à des thérapeutes possédant une formation solide et d’informer votre médecin traitant de tout traitement complémentaire que vous suivez.

La Phytothérapie ou les plantes antalgiques

Du côté des traitements doux de l’arthrose, il existe quelques produits qui ont fait l’objet d’études dans le domaine de la thérapie par les plantes (phytothérapie) . Les remèdes antalgiques à base de saule blanc, gaulthérie; millepertuis, lavande ou de griffe du diable sont particulièrement appréciées. Utilisés régulièrement, ces préparations peuvent atténuer les douleurs. On pourra utiliser en application locale aussi des pommades et des gels à base d’arnica ou de consoude. Ces préparations sont généralement très bien tolérées et peuvent être associées aux médicaments de la médecine traditionnelle.       

La Gemmothérapie ou les plantes qui nous guérrisent!

La Gemmothérapie a commencé bien gagner sa place dans l’ensemble de la médecine complémentaire et elle n’arrête pas de nous surprendre avec des résultats remarquables. Pour les problèmes rhumatismale fait bien la preuve que la nature est bien faite pour nous aider. Dans l’article « La Gemmothérapie nouvelle espoir pour mieux vivre » (https://ferme-de-sainte-odile.com/la-gemmotherapie-nouvelle-espoir-pour-mieux-vivre/(ouvre un nouvel onglet)( prêt pour bientôt) je vous présente comment en étant souuffrants pourrons-nous retrouver la joie de vivre même quand on a plus l’espoir!

La médecine chinoise

En médecine chinoise traditionnelle, citons surtout l’acupuncture, qui, selon une étude de 2014, pourrait entraîner une réduction significative des douleurs articulaires. Plus la durée du traitement est longue, plus les résultats sont probants.

Les moyens auxiliaires

En cas d’arthrose, il est très important de tout mettre en œuvre pour ménager ses articulations et économiser ses forces. Il existe de nombreux moyens auxiliaires destinés à vous faciliter le quotidien, par exemple les lacets élastiques, les brosses et les peignes à long manche ou les différents accessoires permettant d’ouvrir facilement les couvercles à vis.

Prévention

Les lésions du cartilage peuvent-elles être « réparées » par des substances protégeant le cartilage ? Jusqu’à quel point les cellules cartilagineuses peuvent-elles être ainsi régénérées ? Ces questions font débat. Quelle que soit la réponse, il paraît judicieux de lutter contre la dégradation du cartilage articulaire.

En douceur

Le secret d’articulations en bonne santé, c’est le mouvement. Plus les articulations bougent, plus le cartilage est lubrifié. Le mouvement fait pénétrer les nutriments du liquide synovial dans le tissu articulaire, maintenant ainsi son élasticité et sa souplesse. Les sports contribuant le mieux à la prévention de l’arthrose sont par exemple le vélo, la natation, l’aquagym, la danse classique et la marche sur terrain plat. Toutes ces activités ne surmènent pas les articulations.

Élaborez un programme d’activité physique personnalisé avec un spécialiste. Si vous aimez faire du sport en groupe, vous pouvez suivre les cours proposés par la Ligue suisse contre le rhumatisme. Les cours de gymnastique dans l’eau Aquawell et Aquacura sont particulièrement adaptés aux personnes souffrant d’arthrose. La poussée verticale dans l’eau soulage surtout les articulations des genoux et des hanches.

En complément, un programme de renforcement musculaire pourra être intéressant.

Perdre du poids

C’est plus particulièrement l’articulation du genou qui souffre de la charge que lui font supporter les kilos en trop. Pour prévenir l’arthrose du genou, il faut donc éviter le surpoids et contrôler son poids.

Soulager les articulations

Autres facteurs de risque, notamment pour l’articulation du genou : les sports tels que l’haltérophilie et le football, ainsi que les travaux physiques pénibles. Ils doivent être évités. Le physiothérapeute ou l’ergothérapeute apprend au patient à solliciter correctement ses articulations dans les gestes quotidiens, par exemple s’asseoir ou soulever et porter une charge. Il existe de nombreux accessoires permettant de soulager et de ménager les articulations des doigts et de la main dans les activités quotidiennes comme la cuisine, le ménage et le jardinage.

Corriger les déformations

Certaines déformations des pieds (pied plat, pied étalé, pied valgus) entraînent des mouvements qui sont préjudiciables pour l’articulation du genou et de la hanche et peuvent contribuer à la détérioration du cartilage. Les déformations du pied peuvent être corrigées au moyen de semelles ou de chaussures orthopédiques et autres supports pour le pied. 

Arrêter de fumer

L’arrêt du tabac constitue une autre mesure de prévention de l’arthrose. Les études tendent en effet à montrer que la consommation de nicotine perturberait l’apport en nutriments du cartilage.

Pour vous https://ferme-de-sainte-odile.com/boutique/

Que diriez-vous d’avoir  un « medecin » qui pourra toujours prendre soin de vous? Qui pourra vous donner des solutions pour les souffrances pour vos articulation? Ou pour les douleurs d’estomac? Ou peut-etre vous aider  changer l’humeur de votre coeur?

Et oui ce « medecin » exixte! Il s’appelle Millepertuis! Pour quoi ce nom? Parce qu’il porte mille fleurs jaunes remplis des milliers des vertus. Toutes les bobos de la maison les grandes-meres les traitaient avec cette plante. 

Parlons un peu l’histoire…C’est une plante solaire dont les petales ont une couleur jaune dorée qui scintillent au soleil, la fleur de Saint Jean parce on sechait des buchets  qu’ on les jetaient au feu de la Saint Jean. Elle porte plusieurs noms chasse au diable, l’herbe au mille trous, l’herbe de la saint jean et encore d’autres noms selon des traditions locaux. Les connaissances sur son utilié  datent dépuis très longtemps, parce que déjà au moyen age les sorcieres et après les medecins ocultistes l’utilisaient sur le nom « fuga demonom » c’est a dire chasse au diable!

Proprietés: elle fait sortir un jus rouge par l’ecrasement des fleurs, et ce jus au couleur du sang chasse le diable.

Hypryb

Vaincre l’arthrose!

Arretez de souffrir sans rien faire!!!

Le destin de l’homme n’est qu’un seul : d’être hereux et de faire tout pour que son prochain le soit aussi! 

La douleur – ma meilleure amie???

Qu’est que c’est la douleur?

Nous sommes structurés magnifiquement du corps, esprit et âme! Nous sommes invités vivre en harmonie avec la nature, avec le milieu ou nous vivons mais avant tout en harmonie avec nous même! Vivre en harmonie nous donne l’équilibre d’une stabilité et d’une fusion parfaite! Quand cet équilibre est perturbé par un élément quelconque en nous même se passe un déséquilibre qui pourra provoquer des conséquences négatives sur notre bien-être! Découvrir la cause qui provoque des dégâts c’est découvrir à moitié la solution pour nos problèmes! La douleur que nous ressentons est le crie d’alerte et la douleur – devons nous l’accepter – est notre amie qui nous veut du bien! Et oui parce que si la douleur ne crie pas, nous pourrions même mourir sans savoir pourquoi! L’élément déclencheur de nos souffrances peut être de nature spirituelle, psychique ou psychologique et les dégâts peuvent devenir très graves si nous ne faisons pas attention à ce que notre corps nous annonce par la douleur!

La douleur est vraiment une amie

Quand la douleur commence nous parler il faut toujours lui prêter attention et comprendre le signal qu’elle nous donne et voir ou se trouve la cause de nos souffrances! Quand la douleur devienne presque constante, bien installé alors la maladie a déjà fait son domicile dans notre corps et il ne faut plus tarder avant qu’il ne soit pas trop tard pour soigner les causes!

La douleur ne s’en va pas toute seule

Si l’élément déclencheur de la souffrance ne part pas de nous, si la cause principale n’est pas soignée ce n’est même pas la peine de commencer à soulager la douleur par des antalgiques, on fait que produire plus des dégâts!

Dites-moi ou vous avez mal et je vous dirai pour quoi!

Une phrase qui définit très bien ce que je veux dire dans la suite! Faire bien attention à notre douleur nous aide de savoir ou se cache notre ennemi! Prenons l’exemple de la souffrance la plus connue: l’arthrose !

De quoi nous parle l’arthrose?

Ou avons nous fait le faux pas ? L’arthrose c’est une maladie inflammatoire? Oui elle est une maladie inflammatoire qui peut se développer au niveau de plusieurs articulation et qui devient invalidante une fois arrivé au stade 3.

Les stades de l’arthrose

Comment peut-être vous le savez l’arthrose a différentes étapes ou stades de développement. Quand elle commence s’installer sans trop faire encore de dégâts et sans donner des signes de présence c’est le stade 1

Au niveau de stade 2 nous commençons sentir qu’il y a une souffrance qui s’installe mais on n’est pas prêts de l’accepter et a force de laisser le temps nous montrer si c’est n’est qu’une douleur passagère la maladie s’installe tranquillement et souvent trop rapide. 

Stade 3 c’est quand les raideurs sont déjà là et que les douleurs deviennent invalidantes nous nous mettons en état d’alerte et commençons chercher de l’aide médicale parce que la blague est de trop . Nous marchons avec difficulté, nous ne pouvons plus monter l’escalier,  pour nous habiller et chausser nous avons besoin d’aide….Donc c’est déjà trop tard pour ne pas comprendre que c’est grave. Et quand le médecin rhumatologue te dit que la maladie est irréversible et que la seule chose que tu peux faire est  de soulager et de changer de façon de vivre: devenir un pauvre handicapé qui s’apitoie sur lui même parce que sa vie est finie! Mais sera vraiment seulement le cas de 4-eme stade quand on apprend que seulement une prothèse  peut nous permettre encore de vivre sans trop souffrir! Et même arrivé à ce stade notre vie n’est pas de tout finie, seulement il nous fait changer des choses pour continuer vivre dans des conditions assez normaux! Pas de panique, je m’explique!

Le diagnostique d’arthrose – un début ou un fin de vie?

Nous laissant manipulés par l’acquis qu’une fois la maladie d’arthrose installé nous ne pouvons plus vivre la vie désirée et qu’il faut se bourrer de médicaments pour ne pas souffrir atrocement alors oui nous sommes à la fin d’une vie heureuse et accomplie. Mais par contre si nous comprenons que la nouvelle vient ne pas pour nous détruire mais pour nous annoncer qu’on doit vivre mieux notre vie et faire de l’ordre dans un chaos dans lequel on vit, peut-être alors oui nous sommes sur le point de commencer une nouvelle vie! Une vie qui nous mènera vers l’accomplissement de soi en nous respectant et en faisant de notre corps un vrai temple pour notre âme et non une prison  ou même une tombe.

Peut-on nous vaincre l’arthrose et vivre heureux?

En prenant soin de nous et  acceptant de vivre mieux nous allons nous mettre en équilibre avec nous même et avec la nature qui attend nous offrir ses magnifiques bienfaits! Il y a bien sur des étapes à suivre pour arriver à refaire  à l’inverse le processus de destruction qui a provoqué les inflammations arthrosiques, mais avec patience et persévérance nous arriverons vivre sans la moindre douleur!

Qui consulter d’abord?

Bien certainement le médecin rhumatologue qui va poser le diagnostic et qui va nous faire peur avec des pronostiques alarmantes. Après que le premier choc passe et que nous commençons à nous dire que notre vie ne peut pas s’arrêter là et qu’elle doit continuer comme bon nous semble on va s’orienter vers des professionnels de la santé reconnus pour aider dans des tels situations. Donc on va y aller voir un après l’autre le kinésithérapeute, ostéopathe, et peut-être le podologue et acupuncteur. Quand on arrive à voir que soulager c’est bien mais qu’il faut traiter les causes a leur racine alors on va chercher aussi le naturopathe. 

Et lui nous mettra devant tout un programme qui peut se résumer en quelques points précis:

1. Manger et boire anti-arthrose

Manger anti-arthrose veut dire tout ce que stope l’arthrose et qui tente de refaire des cartilages. La bien connue phrase « manger 5 fruits et légumes bien colorés par jour » s’avère que n’est pas obsolète et en cas d’arthrose devient une règle d’or! Les légumes crucifères sont les plus riches en éléments antioxydants et antiarthrosiques. Le plus recommandé est le choux rouge qui peut être consommé cru en salade, cuisiné,  en jus ou même en cataplasme sur l’endroit douloureux. Après nous avons le brocoli et tout ce qui est chou: blanc, fleur, romanesco, de Bruxelles; on continue avec le navet, les radis, l’artichaut, les épinards,  les tomates moins acides, le poivron rouge, les haricots rouges et n’oubliez l’ail qui est un remarquable allié dans la lute contre les douleurs d’arthrose. En parlant des fruits en spécial on va nommer les baies et les fruits rouges: framboises, fraises, mures, cassis, le Goji et la pomme, le pruneau et le raisin qui se recommande même en cure. Mieux sera de les manger en bio pour profiter aussi de leurs peaux qui en bio sont pleine de vitamines.

2. Cuisiner anti-arthrose

Ça veut dire cuisiner le moins possible et le moins agressive possible. Utilisez le cuiseurs vapeur, le four en programme simple et rapide; en marinade et salades ou encore mieux en jus-smoothies.

3. Chercher le bon gras

Oui le gras peut nous faire grossir mais c’est le sucre qui se transforme en gras dans notre corps et non le gras riche en oméga 3 qui on peut le trouver dans l’huile de colza, de lin et de noix, dans les poissons gras comme les sardines, le macro ou l’hareng. Les œufs de poules qui consomment de grains de lin sont aussi bien riche en omega3. Evitons le plus possible la viande rouge et la viande blanche pas plus de 60 gr à la fois et pas plus de 3 fois par semaine!

4. Le Gluten

Le fameux gluten qu’on le trouve en gros quantités dans les céréales transformées d’aujourd’hui nous fait beaucoup souffrir. Pourquoi nos ancêtres le consommaient sans souffrir comme nous? Parce que tout simplement les céréales ne subissaient pas tant des modifications et transformations pour donner plus de rendement commercial et ils les consommaient dans leur état naturel. Les soi-disant bonnes solutions pour nourrir la population ne sont pas toujours les meilleurs pour la garder aussi en bonne santé. Il faut bannir tout ce qui peut contenir de gluten et je vous assure, par ma propre expérience, que vous aller connaître des miracles sur votre santé!

5. Le lait c’est pour les bébés!

Comme nous pourrons le constater facilement nous sommes les seuls a consommer de lait une fois l’enfance passé! Toutes les autres mammifères s’arrêtent assez vite? Et pourquoi? Parce qu’elle ne boivent que de lait maternelle et en état pure et non transformé, cuisiné! On pourra dire qu’à ce chapitre les animaux savent mieux que nous ce qu’est bien pour la santé! Et oui, nous sommes tellement à la rechercher des bons mets pour rassasier notre apetit qu’on fait plus attention à la vrai valeur nutritive! On pourra garder le lait de chèvre qui est le moins nocive pour la santé et qui en plus s’avère bénéfique pour les problèmes de poumons. Pour les fromages choisissez celles dans lesquelles le lait est le moins cuisine et transformé! Pour le calcium, qu’on a tous besoin on pourra choisir le trouver dans les légumes et fruits, par exemple 100 gr de brocoli est égal avec un bon verre de lait. Aussi les amandes peuvent être mangés à volonté!

6. Choisir les bonnes protéines

Vous avez beaucoup entendu  parler que le plus des protéines vous trouverez dans la viande! Et non, n’est pas tout à fait la vérité! En associant les céréales et les légumes intelligemment nous pourrons avons des protéines même sans toucher la viande! Le riz et des lentilles, de mais et des haricots rouges donne plus des protéines qu’on peut imaginer! Après les œufs et de préférence des poules qui sont nourris avec des grains de lin. Les produits de la mer, le poisson, les moulent ou pour ceux qui aiment les huîtres sont des vraies réserves des bonnes protéines!

7. Aimer les épices c’est aimer mieux vivre!

Le curcuma et le gingembre râpés ou en fines tranches cuisinés ou crus, et même en poudre, même si moins conseillé, combiné avec l’huile de noix et avec de poivre peuvent faire de vrai miracles sur nos articulations.

8. Aimer boire anti-arthrose

Aimer boire? Et oui mais bien sur pas n’importe quoi! Nous avons le droit de boire du vin, celui du Bourgogne, en exemples le Merlerault ou le Pinault Noir. Mais le plus important c’est de boire les plantes, en tisanes, en jus, en infusions froides. Les plantes les plus recommandés sont: l’Harpagophytum, l’Ortie, le Cassis, la Prêle, la Saule blanc, le Frêne, le Bambous, le Boileau, et en spécial  La Reine de près qui est vraiment une reine qui pour vaincre la douleur. Le café? Mieux la bannir ou la réduire au maximum et la remplacer par des boissons énergisantes à la base des plantes et des fruits et légumes, de jus-smoothies. N’oubliez pas de boire beaucoup d’eau, c’est vital!

9. Le Jeune

Dans les traditions des tous les peuples il y a des périodes de jeune pour permettre aux êtres humains d’entre en harmonie avec soi-même, avec la divinité et avec tout ce qui nous entoure! Le jeune a été toujours un, moyen d’aider la prière, mais aussi un moyen de mettre notre corps en période de purification et régénération. Ainsi en période de jeune notre corps ne se dépense pas pour digérer et faire face a toutes les toxines que nous ingérons mais à se detoxifier, se purifier et consommer le surplus des gras et se libérer des maladies même. Il y a aujourd’hui des centres de jeune en Orient et en France commence aussi faire leur apparitions. Mais le jeune peut très bien être pratiqué chez soi de manière ponctuelle ou/et régulière. Il y a le jeune chrétien régulier deux fois par semaine ou des périodes plus ou moins longues( 14 ou 40 jours); pour les musulmans il y a le mois de ramadan, pour les religions orientales des périodes plus ou moins définies. Si ces périodes ne tiennent pas de règles d’une religion le jeune peut être pratiqué comme aide précieux dans la vie pour avoir une bonne santé et se libérer des maladies.

Types de jeune:

A. en fonction du temps de jeune Jeune régulier, c’est jeuner en fonction d’une règle conforme à la religion de chacun, ou en suivant un calendrier préétablie pour assurer à notre corps un rythme et un temps nécessaire de purification intérieure, « prendre un bain interne ». Jeune ponctuelle c’est quand à cause d’une maladie ou d’un mal-être nous fixons une période nécessaire pour une redémarrage d’organes internes.

 B. en fonction de façon de jeuner Une journée sans manger et sans boire de temps en temps ou établie une fois par semaine. On peut sur une période courte boire un jus de fruits le matin et manger un court-bouillon le soir. Il y a aussi le mono diète, c’est à dire faire une cure d’un type de fruit (pomme, raisin, ou pomme et raisin)

.

11. Dernière règle, une règle d’or pour vivre heureux et longtemps

Faire la paix avec la maladie, voir qu’est-ce qu’elle veut nous enseigner sur nous même, qu’elle chemin de vie nous indique-t-elle de suivre. La maladie n’est pas un fin mais un nouveau début de vie en respectant les nouvelles règles de vie qui peuvent être en effet les vraies règles pour notre vie tout à fait ignorées avant. Vivre Zen et en paix c’est de nous retrouver nous même, nous écouter et faire confiance à notre instinct et réapprendre à vivre!

Des soins conseillés

Les huiles essentiels, des pommades, des cataplasmes ou mieux même surprenant la glace, peut nous soulager de façon rapide et pour longue durée. Mettez une poche glace au début 2-3 minute et si on peut mieux sera 5 minute sur la partie douloureuse et vous aller voir comme par magie la douleur s’en va. Le froid aide à réduire toute sorte d’inflammation. Pour vous donner aussi des solutions pratique à utiliser tout de suite nous vous indiquons deux de nos produits qui ont déjà fait des heureux parmi  ceux qui en les essayant ont réussi soulager leur souffrance articulaire:

https://ferme-de-sainte-odile.com/boutique/

  La pommade anti-douleurs

Composé de l’huile végétale de millepertuis; huile essentiel de gaulthérie procumbens, laurier noble et de marjolaine de jardin; avec de  vitamine D comme conservant et cire d’abeille bio pour homogénéiser et solidifier. Elle est utilisée en massage 2 fois par jour, jamais sur des plaies ouvertes ou des peaux irritées. La gaulthérie avec l’ensemble des plantes  chauffe et fluidifie le liquide synodal en soulageant la douleur et réduit l’inflammation.

 https://ferme-de-sainte-odile.com/produit/huile-massage-mu…rticulaire

   L’huile de massage musculaire et articulaire

Composé de l’huile végétale de millepertuis, un très puissant anti-inflammatoire, de l’huile essentiel de gaulthérie et de l’huile essentiel de romarin, et en ayant comme seul conservant de l’huile de vitamine E notre huile est déjà connu pour être un vrai ami pour des personne qui doivent vivre avec des douleurs musculaire sans avoir beaucoup de temps a s’accorder a eux même. Personnellement je l’utilise avec grand succès! Son utilisation est facile, il faut masser la partie douloureuse et le faire bien pénétrer dans la peau. Faites attention ne pas le mettre sur des peaux irrités,. Comme tout produit de naturopathie essayez avant tout utilisation  voir si vous n’êtes pas allergique à un des composants en mettant une petite touche au plis de votre coude et attendre entre 24-48 heure voir si vous n’avez pas des réactions allergiques. Tout les conseilles que je donnes à travers mes articles sont donnés avec beaucoup d’amour et avec le désir de vous aider vivre mieux mais je ne suis pas médecin, je suis naturopathe et coach de vie et je n’assume pas la responsabilité si vous êtes allergique à un des composants des nos produits.  

Le 01 Decembre nous vous avons présenté notre produit phare qui va beaucoup aider des personnes comme moi et comme vous à soulager les douleur en rien que se lavant; en prenant sa douche ou simplement en lavant ses mains! Le 01 decembre je vous ai présenté mon bebe de l’annee : le LE SAVON ANTI-DOULEURS!!!!

http:// https://ferme-de-sainte-odile.com/produit/savon-anti-douleurs/

SI VOUS VOULEZ AVOIR PLUS DES INFORMATIONS OU D’AUTRES QUESTIONS N’HÉSITEZ PAS NOUS ECRIRE!

ferme.de.sainte.odile@outlook.com